Étiquette : fille (Page 1 of 5)

Au fil des pages avec Là où chantent les écrevisses

J’emprunte à la médiathèque, lors du Mois Américain, Là où chantent les écrevisses de Delia Owens (éd. du Seuil, 2020), un premier roman que j’avais déjà repéré dans les sorties littéraires de 2020 pour sa couverture et son titre intrigant. L’histoire débute par le décès mystérieux d’un jeune homme, Chase Andrews, en 1969 au pied d’une tour de guet dans les marais, à côté de la petite ville ségrégationniste de Barkley Cove, en Caroline du Nord. Puis retour dans le passé, en 1952 avec l’histoire d’une jeune enfant de 6 ans, Kya abandonnée par sa mère Ma et laissée à son père Pa, un homme alcoolique et violent, avec Jordie, l’un de ses frères un peu plus âgé qu’elle et qui ne s’est pas encore enfui, dans une cabane insalubre au fonds des marais. 

Les années passent et à 10 ans, Kya se retrouve définitivement seule, après le départ de son père, trouvant ses seules ressources en elle-même et dans les marais. Petit à petit, grâce à sa rencontre avec un  garçon un peu plus âgé qu’elle, Tate qui lui apprend à lire et à écrire, elle arrive à trouver sa place dans les marais. Elle apprend ainsi les sciences et à percer les mystères de la faune et de la flore des marais, ramassant des plumes par exemple, répertoriant les coquillages ou champignons, observant et notant les comportements des animaux et/ou en faisant des croquis ou des aquarelles, etc.

Mais la solitude continue de lui peser, année après année, avec son lot d’abandons comme lorsque Tate part à l’université pour ses études de biologiste et malgré la présence maternante à sa façon du couple de Noirs, Jumping et Mabel qui a veillé sur elle, d’autant que Kya reste pour la communauté blanche de Barkley Cove, la Fille des marais, cette sauvageonne pauvre et analphabète.

Devenue une jeune femme, Kya cherche, malgré ses peurs et sa timidité, à rompre cette solitude en se laissant alors séduire par Chase, leurs deux vies s’entremêlant irrémédiablement. Y a-t-il un lien entre cette toute jeune fille abandonnée dans les marais et ce décès survenu des années plus tard et qui a tout l’air d’être un meurtre?

L’autrice alterne entre des chapitres suivant le déroulement de l’enquête sur le décès de Chase et ceux consacrés à la vie de Kya dans les marais sur une vingtaine d’années. Je me laisse plongée dans l’atmosphère si particulière des marais, dans cette Nature tour à tour hostile et bienveillante. Kya est une héroïne très attachante, très forte malgré son jeune âge et sa solitude et qui fait preuve d’incroyables capacités d’adaptation en arrivant à trouver des moyens de survivre et de manger, son père lui ayant laissé un moyen de locomotion indispensable, une petite barque à moteur. Kya arrivera-t-elle à avoir ce petit bout de bonheur malgré tout? Coup de cœur pour ce roman mélangeant roman policier, roman initiatique, romance avec un trio amoureux et roman naturaliste! J’aurai pu le choisir tant pour les journées « Nature » que « First Ladies » ou encore « Roman policier », voire même « Désir » de ce Mois Américain.

Pour d’autres avis sur ce roman: Eva, Sabrina et Carine

america

Le Mois Américain de Titine #roman policier

Challenge Petit Bac d’Enna #10 Catégorie Animal: « Écrevisses »

Au fil des pages avec Dans la grande forêt

Nous empruntons à la médiathèque Dans la grande forêt de Jeanne Boyer et Caroline Hüe (éd. Milan, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans. Répondant à la demande d’une certaine Mamie Gâteau malade, Rosalie tout de rose vêtue part la rejoindre avec un panier de provisions en passant dans la grande forêt. Rien ne semble lui faire peur, pas même le loup du Petit Chaperon Rouge ou la sorcière de Blanche-Neige. Rosalie est ravie de ne pas avoir été dupée grâce à la lecture des contes de fées jusqu’à ce qu’elle aperçoive une maison de pain d’épices. Mais Rosalie a-t-elle vraiment lu tous les contes de fées? Ses parents l’ont-ils bien préparée à affronter tous les dangers de la forêt?

Les autrices s’amusent à détourner les codes des contes traditionnels des Frères Grimm. Rosalie est une petite fille cultivée, maligne et sûre d’elle (peut-être trop). Nous rions beaucoup devant la répartie de Rosalie, les caractères du loup ou des sorcières à l’opposé de ce que nous pourrions attendre d’eux: un loup sot, une sorcière peu effrayante, etc. Il y est ainsi question du pouvoir des livres qui permet à l’héroïne de s’instruire et de mettre au point sa stratégie pour braver la sorcière de Hänsel et Gretel mais aussi de courage, d’humilité et de confiance en soi. Les jeunes lecteurs seront contents de reconnaître les méchants des contes traditionnels dès la couverture de l’album et de chanter à leur tour le refrain de Rosalie. Coup de cœur pour cet album jeunesse rempli d’humour et qui fait gentiment peur!

Participation #30 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Conte détourné

Au fil des pages avec Dans l’herbe

Nous empruntons à nouveau à la médiathèque Dans l’herbe de Komako Sakaï et Yukiko Kato (éd. L’école des loisirs, 2011), un album jeunesse à partir de 3 ans. Nous retrouvons le coup de crayon tout en douceur et en tendresse de Komako Sakaï qui sait capter les petits riens si importants des tout-petits, comme cette petite fille se promenant dans l’herbe.

Au fil des pages avec Ana Ana, Les doudous libraires

Aussitôt acheté, nous lisons et relisons le tome 15 d’Ana Ana, Les doudous libraires d’Alexis Dormal et Dominique Roques (éd. Dargaud, 2020), un bande dessinée jeunesse pour les 3-6 ans (et même avant). Dans ce dernier tome, Ana Ana et ses doudous poussent la porte de la nouvelle librairie de leur quartier. Ils sont accueillis par les doudous d’enfance de la libraire, Sarah. Et les voilà plongés dans le monde merveilleux des livres! Des jolis moments de l’enfance toujours aussi bien illustrés et cette fois sous le prisme du plaisir de lire (déjà présent dans le tome 1). Quand le plaisir de lire commence par le choix du livre, comme choisir un livre à sa simple illustration de couverture ou au contraire prendre le temps de passer d’un livre à un autre avant de décider de le prendre ou non, cela nous parle forcément. Une BD jeunesse pour tous les lecteurs en herbe ou passionnés des livres! Sans oublier l’attachement des auteurs pour ce petit monde des librairies indépendantes (comme des médiathèques) avec cette jolie libraire avec vue mer. Un coup de cœur bien sûr!

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Objet: « Doudous »

Au fil des pages avec Mon Pingouin de Patagonie

Nous empruntons à la médiathèque Mon Pingouin de Patagonie de Sylvie Rouch et Mélanie Allag (éd. L’élan vert, 2012), un album jeunesse à partir de 3 ans. Comme chaque matin, une petite fille, Frida part pour l’école, laissant seul dans son lit, son doudou, un pingouin de laine. Celui-ci s’ennuie et rêve d’aventures avec la petite fille dans les rues de Paris. L’histoire est racontée à la première personne, mais du point de vue du doudou oublié et de son imagination débordante. La chute, avec le retour de la petite fille, le soir chez elle, est toute douce et adorable. Une façon originale d’aborder le thème de la séparation chez les tout-petits! Nous retrouvons avec plaisir le crayonné de Mélanie Allag. Nous avions découvert cette illustratrice avec L’invité de Noël. Un très bon moment de lecture avec ce doudou pingouin manchot empereur!

Participation #163 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Lieu: « Patagonie »

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑