Étiquette : lecture adulte (Page 1 of 45)

Week-end à 1000 – mai 2024

Ce week-end, du vendredi 17 mai 19h à dimanche minuit se déroule un week-end à mille. Il s’agit d’un défi livresque où l’objectif est de lire au moins 1000 pages, quel que soit le support ou genre (romans, albums illustrés, BD, romans graphiques, mangas, livres audio…). Mais ce nombre de pages à lire reste libre, chaque participant pouvant se fixer un objectif de lecture plus petit ou plus grand, en se constituant ou non une petite PAL pour l’occasion. Un thème facultatif a été prévu ce week-end: « Ménage de printemps de la PAL ». Pour plus d’infos, n’hésitez pas à y participer à votre tour et à rejoindre le groupe FB dédié: ici.

Ce billet de suivi sera actualisé tout le long du week-end et sera ponctué aussi par les passages sur les blogs et/ou réseaux sociaux des autres participantes comme Pativore, Nathalie (IG)..

Vendredi 17 mai 2024

En soirée, j’ai repris au chapitre 18 et fini de lire, en e-book, La berceuse des sorcières de Hester Fox (éd. Faubourg-Marign, janvier 2023, 310 pages), un roman à la double temporalité suivant les points de vue de Margaret et d’Augusta, 150 ans séparant les deux femmes. Augusta Podos, âgée de 28 ans est engagée à Harlowe House devenue un musée à Tynemouth, dans le Massachusetts et qui a été autrefois le domicile de Margaret Harlowe dont l’âme habite les lieux. Celle-ci a disparu du passé familial des Harlowe, seul un tableau la représentant sans doute. J’ai été déçue de ma lecture bien loi du « conte obsédant » annoncé, n’ayant pas réussi à m’attacher aux personnages et trouvant l’intrigue bien fade et les dialogues creux malgré la touche fantastique et les thèmes abordés. Il y est ainsi question de sorcellerie, d’amour, de condition de la femme, de violences faites aux femmes, d’anorexie, d’adultère, de seconde chance, de rupture amoureuse… Le personnage de Margaret, ayant vécu en 1876, se veut libre et loin des conventions sociales de l’époque mais il est bien trop moderne pour l’époque, surtout pour une jeune femme de 18 ans issue d’une famille aisée. J’espère que ma prochaine lecture me plaira plus (+170 pages lues).

Samedi 18 mai 2024

Dans l’après-midi, j’ai lu deux BD mettant en scène deux femmes ayant existé: Nellie Bly, alors âgée de 23 ans, en 1887, lorsqu’elle s’est volontairement laissée enfermée dans un asile psychiatrique, le Blackwell’s Island Hospital de New York afin de mener son enquête pendant 10 jours sur cette institution en vue d’être engagée par Joseph Pullitzer comme journaliste d’investigation au New York World dans le tome 1 de Pionnières, Nellie Bly de  Nicolas Jarry, Guillaume Tavernier et Guillaume Lopez (éd. Soleil, août 2020, 60 pages), une BD biographique lue en version numérique et Alicia Alonso, une danseuse étoile cubaine dans Alicia, Prima ballerina assoluta d’Eileen Hofer et Mayalen Goust (éd. Rue de Sèvres, avril 2021, 152 pages), un roman chronique que j’ai lu en version numérique, le ballet national étant alors un outil de propagande pour la dictature cubaine (+212 pages lues).

En fin d’après-midi, j’ai commencé à lire le tome 4 des Chroniques de Bridgerton, Colin de Julia Quinn (éd. J’ai lu, Intégrale, tomes 3 & 4, rééd. mars 2021, 768 pages), après avoir regardé jeudi soir les 4 premiers épisodes de la saison 3 de la série éponyme et en attendant les 4 suivants le 13 juin prochain, cette romance historique étant dans ma PAL depuis un moment déjà. Je l’ai fini en soirée.

Dimanche 19 mai 2024

Bon dimanche!

Au fil des pagesThrowback Thursday Livresque: Personnage à lunettes

TTL n°263 chez Carole #Personnage à lunettes

Ce jeudi 16 mai 2024, je participe au Throwback Thursday Livresque, un rendez-vous livresque initialement chez Bettie Rose Books et repris depuis par Carole, les liens étant à déposer chez My-Bo0ks. Le principe est de partager chaque jeudi un livre en fonction d’un thème donné. Cette semaine, le thème est « Personnage à lunettes ».

J’ai immédiatement pensé à l’illustration de couverture d’Obsolète de Sophie Loubière (éd. Belfond, février 2024, 528 pages), un roman noir d’anticipation dystopique qui se déroule en 2224, à l’époque du Grand Recyclage, les femmes de plus de 50 ans devant se retirer dans le Domaine des Hautes-Plaines pour laisser leur place à des femmes plus jeunes et encore fertiles.

J’ai aussi pensé à deux romances:

  • l’une contemporaine avec le personnage de Zoe dans la trilogie Si tu peux… de Marlene Eloradana (éd. Autoédition, 2021), des romances légères, feel-good et rigolotes avec une bande d’amis attachante et déjantée en Écosse.
  • et l’autre historique avec le tome 5 sur 12 des Audacieuses, Un pari sur l’amour d’Emma V. Leech (éd. Autoédition, janvier 2023, 341 pages) se concentrant sur la romance entre deux  amis d’enfance, la studieuse Harriet Stanhorpe et le beau Jasper Cadogan, comte de Saint-Clair.

Et vous, quel livre auriez-vous choisi pour cette thématique? La semaine prochaine, le thème sera: « Jaspage ».

Au fil des pages avec Au prochain arrêt

J’ai lu, le mois dernier, Au prochain arrêt de Hiro Arikawa (éd. Actes Sud, mai 2021, 192 pages), un court roman choral à la magnifique couverture printanière et se déroulant sur la ligne ferroviaire reliant Takarazuka à Nishinomiya et suivant le temps de leur trajet, des passagers montant et descendant, au gré des 8 gares (chacune donnant le titre des chapitres) que dessert le train de banlieue, à l’aller puis au retour, quelques mois plus tard, d’une saison à l’autre (du printemps à l’automne), chacun à un moment de leur existence, avec ses pensées et choix futurs à rêver ou à accomplir. Et si certaines de ces rencontres fortuites pouvaient changer le cours de leur vie?

J’ai apprécié suivre cet entrelacement de tranches de vie de passagers du train quel que soit leur âge ou leur situation personnelle ou professionnelle, avec leurs pensées, leurs doutes et leurs préoccupations (amitié, rupture, comportement malpoli, embarras, prémisses amoureux…), comme par exemple Shōko, revenant, tout de blanc vêtu du mariage de son ex-fiancé et qui se demande comment elle pourra mettre un terme à sa rancœur, Tokié et sa petite fille, la vieille dame ayant toujours voulu avoir un chien mais qui s’y refuse en mémoire de son défunt mari qui en avait peur ou bien encore Misa prise dans une relation toxique avec son petit ami violent et qui hésite encore à le quitter, le début d’une histoire amoureuse entre deux habitués de la bibliothèque municipale…

Derrière ces destins croisés, il est fait la part belle au transport par train avec ses règles spécifiques (règles que j’avais fait d’ailleurs découvrir avec mon mini lutin en lisant Japorama). Y est également dépeint un tableau de la société japonaise, que ce soit la condition de femme, de la place de la jeunesse ou des personnes âgées, des conditions de travail, des relations amicales ou amoureuses… Un très bon moment de lecture feel good tout en douceur, moins léger qu’il n’y paraît et qui permet de se questionner sur notre propre chemin de vie!

Pour d’autres avis sur ce roman qui avait fait l’objet d’une lecture commune lors de l’édition 2022 d’un Mois au Japon à laquelle je n’avais pas réussi à participer: Hilde, Tiphanya (IG) et Rachel.

Participation # Un Mois au Japon 2024 de Hilde et Lou #Roman choral

Participation #11 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #Japon

 

Au fil des pages avec Bibi

La semaine dernière, nous avons profité du pont de l’Ascension et du retour du beau temps pour un petit séjour en Occitanie, à Toulouse et la Cité de l’Espace avec des pauses pendant le trajet, que ce soit à l’aller ou au retour en Camargue. C’est ainsi que, même si l’histoire ne se déroule pas en Camargue, notre court passage à l’étang du Ponant dont les berges étaient bien basses et le sol craquelé m’a fait penser à Bibi de Jo Weaver (éd. Kaléidoscope, diff. L’école des loisirs, janvier 2022, 32 pages), un album jeunesse joliment illustré à partir de 3/4 ans que je n’avais pas encore pris le temps de chroniquer sur le blog, même si nous l’avions lu pour la première fois en octobre 2022.

Une colonie de flamants roses doit quitter leur lieu de vie devenu aride et inhabitable, le lac s’étant asséché. Bibi, la plus âgée d’entre eux s’est toujours occupé des plus petits, comme Tott, soutien indéfectible et tout en bienveillance envers eux. Mais au moment du départ pour ce long périple à venir, Bibi est en difficulté. Parviendra-t-elle à s’envoler avec toute la colonie?

Il est ainsi question d’entraide pour survivre à la sécheresse et vis-à-vis des aînés, comme Bibi, sur qui il faut veiller en retour comme elle l’avait fait auparavant avec les plus jeunes, de relation intergénérationnelle, de réchauffement climatique, de transmission… Comme les autres albums jeunesse que nous avons pu lire de cette autrice/illustratrice, les illustrations sont magnifiques et réalistes, tout en noir et blanc avec des dégradés de rose, celui de ces jolis oiseaux migrateurs. Un très bon moment de lecture avec cette histoire émouvante et faisant la part belle à la solidarité intergénérationnelle!

Participation #8 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #Angleterre

Point lecture hebdomadaire 2024 #19

En ce début de semaine, voici mon point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures (mais pas nos relectures) de la semaine dernière qui ont été moins nombreuses que prévues puisque nous avons profité du retour du beau temps et fait le pont.

Nos lectures du 6 au 13 mai 2024:

Des lectures jeunesse:

Avec mon mini lutin, il n’y a eu que des relectures soit prises dans nos bibliothèques soit empruntées à la médiathèque. Il a également relu des tomes de Mortelle Adèle.

Des lectures adulte:

  • (Romance historique) Désignées débutantes, Un duc pour Diana de Sabrina Jeffries (T1)

J’ai lu le tome 1 de la trilogie Désignées débutantes, Un duc pour Diana de Sabrina Jeffries (éd. J’ai lu pour elle, coll. Aventures & Passions, mai 2024, 384 pages), une romance historique se déroulant à Londres, au printemps 1811. Geoffrey Brookhouse, ingénieur roturier désormais Lord en ayant hérité, à 30 ans, le titre du duché, entend bien offrir à sa sœur cadette, Rosabel « Rosy », sa première saison. N’y connaissant rien au milieu aristocratique et encore moins aux usages d’une saison londonienne, il engage Elegants Occasions, une agence de bonnes manières créée 4 ans auparavant par les sœurs Harper, après le scandale de leurs parents (bien que leur père soit comte) qui a mis fin à toute velléité de mariage pour les deux plus jeunes, Diana et Verity et qui a poussé le mari de l’aînée, Eliza à s’engager dans l’armée. Lady Diana entend bien également apprendre les bonnes manières à Geoffrey. J’ai apprécié le duo formé entre Diana et Geoffrey, les deux ayant un fort tempérament et ne souhaitant, chacun pour des raisons propres (lui en raison des circonstances entourant de le décès de son père et elle préférant rester « vieille fille », à 24 ans, afin de garder son indépendance, ne croyant pas au mariage en raison de celui désastreux de ses parents), ne pas se marier malgré leur attirance. Un bon moment de lecture léger et non dénué d’humour!

  • (Romance historique) Les sœurs Chance, Abigail d’Anne Gracie (T1)

J’ai lu le tome 1 des Sœurs Chance, Abigail d’Anne Gracie (éd. J’ai lu pour elle, coll. Aventures & Passions, mai 2024, 384 pages), une romance historique se déroulant à Londres en 1816. Abigail Chantry âgée de 24 ans démissionne de son poste de gouvernante lorsqu’elle doit sauver sa sœur cadette, à peine âgée de 18 ans, Jane qui a été enlevée dans une maison close alors qu’elle quittait l’Institution Pillbury pour filles de ladys en détresse, non loin de Cheltenham, pour être conduite à son poste de dame de compagnie de l’épouse d’un pasteur. Elle est sauvée in extremis avant sa vente aux enchères grâce à l’aide de deux autres jeunes femmes, Damaris également enlevée, pauvre et éduquée orpheline de parents missionnaires et Daisy, servante dans les cuisines de la maison close.

Après un cambriolage raté en désespoir de cause pour soigner sa sœur malade, Abby fait la connaissance de Lady Beatrice Davenham, isolée et maltraitée par ses domestiques, son unique neveu ne semblant faire peu de cas d’elle, plus préoccupé par sa compagnie maritime en Extrême-Orient, après avoir hérité 10 ans auparavant, à à peine 18 ans, du titre de son oncle et de ses dettes, ce qu’il a caché à sa tante. Lady Beatrice décide de faire passer les 4 jeunes femmes pour ses nièces, les sœurs Chance. J’ai apprécié le caractère d’Abby ainsi que celle de Lady Beatrice tout comme sa relation avec son neveu. On retrouve comme dans la romance précédente la condition de la femme, en particulier du sort réservé à la femme mariée et aux veuves. Un bon moment de lecture léger même si parfois certaines situations étaient un peu trop modernes pour l’époque et si Max aurait pu être un peu plus charismatique, avec plus de répondants face aux si forts tempéraments que sont Abby et sa tante!

  • (Romance Steampunk) Aquilon: Rébellion de Nanie Bai (T2)

J’ai lu, en e-book, le second tome du diptyque Aquilon: Rébellion de Nanie Bai (éd. Caméléon, février 2023, 188 pages), une romance steampunk qui reprend là où le premier tome s’était arrêté. Revenue sur Aquilon avec Thomas, Penelope s’investie auprès de la rébellion, la Black Milice, menée par Stuart Perwick et entre, pour espionner une des familles des Quinze, comme domestique au sein de la famille Farewell comme Patty. Une lecture qui clôt avec son lot d’actions, de rebondissements et de révélations une intrigue originale! J’ai apprécié le personnage de Penelope Edenbrooke « Penie Hide » et sa jolie relation avec Thomas, leur vie étant aussi chamboulée que celle de la société aquilonienne et le sort des Primis. Pourra-t-elle compter sur les membres et même son ancien promis, Richard, le fils bégayant de Georges Tennings, sénateur d’Aquilon? Il y est ainsi question de libertés, de quête de soi et de mise en place de la démocratie. Elle veut sa vengeance sur le naufrage du Gloria et l’assassinat de ses parents. Une courte conclusion tout en rebondissements et enjeux politiques dans ce second tome, même si j’ai préféré le premier tome!

Ma lecture en cours:

(Roman choral) Mississippi d’Hillary Jordan

J’avais prévu de lire cette semaine le premier tome de la dernière pentalogie parue d’Aki Shimazaki, Suzuran, la troisième enquête de Perveen Mistry, Le Prince de Bombay de Sujata Massey et le second tome du diptyque YA De Lune et de sang avant de m’apercevoir que je devais rendre mardi prochain à la médiathèque Mississippi d’Hillary Jordan (éd. 10/18, juin 2011, 365 pages), un roman choral – le premier de l’autrice paru pour la première fois aux États-Unis en 2008 – repéré chez Nathalie, en février dernier, pendant l’AAHM Challenge et qui se déroule dans l’après-guerre, dans les années 40, dans une Mississippi ségrégationniste, autour de 2 familles, l’une blanche, Henry McCallan, le frère aîné ayant acheté une ferme pour cultiver du coton, y vivant avec sa femme, Laura, leurs deux petites filles, son père Pappy et son frère cadet, Jamie, aviateur pendant la Seconde Guerre Mondiale et l’autre noire, des métayers sur sa ferme, Florence et Hap Jackson ainsi que leur fils aîné, Ronsel. J’ai commencé à le lire jusqu’à la page 112, le récit étant bien sombre, la tension narrative et le drame couvant. Pour le moment, j’apprécie ce roman, chaque chapitre étant sous le point de point de l’un des 6 personnages principaux. J’ai d’ailleurs vu qu’il avait été adapté en film, Mudbound que je regarderai par la suite.

Cette semaine c’était une Semaine à mille pages organisée par Le pingouin vert sur IG chaque mois tout au long de l’année 2024. Alors combien ai-je lu de pages cette semaine?  1.067 pages lues sans compter les livres jeunesse lus ou non avec mon mini lutin.

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑