Étiquette : Ann Granger

Au fil des pages avec Cottage, fantômes et guet-apens

Je viens de finir de lire Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger (éd. 10/18, coll. Grands Détectives, 2020). Acheté l’année dernière lors du Challenge Halloween, ce roman attendait sagement dans ma bibliothèque l’édition suivante jusqu’à ce que je vois le thème facultatif « Fantômes » du British Mysteries Month. Alors je l’ai finalement lu pendant le RAT du week-end dernier. Il s’agit d’une nouvelle série livresque d’Ann Granger dont un seul tome a été traduit en français, le premier de la série « Campbell et Carter » datant Outre-Manche de 2009. De cette autrice, j’ai bien apprécié sa série « Lizzie et Ben Ross » se déroulant à l’époque victorienne.

Alors qu’il se rend dans une ferme abandonnée pour affaires, Lucas Burton découvre le cadavre d’une jeune femme dans l’étable boueuse. Pensant avoir été piégé par celui qu’il devait rencontrer, il se dépêche de repartir des lieux mais sa voiture est aperçue par Penny Gower, la propriétaire d’un centre équestre voisin de la ferme. La police est très vite appelée sur les lieux du drame, l’affaire étant confiée à l’inspectrice Jessica Campbell. Cette dernière mène alors son enquête auprès des gens du coin, que ce soit des notables ou non…

Dans cette histoire, je fais surtout connaissance avec Jessica Campbell qui est chargée d’élucider l’enquête sur la mort de cette jeune femme auprès des gens du coin, que ce soit des notables ou non... Fraîchement arrivé, le commissaire Ian Carter reste en retrait, l’autrice ne dévoilant pas grand chose sur lui. Contrairement à ce qui est indiqué en quatrième de couverture, je n’ai pas trouvé qu’il surveillant son inspectrice en permanence. Peut-être que lorsque les tomes suivants paraîtront, j’en serai un peu plus sur lui et qu’un véritable duo se créera avec Jess.

D’autre part, bien que ce roman se déroule à l’époque contemporaine, je retrouve des thèmes chers à l’autrice comme l’opposition gens locaux et étrangers ou encore en fonction de leurs classes sociales, la condition de la femme… Ce sont d’ailleurs des thèmes récurrents dans d’autres cosy mystery que j’ai pu lire ces derniers mois. Certains personnages m’ont paru un peu (trop) stéréotypés notamment chez les notables avec par exemple la famille Foscott ou le sergent Phil Morton. 

Enfin, il est aussi question de fantômes qui apparaissent de façon assez saugrenue (j’ai relu à deux reprises le paragraphe) et qui apportent une toute petite touche angoissante dans l’histoire, même s’ils ne sont que très accessoires. Un bon moment de lecture avec ce roman plus proche d’un roman policier que d’un cosy mystery, la petite touche d’humour british manquant à mon goût!

Pour d’autres avis: Chicky Poo et Bianca.

Participation #10 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Fantômes

 

Participation #10 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Roman policier

 

challenge 2021 lire au féminin

Participation #12 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Mes lectures « cosy mystery » de janvier 2021

Cette année, je participe à nouveau au challenge British Mysteries organisé par Hilde et par Lou, le thème facultatif des mois de janvier et février 2021 étant « Cosy Mystery ». Alors voici mes lectures qui mettent en scène, pour chaque série, un duo d’enquêteurs, plus ou moins amateurs. C’est aussi ma première participation au challenge « Lire au féminin » proposé par Tiphanya, mes trois lectures ayant été écrites par des femmes.

  • Le tome 3 de la série Lizzie et Ben

Je continue, après l’avoir commencée le mois dernier, la série « Lizzie et Ben ». J’ai ainsi lu en début de mois de janvier 2021 le tome 3, Un assassinat de qualité d’Ann Granger (éd. 10/18, coll. Grands détectives, 2015). A Londres, par un soir d’octobre 1867, Benjamin Ross rentre chez lui sous un épais brouillard pour retrouver sa femme, Elizabeth. En chemin, il croise la route de Daisy Smith, une jeune prostituée terrorisée par le spectre du fleuve. Le lendemain matin, Allegra Benedict, la jeune et belle épouse d’un riche marchand d’art est retrouvée morte dans un parc des beaux quartiers de Londres, Green Park. Serait-ce aussi l’œuvre du spectre?  Benjamin Ross est chargé d’éclaircir au plus vite l’assassinat de cette dame de qualité. Il pourra une nouvelle fois compter sur la précieuse aide de Lizzie, et même de leur jeune bonne, Bessie qui est en admiration devant un prédicateur prêchant la tempérance lors de réunions dominicales.

Comme dans les tomes précédents, l’histoire passe d’un narrateur à l’autre à la première personne, entre Benjamin Ross et Elizabeth Martin, les deux étant désormais mariés. Je replonge dans l’atmosphère si particulière de l’ère victorienne avec un Londres sous le brouillard automnal. Ayant lu quelques jours auparavant la BD, Mary Jane de Frank Le Gall et Damien Cuvillier (éd. Futuropolis, 2020) relatant la vie brisée d’une des victimes de Jack l’Éventreur, j’ai encore en tête cette ambiance glauque, pesante et oppressante, en lisant les premières pages du roman d’Ann Granger. Mais très vite, le côté cosy et l’humour dans les rapports entre les époux Ross et leur jeune bonne Bessie prennent le pas. Il y est toujours question derrière la résolution de l’enquête policière, de condition de la femme, quelle que soit sa classe sociale (mariage arrangé, prostitution…).  Un très bon moment de lecture avec les époux Ross!

  • Le tome 4 d’Agatha Raisin enquête

Je continue également avec le tome 4 d’Agatha Raisin enquête, Randonnée mortelle de M.C. Beaton (éd. Albin Michel, 2016). De retour de Londres après six mois d’absence, Agatha Raisin est ravie de retourner auprès des siens, à Carsely et surtout de revoir son cher voisin, James Lacey. Désormais, le dernier loisir à la mode au sein de la petite communauté de Carsely est de randonner, le petit groupe étant géré par James. Il est en de même, dans un village voisin, à Dembley, le groupe de marcheurs étant tenu par Jessica qui y voit surtout le moyen de défendre les droits de passage des randonneurs contre les propriétaires terriens. Mais quand Jessica est retrouvée morte dans un des champs de Sir Charles, ce dernier est soupçonné par la police. Agatha est engagée comme détective et saute sur l’occasion pour enquêter avec James en se faisant passer pour un couple marié parmi le groupe des Marcheurs de Dembley, chaque membre du groupe étant un potentiel assassin.

C’est encore une histoire d’Agatha Raisin qui se lit rapidement mais en étant moins rigolote que les tomes précédents, loin du charme de la communauté de Carsely, l’enquête se déroulant à Dembley. Les protagonistes suspects sont très caricaturaux, entre la féministe et insupportable Jessica, l’aristocrate qui est désapprouvé par son majordome en sortant avec une jeune prof ou encore les couples gays. A noter que l’intrigue ayant été écrite en 1995 par M.C. Beaton, je fais un bond dans le passé (pas si lointain) où l’IRA était encore active, revendiquant des attentats pour l’indépendance de l’Irlande du Nord. En effet, l’ancien amant de Jessica et membres suspects des Marcheurs de Dembley tente de cacher ses liens avec ce mouvement. Seule la fin de l’histoire apporte sa petite dose de suspens dans la relation Agatha/James et qui me donne envie de quand même lire, à l’occasion, le tome suivant.

  • Le tome 1 des Détectives du Yorkshire

J’entame enfin une nouvelle série avec le tome 1 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018). J’avoue qu’au vu de la couverture, je m’attendais à un cosy mystery mais pas se déroulant à l’époque contemporaine et avec de jeunes personnages, autour de la trentaine. Sur la moto ayant appartenu à son père, Samson O’Brien retourne dans son village natal, dans le Yorkshire, ouvrir une agence de détective privé le temps que les « choses » se tassent à Londres et quatorze ans après son départ précipité en laissant son père veuf et alcoolique notoire dans la ferme familiale délabrée. Mais il n’est pas le bienvenu, surtout pour le clan Metcalfe, Samson n’étant pas venu deux ans auparavant aux funérailles de Ryan Metcalfe, son meilleur ami et père de son filleul. C’est ainsi qu’il découvre qu’il est sans toit, son père ayant vendu la ferme familiale et que Delilah Metcalfe l’accueille avec un coup de poing au visage.

Mais Delilah accepte, bien à contre-cœur et pour sauver son agence de rencontres de la faillite, de lui louer pour six mois un bureau dans la même maison qu’elle. Samson est très vite engagé par Madame Hargreaves dont le fils est récemment décédé, ne croyant pas à la thèse du suicide. Serait-ce un meurtre? Samson, malgré l’hostilité des habitants, tente d’enquêter, tout comme Delilah qui s’inquiète de la réputation de son agence de rencontres en s’apercevant que d’autres de ses clients sont décédés comme le fils Hargreaves.

Tous les ingrédients d’un bon cosy mystery so british sont réunis: la campagne anglaise, des meurtres en série, un duo d’enquêteurs avec leur caractère propre et qui doivent collaborer malgré eux (Delilah, informaticienne, fonceuse et déterminée et Samson sur le qui-vive et avec son instinct policier), une communauté de villageois qui fait bloc et un tas de non-dits et de rancunes… C’est ce qui fait le charme de ce premier tome, l’intrigue passant au second plan d’autant que j’avais découvert très rapidement l’assassin. Un très bon moment de lecture avec Samson et Delilah! J’ai hâte de pouvoir lire les tomes suivants et notamment en savoir plus sur le passé mystérieux de Samson.

Participation #1 au Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

challenge 2021 lire au féminin

Participation #1 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure européenne

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Voyage: « Randonnée »

Au fil des pages avec Un intérêt particulier pour les morts

Fin novembre 2020, j’ai emprunté à la médiathèque et lu en à peine deux jours Un intérêt particulier pour les morts d’Ann Granger (éd. 10/18, coll. Grands détectives, 2006, rééd. 2013),  un roman policier se déroulant à Londres, à l’époque victorienne et qui est le premier tome de la série Lizzie Martin et Ben Ross.

Orpheline de mère, Elizabeth Martin a été élevée par son père, médecin dans le Derbyshire et régulièrement appelé pour des accidents à la mine de charbons. En 1864, âgée de 29 ans, elle perd son père et se se résout à accepter un poste de dame de compagnie, à Londres, auprès de Mrs. Julia Parry, seconde femme de son défunt oncle et parrain. Mais très vite, elle apprend que la dame de compagnie avant elle a été tuée. Son meurtre a-t-elle un lien avec la famille de sa tante? Heureusement, elle pourra compter sur un lieutenant de Scotland Yard, Benjamin Ross en charge de l’enquête.

Quel plaisir de suivre cette enquête! Écrite à la première personne, l’intrigue alterne, suivant les chapitres, le point de vue de Lizzie et celui de Ben. Il est aussi très plaisant de s’immerger dans l’ambiance londonienne de l’époque victorienne, une ville en pleine mutation avec notamment l’arrivée des premières gares de chemin de fer. Il est aussi question de la condition de la femme et de classes sociales, sans oublier une romance entre les deux protagonistes qui ne laisse pourtant pas de côté l’enquête policière. Le mélange des genres apporte d’ailleurs une touche légère à l’histoire. Le duo Lizzie/Ben est plaisant et attachant. J’ai hâte de me plonger dans les autres romans de cette série qui en compte six.

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Ann Granger

Challenge Petit Bac d’Enna #13 Catégorie Crimes et Justice: « Morts »

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑