Étiquette : DIY (Page 1 of 8)

Au fil des pages avec Pélagie la sorcière

Nous empruntons à la médiathèque Pélagie la sorcière de Valérie Thomas et Korky Paul (éd. Milan, 1989, rééd. 1993), un album jeunesse à partir de 3 ans. Pélagie la sorcière vit dans une maison noire, ce qui lui pose de nombreux problèmes et accidents dès que Rodolphe, son chat noir dort. Elle est, en effet, incapable de le repérer dans tout ce noir. Après une chute de trop dans les escaliers, elle décide avec quelques formules magiques de le changer de couleur, ce qui rend son chat triste. Mais est-ce vraiment en changeant de couleur son chat qu’elle va résoudre le problème? L’histoire est rigolote et répétitive centrée sur les changements de couleur du chat. Un très bon moment de lecture avec cette gentille sorcière!

Pour prolonger la relecture, je fabrique une petite sorcière Pélagie sur le même principe que nos sorcières faites en septembre et en m’inspirant des illustrations de l’album jeunesse. Pour son chapeau, j’utilise de la feutrine en reprenant les motifs: bandes violette, jaune et orange, sans oublier trois étoiles et un croissant de lune. Pour sa robe et son manteau, j’utilise aussi de la feutrine et pour les collants, de la laine. Je rajoute également de la laine et deux perles nacrés pour faire les bras mais qui au final ressemblent plus à un bijou ou fermoir de manteau.

Puis nous réutilisons une peinture réalisée il y a très longtemps pour en faire le fond orange de la maison de Pélagie sur laquelle ses vêtements sont en train de sécher. Pour ce faire, je refais comme l’année dernière, avec les maisons hantées, un découpage aux ciseaux et cutter pour faire la maison noire de Pélagie. Je dessine ensuite ses vêtements que nous colorions. Pour les plus jeunes lecteurs, il est possible d’aborder de façon halloweenesque les couleurs en utilisant les différentes transformations du chat de Pélagie.

Atelier Bricolage chez Syl

Avec cette nouvelle petite sorcière DIY, c’est ma participation de cet après-midi à l’Atelier Bricolage de Syl, comme chaque mardi du mois d’octobre 2020 pour le Challenge Halloween. Pour voir les autres créations des participantes: une petite sorcière qui vole sur son balai chez Syl, une Paper Witch chez Hilde et une petite fée/sorcière chez Isabelle.

Logo, Challenge Halloween 2020, sorcières

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Sorcière

 

Challenge Petit Bac d’Enna #11 Catégorie Son: « La »

Des petites sorcières pour Halloween

Ce mercredi matin, nous nous amusons à fabriquer des petites sorcières pour compléter nos décorations des années précédentes, Halloween approchant. Je commence par une petite sorcière toute de noir vêtue. Je commence pour son chapeau pointu avec de la feutrine noire. Pour les cheveux, je colle des bouts de laine grise. Je couds des motifs avec du fil orange tout autour du bas du chapeau et de la cape que j’attache en cousant un sequin orange.

Puis je fais une sorcière aux couleurs plus automnales avec de la feutrine et de la laine orange. Je ressors pour l’occasion une petite citrouille fabriquée en feutrine l’année dernière pour l’accompagner. La cape est également en feutrine orange que je couds en rattachant les deux extrémités avec un sequin noir. Pour la robe, j’enroule de la laine orange tout autour de la figurine en bois. Finalement, en fin d’après-midi, je rajoute des cheveux blonds à la deuxième sorcière.

Suite à des questions, pour le corps de base de la sorcière, j’ai acheté des figurines en bois d’environ 5 cm avec en haut une partie arrondie pour la tête et en bas une partie triangulaire. Je rajoute une photo plus parlante.

Pour une autre petite sorcière: celle toute mignonne de Syl qui l’a postée sur le groupe FB du challenge.

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Loisirs créatifs

Mardi bricolage et couture chez Syl

La course aux œufs

Nous jouons aujourd’hui à la course aux œufs. J’ai trouvé ce jeu de société « fait maison » sur le blog de La Maternelle de Vivi (merci à elle). Après l’avoir imprimé, j’ai colorié le plateau de jeu ainsi que les vingt cartes de la pioche (10 poules et 10 renards). J’ai renforcé les cartes avec au dos une feuille cartonnée souple. J’ai fini et plastifié le tout. Pour compléter le jeu, nous avons pris un dé, des pompons pour les œufs et des pions.

Le but de ce jeu de société est d’atteindre le poulailler en ayant le plus d’œufs possibles. Au départ, chaque joueur a cinq œufs. Puis il lance le dé et s’il tombe sur une case « œuf », il pioche une carte « renard » ou « poule ». Si c’est la poule, il obtient le nombre d’œufs indiqué. Si c’est le renard, il les perd.

Nous avons ainsi fait plusieurs parties, en espérant à chaque fois ne pas avoir de renard. Une façon d’apprendre en s’amusant les mathématiques! En effet, à chaque lancer de dé, l’enfant doit reconnaître le nombre indiqué sur le dé, avancer son pion en comptant puis selon la carte tirée, ajouter ou retrancher un nombre d’œufs.

Selon l’âge de l’enfant, des variantes sont possibles, comme ne pas utiliser de cartes de pioche et ne lancer que le dé. Si le joueur tombe sur une case « œuf », il ajoute le nombre d’œufs indiqué. Dans ce cas, aucun œuf n’est distribué au début de la partie. Il est également possible de commencer la partie avec dix œufs et dans ce cas, si le joueur tombe sur une case « œuf », il retire le nombre d’œufs indiqué. N’hésitez pas à aller voir ce jeu et ses règles directement sur le blog de La Maternelle de Vivi.

Une taupinière pour Petite Taupe

Pour prolonger la lecture du dernier album étudié en classe et que nous lisons également régulièrement à la maison, Petite Taupe, ouvre-moi ta porte! d’Orianne Lallemand et Claire Frossard, nous avons fabriqué hier et encore ce matin une taupinière pour Petite Taupe pour raconter l’histoire à la façon Narramus.

Pour ce faire, j’ai commencé par découper dans des cartons usagés ce qui constituera la taupinière. Sur un côté, j’ai utilisé un cutter pour faire la porte. Nous avons peint en bleu la porte en même temps qu’un autre petit morceau pour la cuisinière. Nous avons également collé sur un morceau de carton plus fin les figurines des différents animaux de l’histoire que j’avais redimensionnés à partir d’une activité trouvée sur le blog de La maternelle de Vivi.

Le temps que cela sèche, j’ai découpé d’autres morceaux de carton pour fabriquer le canapé et le lit. Nous avons collé et scotché les différents morceaux, en rajoutant deux bâtonnets en bois pour des étagères et un autre bâtonnet pour soutenir le lit. Nous faisons également l’échelle à partir de brochettes en bois dont j’ai ôté les parties pointues (et qui serviront pour faire les bâtons de la grenouille et une cuillère en bois pour la soupe).

Pendant la sieste de l’après-midi, j’en ai profité pour coudre les petits coussins et la couverture. J’ai cousu à chaque à l’envers deux morceaux identiques, les ai retournés une fois presque cousus et les ai rembourrés avec des nicofibres. Puis j’ai coupé un dernier bout de tissu pour le rideau de la porte comme dans l’histoire et fait des trous pour y passer une brochette en bois.  Je découpe également tous les personnages en laissant un petit bout à replier en bas pour les maintenir debout.

Plus tard dans l’après-midi, nous reprenons la fabrication de la taupinière: nous collons des boutons de récup’ sur la cuisinière pour les plaques. Nous rajoutons des tiroirs et un four sur la cuisinière, après les avoir peint en bleu et rajouté des traits au feutre gris à la règle. Nous collons sur le sol deux morceaux de feutrine pour les tapis de Petite Taupe. Je fais une petite caisse en carton pour le cageot d’oignons. Nous utilisons pour la marmite un de nos légos.

Et mine de rien, cela permet à l’enfant d’apprendre en s’amusant puisque la fabrication du décor a mobilisé plein de compétences: observation des détails des illustrations, repérage des formes, couleurs et quantités, développement du vocabulaire et du langage pour nommer les objets et animaux, motricité fine pour couper, coller, peindre ou colorier, etc… Et surtout un très bon moment ensemble!

Ce matin, je reprends les personnages car ils ne tenaient pas vraiment lorsque nous racontions l’histoire. Nous utilisons pour chaque deux petits morceaux de cartons que nous collons sur la « languette » ce qui stabilise nos figurines fait maison.

Nous continuons à faire les petits livres de Petite taupe car nous avions repéré que Petite Taupe avait 5 livres posés sur une petite table: un bleu, deux rouges et deux verts. Nous en colorions un en bleu et les autres en peinture. Je rajoute à l’intérieur des petites feuilles blanches que j’agrafe et colle. Puis nous fixons des petits bouts de ruban auto-aggripant adhésif. Je refais également un autre cageot pour les pommes de terre et nous y mettons des perles (comme pour les oignons qui sont en réalité des perles oranges).

Nous faisons également une décoration avec des bougies que nous peignons en blanc et jaune. Nous faisons ensuite la fenêtre en peignant un morceau de carton arrondi en bleu et une fois sec, en faisant des flocons de neige avec un coton tige. Nous collons dessus deux autres bouts de carton colorié en marron. Et maintenant il est temps de s’amuser et de raconter l’histoire de Petite Taupe (avec le loup bien sûr!).

Des activités sur le thème de l’amour

Pour ce mois de février 2020, je participe une nouvelle fois, également via mon compte Instagram, au rendez-vous sur le fil organisé par MamanSurLeFil. Le thème de ce mois-ci est « Love, love, love ».

Nous avons réalisé une petite activité de collage et de gommettes. Je dessine une cigogne comme patron puis découpe les différentes parties dans des feuilles cartonnées de couleur adéquate: orange pour les pattes et le bec, noir et blanc pour le corps et le plumage. Nous utilisons comme décor une demi-page d’une feuille cartonnée bleue. Qu’il est amusant de tout assembler et de finir en collant des yeux mobiles! Puis nous collons un baluchon rempli de gommettes en forme de cœurs. Puis nous dispersons plein de cœurs tout autour.

Nous nous sommes aussi beaucoup amuser avec des coeurs en bois de différentes tailles. Nous en avons peints et/ou pailletées aux couleurs de l’amour (rose et rouge bien sûr!). Nous avons gardé certains petits à l’état brut pour les disposer sur une pomme de pin peinte en rose.

Nous avons aussi collé des sequins et/ou des yeux mobiles sur des grands coeurs. Mais avant de coller les sequins, nous les avons triés par couleur et mis dans des petits pots en verre comme le Monstre des couleurs d’Anna Llenas. Nous avons resorti pour l’occasion nos marionnettes à doigt et La couleur des émotions. 

Une fois tous ces coeurs coloriés, que faire d’autant de coeurs? Un jeu de morpion de l’amour! Rien de plus simple pour fabriquer ce jeu de société DIY. Nous en avions déjà fait pour Halloween, Noël (et bientôt un nouveau pour Pâques). Je découpe un carré de 15 cm sur 15 cm sur une feuille blanche que je colle sur un morceau de carton usagé. Puis une fois le tout séché, nous quadrillons par carré de 5 cm sur 5 cm avec une règle. Puis nous collons du ruban rouge pour emballage cadeau qu’il nous restait de Noël. Et voilà notre jeu de morpion fait maison prêt!

Outre ces activités manuelles, nous avons bien évidement lu et relu des albums jeunesse sur ce thème en reprenant dans notre bibliothèque:

Et de nouveaux emprunts à la médiathèque (rentrant pour certains également dans nos lectures hivernales):

L’amour peut, en effet, revêtir plusieurs formes comme l’amour avec un grand A et donc le sentiment amoureux (merveilleux ou douloureux), l’amour parental (maternel/paternel mais aussi des grands-parents), l’amour filial, etc. Un vaste sujet qui fait tourner le monde et est une source intarissable d’inspiration, heureusement la plupart du temps pour la joie et le bonheur des plus petits comme des plus grands!

Enfin, pour l’occasion, nous avons refait des petites activités manuelles en jouant avec de la pâte à modeler et nos perles en forme de cœur, d’étoile et de fleur. Nous avons également découpé des cœurs dans du papier que nous avons colorié aux feutres ou aux crayons de couleurs avant de perforer les contours pour y passer de laine. Il y a eu également des cœurs en peinture, avec des pinceaux et/ou du papier bulle. D’ailleurs, ces activités permettent, tout en s’amusant, de développer la motricité fine des tout-petits.

Participation 2 #rvsurlefil de MamanSurleFil #Love, love, Love

« Older posts

© 2020 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑