Étiquette : dodo (Page 1 of 2)

Au fil des pages avec Qui a peur du Renard dans la nuit noire?

Nous empruntons à la médiathèque Qui a peur du Renard dans la nuit noire? d’Alison Green et Deborah Allwright (éd. Larousse, 2010), un album jeunesse à partir de 3 ans. Dans la nuit noire, Petit Lapin se dépêche de rentrer chez lui de peur d’être mangé par un renard. Il est très vite rejoint par d’autres animaux qui ont également peur du renard dans la nuit noire. Mais est-il aussi effrayant qu’il y paraît ce renard?

Les illustrations de Deborah Allwright sont magnifiques dès la couverture avec ces étoiles et ce titre phosphorescents. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui permet de dédramatiser chez les plus jeunes lecteurs la peur du noir! Il y est aussi question de peur de l’autre, d’entraide et d’hospitalité, Petit Lapin accueillant chez lui d’autres animaux apeurés. La chute de l’histoire en est d’autant plus adorable.

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Couleur: « Noire »

Au fil des pages avec Le lapin, la nuit et la boîte à biscuits

Nous lisons Le lapin, la nuit et la boîte à biscuits de Nicola O’Byrne (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Les albums du Père Castor, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans. Il était une fois un lapin qui ne voulait absolument pas dormir au point d’enfermer la nuit, tenez-vous bien, dans une boîte à biscuits! Lapin est ravi de son subterfuge pour continuer de veiller. Mais très vite la Nuit va lui démontrer son utilité tant pour les animaux de la nuit que les carottes du potager dont Lapin raffolent. Devenant de plus en plus grognon et affamé par le manque de sommeil, l’appel du ventre sera-t-il plus grand pour Lapin? La nuit parviendra-t-elle à se libérer de la boîte?

Avec de jolies illustrations toutes douces, l’autrice nous conte une adorable histoire adorable et drôle tout en invitant le jeune lecteur, à l’instar de Lapin, à réfléchir sur l’importance du cycle du jour et de la nuit et du sommeil. Les tout-petits lecteurs s’identifieront facilement à Lapin qui finalement se rendra compte qu’il est aussi agréable de se coucher grâce aux histoires du soir. D’ailleurs, ce dernier les personnifie à merveille pour inventer mille facéties pour retarder l’heure de se coucher. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui permet de dédramatiser l’heure du coucher chez les tout-petits! Sans oublier la chute toute douce et poétique avec son joli pop-up et sa mise en abîme autour du plaisir de lire (ou d’écouter des histoires, selon l’âge de l’enfant).

Participation #158 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Objet: « Boîte à biscuits »

Au fil des pages avec Bonne nuit tout le monde!

Nous lisons Bonne nuit tout le monde! de Komako Sakaï et Chihiro Ishizu (éd. L’école des loisirs, 2018), un album jeunesse cartonné pour les tout-petits. Nous suivons la petite Louise sur le point d’aller se coucher. Mais comment la rassurer afin de l’accompagner le plus paisiblement dans le sommeil, à l’instar des animaux et objets de son quotidien?

Cet album est à l’image de la magnifique illustration de la couverture. Que de poésie et de douceur dans cette histoire! Nous apprécions beaucoup le coup de crayon de cette illustratrice, Komako Sakaï dont nous avions déjà lu Ne bouge pas! et Dans l’herbe. En jouant avec le mouvement, elle donne magnifiquement vie aux animaux et objets du quotidien qui se préparent à aller dormir. Sans oublier le texte très mélodique avec les bruits du papillon ou du train par exemple que pourront facilement reprendre les tout-petits. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui peut très bien être lu au moment du coucher comme histoire du soir!

Au fil des pages avec Cinq dans le lit

Nous empruntons à la bibliothèque un album jeunesse pour continuer de s’amuser autour des premiers chiffres, après avoir lu 1,2,3 petits chats qui savaient compter jusqu’à 3. Il s’agit cette fois de Cinq dans le lit de Marie-France Painset et l’Atelier Saje (éd. Didier Jeunesse, coll. Les tout-cartons petite enfance, 2018), un album jeunesse pour les moins de 3 ans. Reprenant la comptine anglaise « There were ten in the bed », nous suivons cinq lapins dans un lit. Le plus petit pousse les autres un à un du lit, jusqu’à se retrouver seul, tout terrifié.

Cet album cartonné avec des tirettes permet aux tout-petits de participer activement à l’histoire en faisant tomber les lapins au fil des pages. Il permet ainsi une première approche de la soustraction mais aborde également les émotions comme la peur d’abandon au moment du coucher. Les illustrations tout en rondeur et épurées des petits lapins apportent une touche de fantaisie à cet album à manier avec beaucoup de plaisir. Simple et efficace pour les jeunes lecteurs!

Participation #45 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #8 catégorie Objet: « Lit »

Au fil des pages avec Le Grand Livre de Petit Ours

Nous lisons Le Grand Livre de Petit Ours de John Prater (éd. Les Livres du Dragon d’Or, 2002), un album jeunesse emprunté à la bibliothèque qui regroupe plusieurs histoires ou plutôt des comptines, poèmes et petites scénettes de la petite enfance. Nous suivons Petit Ours avec son père, Grand Ours ou avec ses amis au fil des pages.

Nous retrouvons avec grand plaisir des comptines connus comme « Au clair de la lune », « Pirouette, Cacahuète », etc… Nous lisons nos premiers poèmes avec par exemple un poème de Robert-Louis Stevenson, auteur bien connu de L’île au trésor et de L’étrange cas du Dr. Jekyll et de M. Hyde. Cela me donne envie de lire d’autres poèmes de cet auteur, ayant repéré Petit jardin de poésie ou Au jardin des poèmes d’enfance dans le catalogue de la bibliothèque et même une version pour les petits de L’île au trésor… Mais revenons à Petit Ours tout en fredonnant d’autres comptines de l’album: « Dansons la capucine », « Bateau sur l’eau »… Nous le suivons aussi au gré des saisons qui passent et dans des moments de complicité avec Grand Ours.

Cet album jeunesse tout en tendresse peut être lu pour différents moments de la journée: une petite activité musique et chanson – en sortant bien sûr les instruments de musique et en jouant aux marionnettes ou en imitant Petit Ours – mais aussi pour un moment plus calme, comme avant d’aller se coucher. Les illustrations me rappellent celles de Sam McBratney, l’auteur de Devine combien je t’aime avec ses deux lièvres bruns, un petit et un grand, le père. D’ailleurs, les deux auteurs sont britanniques et de la même génération.

Participation #13 Devine qui vient Bloguer?

Participation #4 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna – #4 catégorie Lecture: « Livre »

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑