Étiquette : BD adulte

Point lecture hebdomadaire #3

La semaine dernière, nous sommes passés à notre médiathèque estivale pour des emprunts de quelques jours. Alors voici, avec un peu de retard, notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière et celle en cours. Certains des livres ont déjà été rendus et ne sont donc pas présents sur la première photo d’illustration de ce billet.

Nos lectures du 16 au 22 août 2021:

Des albums jeunesse:

  • Comme un grand de Rachel Bright et Jim Field

Nous lisons Comme un grand de Rachel Bright et Jim Field (éd. Deux coqs d’or, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Petit Loup se sent fort et grand et veut être le chef de la meute. Il pense pouvoir tout faire tout seul. Mais lorsque la meute part chercher un nouvel abri, le louveteau se perd. Parviendra-t-il à se débrouiller comme un grand? Il est question d’autonomie, d’entraide, d’amitié et de famille. Grandir c’est aussi compter sur ses amis et sa famille. Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse aux jolies illustrations hivernales!

  • Gipsy Panda de Quentin Gréban

Puis nous lisons également Gipsy Panda de Quentin Gréban (éd. Mijade, 2011), un album jeunesse à partir de 3 ans. Le quotidien doux et tranquille de Gipsy Panda est mis à mal avec l’arrivée d’une poule dans sa roulotte. Un très bon moment de lecture avec cette histoire rigolote, le lecteur sachant avant le panda la présence de la poule, ce qui provoque forcément le rire! Nous apprécions toujours autant les illustrations de Quentin Gréban, ici avec un panda tracassé et une poule un brin farceuse malgré elle. A noter toutefois que les plus jeunes lecteurs ne comprendront pas les propos de la biquette à la première page, cette dernière traitant le panda de voleur de poule. L’auteur prend en effet à contrepied les préjugés à l’encontre des Tsiganes ou des Gitans, « Gipsy » en anglais. Dans cette histoire, tout se terminera en amitié entre le panda et la poule.

Des albums jeunesse rigolos de la série « Comment ratatiner », à partir de 3 ans:

Nous avions découvert cette série livresque l’année dernière, à Halloween avec Comment ratatiner les ogres?, une manière rigolote de dédramatiser les petites et grandes peurs des monstres chez les plus jeunes.

  • Comment ratatiner les araignées? de Catherine Leblanc et Roland Garrigue (éd. P’tit Glénat, 2012) pour ne plus en avoir peur, la fin de l’album rappelant leur rôle dans la Nature et en particulier dans la maison, en se nourrissant des bestioles.
  • Comment ratatiner les sorcières? de Catherine Leblanc et Roland Garrigue (éd. P’tit Glénat, 2009) pour apprendre à repérer les sorcières et les chasser, l’album ne mettant en scène que de méchantes et vilaines sorcières. Un petit avant-goût halloweenesque!
  • Comment ratatiner les pirates? de Catherine Leblanc et Roland Garrigue (éd. P’tit Glénat, 2010) pour apprendre à déjouer leurs pièges tout en conservant leurs trésors, à moins que le pirate ne soit selon les situations les parents ou les enfants.

Des BD adulte:

J’ai également lu les deux premiers tomes de la BD, M.O.R.I.A.R.T.Y de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau, Stevan Subic et Scarlett. Dans le premier tome, Empire mécanique 1/2 (éd. Delcourt, 2018), en 1899, Sherlock Holmes démasque un automate joueur de cartes dans un club londonien. Au même moment, le Dr. Jekyll tente de se remettre de blessures par balles infligées par la police à Mr. Hyde, n’ayant pas réussi à endormir son double à temps alors qu’il était en train de prendre de l’opium. Porté disparu, Sherlock Holmes est appelé pour le retrouver. Dans le deuxième tome, Empire mécanique 2/2 (éd. Delcourt, 2019), Sherlock Holmes tente de découvrir, avec l’aide de son frère Mycroft, qui se cache derrière les dangereux automates Hyde, la reine Victoria étant en danger.

Je n’ai pas du tout accroché aux illustrations qui dénotent par rapport à celles des couvertures. J’ai trouvé l’ambiance trop glauque et le graphisme trop sombre bien que steampunk, où il est bien difficile de discerner les traits des protagonistes. Je ne pense pas que je lirai la suite, restant sur l’intuition de Sherlock Holmes quant à l’identité de Moriarty qui n’a pas été révélée.

Des romans:

  • Betty de Tiffany McDaniel (éd. Gallmeister, 2020, 720 pages)

Betty Carpenter commence par raconter la rencontre de ses parents et leur errance à travers les États-Unis en fonction du travail trouvé par le père, un Cherokee et des grossesses de la mère, une femme blanche pauvre puis leur retour dans la vie natale de la mère, dans l’Ohio. Puis le roman se focalise sur la vie de la narratrice, Betty née en 1954, de son enfance auprès d’un père aimant et d’une mère meurtrie par la vie et fragile.

Au fil des années qui passent jusque dans les années 70, Betty doit vivre avec de nombreux secrets de famille, plus terribles les uns que les autres et les décès qui touchent sa fratrie. Son passage de l’enfance à l’âge adulte ne sera pas sans douleurs, Betty, « Petite Indienne » métisse, étant confrontée au racisme, à l’inceste et aux deuils. Rien ne semble l’épargner et pourtant je retiendrai surtout de ce roman la relation tellement belle et lumineuse entre Betty et son père, un homme proche de la Nature et ayant su conserver, malgré les violences subies, ses racines cherokee dont il est fier et les transmettre à ses enfants, comme par exemple le secret des plantes médicinales. A la fois poète et guérisseur, débordant d’imagination et d’optimisme, ce dernier essaie de préserver l’innocence enfantine de ses enfants en apportant une beauté magique à des événements qui sont en réalité douloureux. Par moment, ce roman me rappelle Là où chantent les écrevisses de Delia Owens.

  • Hamnet de Maggie O’Farrel (éd. Belfond, 2021, 368 pages)

Un jour d’été, en 1596, Hamnet, un jeune garçon de 11 ans cherche désespérément de l’aide auprès d’un adulte, sa sœur jumelle Judith étant gravement malade. Mais il ne trouve personne, pas même le médecin et rejoint sa sœur dans leur chambre avant de s’endormir à son tour. Au retour de la famille, personne ne voit qu’Hamnet est malade, tous étant concentrés pour sauver la jumelle plus fragile, Judith.

Dans ce roman historique quoique très romancé et bien écrit, je suis les dernières heures de vie de Hamnet, le fils de William Shakespeare, décédé selon l’autrice de la pestilentielle même si la cause de son décès ne sera jamais connue. Au-delà de ce jeune garçon, c’est surtout la vie de sa mère, Agnès qui est mise en avant (femme forte et déterminée ayant grandi avec une crécerelle apprivoisée, un brin sorcière) et dans une moindre mesure de son mari, William, ancien précepteur qui passe tout son temps à Londres, à écrire et gérer sa troupe de théâtre, prenant ainsi de la distance avec son père maltraitant. A travers ce couple en train de perdre leur fils, il est question de deuil. La perte de cet enfant fragilise le couple. Agnès sombre dans la dépression, se reprochant de n’avoir rien vu alors qu’elle a le don de lire la destinée des gens et de les soigner et William se réfugiant à Londres, écrivant alors sa tragédie Hamlet.

Après avoir lu Betty, les personnages du père et ici de la mère se rapprochent dans leur contact avec la Nature, leur connaissance des plantes et herbes médicinales, leur approche du monde ésotérique ainsi que l’amour qu’ils portent à leurs enfants.

Ma lecture en cours:

(Roman) Anne d’Avonlea de Lucy Maud Montgomery (éd. Monsieur Toussaint Laventure, 2021, 344 pages)

Comme j’avais pris deux romans à la médiathèque pour une semaine, je n’ai avancé que de deux chapitres cette lecture, découvrant Anne en jeune institutrice enthousiaste, pleine de bonne volonté et se laissant encore emportée dans son imagination qu’elle a eu su conserver de son enfance.

Ce sera également ma lecture de la semaine prochaine.

Challenge Petit Bac d’Enna #11 et 12 Catégorie Prénom: « Betty » et « Hamnet »

Participation #19 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

challenge 2021 lire au féminin

Participation #53 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrices américaine et anglaise

 

Au fil des pages avec Hercule Poirot, Le Crime de l’Orient-Express

Lors du dernier RAT British Mysteries, j’ai lu Hercule Poirot, Le crime de l’Orient-Express de Benjamin von Eckartsberg et Chaiko (éd. Paquet, 2017), une adaptation en BD adulte du roman éponyme d’Agatha Christie paru pour la première fois en 1934. Hiver 1937, revenant d’Istanbul pour une enquête, Hercule Poirot prend in extremis la dernière place dans le compartiment des premières classes de l’Orient-Express pour rejoindre Londres. Il est très vite approché par Monsieur Ratchett, un riche Américain fort antipathique qui pense sa vie en danger et qui meurt la nuit suivante dans le train, poignardé de douze coups de couteau. Hercule Poirot arrivera-t-il à résoudre cette affaire? D’autant que le meurtrier ne peut être que l’un des passagers de première classe, le luxueux train étant bloqué dans la neige au milieu de nulle part.

Du fait du format BD, l’intrigue s’enchaîne rapidement et il vaut mieux, à mon avis, connaître l’histoire avant d’en lire cette adaptation. J’avoue qu’il m’a fallu un temps pour me familiariser avec la physionomie d’Hercule Poirot, son image étant associée à David Suchet. Les illustrations permettent de se plonger dans ce huis-clos à l’atmosphère feutrée et où la tension est palpable, même si les visages des protagonistes auraient pu être moins grossiers et moins ressemblant les uns des autres, surtout les femmes. J’ai aussi bien apprécié les décors enneigés à l’image de la magnifique couverture. Un bon moment de lecture en compagnie d’Hercule Poirot! Cela me donne envie de relire le roman d’Agatha Christie comme l’a fait L’Orouge le week-end dernier.

J’avais choisi cette bande dessinée pour la Journée « Adaptation » du British Mysteries Month. C’est aussi une nouvelle participation au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine, Hercule Poirot faisant avancer son enquête autour d’un bon repas ou d’un thé à bord de l’Orient-Express.

Participation #9 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Adaptation

Participation #9 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Adaptation

Participation #33 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Thé

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Voyage: « L’Orient-Express »

Participation #9 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie #Adaptation de classique

Au fil des pages avec Mary Jane

Pour la journée BD du British Mysteries Month, j’ai choisi une BD que j’avais lue début janvier 2021: Mary Jane de Frank Le Gall et Damien Cuvillier (éd. Futuropolis, 2020), une BD pour des lecteurs adultes et relatant la vie brisée de la dernière victime de Jack l’Éventreur.

En 1880, veuve à 19 ans d’un mineur mort lors d’un accident dans une mine du Pays de Galle, Mary Jane fuit son placement dans une workhouse pour rejoindre sa sœur à Cardiff. Mais après avoir perdu sa valise et près avoir rencontré des rôdeurs en chemin, elle décide finalement de se rendre à Londres. Bien démunie, elle se laisse amadouer par un rabatteur qui la livre à une proxénète, Mistress Kate. Commence alors une descente aux enfers faite de prostitution et d’alcoolisme. Mary Jane tente pourtant de vivre, ou plutôt de survivre, en s’enfuyant à Paris ou en s’installant avec Joseph Barnett. Mais il est bien difficile de vivre comme femme seule, sans ressources, dans un Londres du XIXème siècle en plein essor industriel. Mary Jane enchaîne les mauvaises rencontres qui l’entraînent dans l’un des quartiers les plus malfamés de Londres, Whitechapel.

Les illustrations à l’aquarelle de Damien Cuvillier participent à l’ambiance glauque, pesante et oppressante de l’histoire. Mary Jane renvoie à la misère sociale qui touchait de nombreuses femmes pauvres de l’époque victorienne bien avant d’être une des victimes de Jack l’éventreur. D’ailleurs, même si le récit démarre comme une enquête policière avec l’interrogatoire de témoins ayant connu la jeune femme, il devient très vite le récit touchant et cruel d’une vie. Une BD qui ne laissera pas indifférent avec cette biographie fictive de Mary Jane Kelly qui s’attarde surtout sur sa vie et non sa fin tragique!

Pour un autre avis: Lou.

Participation #4 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #British Mysteries Month 2021

Participation #3 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #BD

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Prénom: « Mary Jane »

Ma PAL pour le British Mysteries Month 2021

Pour ce premier jour du British Mysteries Month 2021, Hilde et Lou nous proposent de présenter notre PAL (pile à lire) pour le mois de mars. J’ai prévu des lectures jeunesse et adulte en lien avec le programme facultatif. Certaines sont des livres déjà lus mais pas encore chroniqués. J’en ai repérés d’autres que je n’ai pas encore pu emprunter à la médiathèque (j’ai enfin pu réserver le tome 2 des Détectives du Yorkshire que je récupère la semaine prochaine). Alors voici une première partie de ma PAL so British Mysteries.

Des romans jeunesse:

  • le tome 1 des Lapins de la Couronne d’Angleterre, Le complot de Santa Montefiore, Simon Sebag Montefiore et Kate Hindley (éd. Little Urban, 2020), un roman jeunesse à partir de 9 ans
  • le tome 2 des Lapins de la Couronne d’Angleterre, Air Force One de Santa Montefiore, Simon Sebag Montefiore et Kate Hindley (éd. Little Urban, 2021), un roman jeunesse à partir de 9 ans

Des BD/BD jeunesse:

  • le tome 1 des Quatre de Baker Street, l’Affaire du rideau bleu de Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand (éd. Glénat, 2009, rééd. 2020), d’après l’œuvre d’Arthur Conan Doyle, une BD jeunesse (RELU)
  • Mary Jane de Frank Le Gall et Damien Cuvillier (éd. Futuropolis, 2020), une BD adulte et et relatant de façon fictive la vie brisée de la dernière victime de Jack l’Éventreur, Mary Jane Kelly (DÉJÀ LU)

Des romans policiers/cosy mysteries:

  • le premier tome de la série « Campbell et Carter », Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger (éd. 10/18, 2020), un roman policier plus qu’un cosy mystery (LU)
  • le tome 2 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman (LU)
  • le tome 3 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le mystère de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018) (LU)
  • le tome 1 de la série « Charlotte et Thomas Pitt », L’étrangleur de Cater Street d’Anne Perry (éd. France Loisirs, 1997), un roman policier se passant à Londres, à l’époque victorienne, au printemps 1881 (LU)
  • 221b Baker Street de Graham Moore (éd. Le Cherche Midi, 2010)
  • le tome 6 d’Agatha Raisin enquête, Vacances tous risques de M.C. Beaton (éd. Albin Michel, 1997, éd. 2017) (LU)
  • le tome 7 d’Agatha Raisin enquête, À la claire fontaine de M.C. Beaton (éd. Albin Michel, 1998, éd. 2017)

Participation #2 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #British Mysteries Month 2021

Au fil des pages avec Diane

L’été dernier, lors du RAT gourmand d’août 2020, j’avais lu Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand (éd. Michel Lafon, éd. Pocket, n°15716, 2014), le premier roman court de l’autrice. Un an après le terrible accident de la circulation qui a emporté son mari Colin et sa fille Clara, Diane part seule s’enterrer – se reconstruire – en Irlande, à Mulranny, se raccrochant au fait que son défunt mari adorait la guiness. Elle quitte Paris, son meilleur ami et employé Félix à qui elle confie la gestion du café littéraire nommé « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Elle loue un cottage à un couple âgé, Abby et Jack dont le neveu, Andrew, un photographe solitaire et bourru vivant avec son chien, vit dans la maison voisine. Rien ne semble pouvoir les rapprocher. Et pourtant?

Cette petite romance se laisse facilement lire, l’histoire changeant très vite de style dès la rencontre entre Diane et Andrew, le deuil de son mari et de sa petite fille passant en second plan. J’avais été un peu déçue de ma lecture, tant dans le style d’écriture que dans une romance du type Harlequin, surtout après avoir lu sur le même thème, Des vents contraires d’Olivier Adam.

Pourtant, cette semaine, en me rendant à la médiathèque, j’ai vu l’adaptation en roman graphique de ce roman, Les gens heureux lisent et boivent du café de Véronique Grisseaux et Cécile Bidault, d’après Agnès Martin-Lugand (éd. Michel Lafon, 2019). Je l’ai empruntée avec la suite de ce roman, La vie est facile, ne t’inquiète pas d’Agnès Martin Lugand (éd. Michel Lafon, éd. Pocket, n°16442, 2016).

S’agissant du roman graphique, je l’ai trouvé fidèle au roman d’autant que certains traits caricaturaux des personnages, comme Félix, ont été atténués. Même la question du deuil est plus présente, l’évolution physique de Diane dans les illustrations y contribuant largement. Je pense qu’il est préférable de lire le roman avant pour comprendre certaines ellipses ou raccourcis de l’adaptation due à son format.

Puis je lis la suite, La vie est facile, ne t’inquiète pas. L’histoire reprend un an après le départ de Diane de Mulranny. Elle semble avoir repris sa vie en main, à Paris, avec son fidèle ami, Félix, même si la douleur est encore bien présente, surtout la perte de sa fille Clara l’empêchant tout contact avec un enfant. Elle est sur le point de racheter les parts de ses parents du café littéraire et vient de rencontrer Olivier, un homme éperdument amoureux d’elle. Mais alors que tout semble aller pour le mieux, elle revoit Andrew, lors d’une exposition de ses photos, qui lui apprend qu’Abby est très malade. Ni une ni deux, elle retourne à Mulranny où elle doit aussi faire face à une rencontre inattendue et déstabilisante. Arrivera-t-elle à surmonter un nouveau décès?

J’ai bien apprécié cette suite, un court roman feel good que j’ai trouvé mieux construit et mieux écrit que Les gens heureux lisent et boivent du café. En retrouvant sa « seconde » famille irlandaise si soudée malgré les blessures enfouies ou non de chacun des membres, Diane sera plus forte qu’elle ne le pense, parvenant malgré ses hésitations et ses angoisses, à vivre avec le décès de sa fille. La romance accompagne bien mieux la vie d’après la perte. Il y a même un peu plus de références au paysage irlandais et à ses plats typiques (et non plus que la guiness) comme le pain noir, l’irish stew et l’irish breakfeast (« ça sentait le bacon, les oeufs, les toasts grillés »). Un bon moment de lecture avec cette suite!

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégories Être humain: « Gens », Adjectif: « Facile » et Aliment/Boisson: « Café »

Participation #6 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine irlandaise

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑