Étiquette : justice

Au fil des pages avec Le mari de la mante religieuse a disparu

Nous empruntons à la médiathèque une des enquêtes de la Fourmi n°7707, Le mari de la mante religieuse a disparu de Thierry Dedieu (éd. Saltimbanque, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans. Accompagné de Cruchod l’Escargot et de Madame Chouette qui sait tout sur tout, la Fourmi n°7707 mène l’enquête sur la disparition mystérieuse du mari de la mante religieuse. Où peut-il bien être? D’indice en indice, la fourmi va-t-elle pouvoir résoudre cette énigme? Que d’humour et d’ironie dans cet album jeunesse! Nous retrouvons avec plaisir le trait de crayon coloré et épuré de Thierry Dedieu. Quelle façon originale et rigolote d’expliquer aux plus jeunes la biodiversité et la Nature! Dans cet album, c’est la vie de la mante religieuse qui est décortiquée, avec à la fin une très jolie planche botanique. Un très bon moment de lecture avec ce polar documentaire!

Participation #154 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Amour et relations amoureuses: « Mari »

Au fil des pages avec Article 309 du code pénal du jardin

Nous empruntons à la bibliothèque Article 309 du code pénal du jardin de Thierry Dedieu (éd. Seuil Jeunesse, 2003), un album jeunesse à partir de 4 ans et aux illustrations bien différentes que celles dont nous avait habitué cet auteur avec par exemple À la recherche du Père Noël ou D’entre les ogres. Le graphisme est plus épuré et coloré, l’histoire beaucoup plus drôle. Un escargot se plaint auprès d’un procureur crapaud du vol de sa coquille. Mais qu’en est-il vraiment? Et quel est donc ce délit prévu par l’article 309 du Code pénal du jardin? Cet escargot aurait bien eu besoin d’un Avocat pour sa défense… Un moment rigolo de lecture qui permet au jeune lecteur de se familiariser un peu avec le monde judiciaire!

Participation #133 Je lis aussi des albums

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Crimes et Justice: « Code pénal »

Ô liberté!

Pour cette semaine 30 du Projet 52-2019 de Du côté de chez Ma’, le thème est « Liberté« . Alors direction le Palais de Justice de Nice et la devise de la République française inscrite au-dessus des trois portes du palais. On entre par la Fraternité.  Puis on ressort par la Liberté.  Mais pas pour tout le monde, le Palais abritant en son sein  la Cour d’assises,  le Tribunal correctionnel et le Tribunal pour Enfants.  Certains arrivant par la souricière ne verront jamais la devise et leur privation de liberté continuera. D’autres ressortiront libres. Puis d’autres encore arriveront libres mais sortiront condamnés et menottés, un mandat de dépôt ayant été prononcé à leur encontre.  C’est dire comme se joue la liberté dans le Palais entraînant dans son sillage toute une palette d’émotions! Elle est d’ailleurs palpable dans la salle des pas perdus lors de l’attente parfois angoissante des délibérés. Puis le délibéré est prononcé: soit la joie en cas de relaxe soit le soulagement en cas de condamnation sans emprisonnement soit la douleur ou la colère face à la liberté perdue. Pour d’autres enfin,  la liberté sera de courte durée en attendant la mise à exécution du jugement par le Juge de l’Application des Peines.  Devant ce dernier, la défense de la liberté se rejouera alors. De même,  du côté des victimes quand liberté et sérénité résonnent dans leur tête lorsque leur constitution de partie civile est acceptée et aussi devant des excuses sincères du prévenu – ce qui est malheureusement rare. D’autres situations me viennent en tête pour lesquelles il ne reste que ma liberté d’en parler ou non, n’ayant abordé que le pénal: retrait du permis de conduire, hospitalisation d’office en hôpital psychiatrique, placement d’enfant, mise sous tutelle ou curatelle, expulsion ou vente forcée de son logement, prolongation de placement en centre de rétention, etc. Ô liberté!

La balance, symbole de la Justice sur la Tour de l’Horloge – Paris

Pour cette semaine 19 du Projet 52-2019 de Du Côté de Chez Ma’,  le thème est « balance« . Il me vient immédiatement à l’esprit la balance comme symbole de la Justice et un ancien souvenir d’un monument historique de Paris lors de ma visite de Noël 2005: l’horloge de la Tour de l’Horloge du Palais de Justice avec sa figure allégorique de la Justice tenant dans sa main gauche une balance. Une fois n’est pas coutume, je plonge dans d’anciennes photographies pour participer au thème de cette semaine. D’ailleurs, depuis la prise de cette photo, la tour a été restaurée une nouvelle fois en 2012.

Un peu d’histoire: L’horloge de la Tour de l’Horloge fut installée en 1370 et fut la première horloge publique de Paris. Cette horloge permettait de connaître l’heure de façon beaucoup plus précise que les cadrans solaires jusqu’alors utilisés. Elle est encore visible sur l’une des tours du Palais de la Cité, à l’angle Boulevard du Palais et du Quai de l’Horloge. Elle porte deux inscriptions latines: en haut, « qui dedit ante duas triplicem dabit ille coronam » qui signifie « celui qui lui a déjà donné deux couronnes lui en donnera une troisième » (à propos d’Henri III) et en bas, « machina quæ  bis sex tam juste dividit horas justitiam servare monet leges que tueri » qui signifie « cette machine qui divise si justement les douze heures enseigne à protéger la Justice et à défendre les lois ». En 1585, au cours d’une rénovation, deux sculptures de Germain Pilon, les figures allégoriques de la Loi et de la Justice, furent rajoutées autour du cadran.

Il ne me reste plus qu’à aller voir les autres participations, le thème de cette semaine revêtant d’autres acceptions du mot: la balance comme instrument de mesure ou le signe astrologique, le dilemme de faire un choix, etc.

Une petite pensée pour Cesare Beccaria

Le 15 mars 1738 est né Cesare Beccaria. En 1764, il a publié Des délits et des peines.  Cet ouvrage fait malheureusement toujours écho à l’heure actuelle alors qu’une énième loi est encore en train de voir le jour pour réformer une énième fois le système judiciaire français avec pour objectifs affichés: efficacité, rapidité et accessibilité pour tous… Alors que dire de la fusion des tribunaux d’instance avec les tribunaux de grande instance? De la création de tribunaux criminels départementaux? Et quelle place pour la victime? Quelle présomption d’innocence? Quels rôles pour le Juge et pour l’Avocat?

Mais revenons aux écrits de Beccaria et rappelons-nous:

– « Plus le châtiment sera prompt et suivra de près le délit commis, plus il sera juste et utile ».

– « Il vaut mieux prévenir les crimes que d’avoir à les punir ; tel est le but principal de toute bonne législation, laquelle est l’art de rendre les hommes le plus heureux possible ou, disons pour tenir compte également des biens et des maux de la vie, le moins malheureux possible ».

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑