Étiquette : journal intime

Au fil des pages avec L’Herbier des Fées

J’emprunte à la médiathèque L’Herbier des Fées de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (éd. Albin Michel Jeunesse, 2011), un album jeunesse grand format à partir de 8 ans. Il s’agit du carnet intime d’un éminent botaniste russe, Aleksandr Bogdanovich qui a été envoyé, en mai 1914, dans la forêt de Brocéliande pour trouver un élixir d’immortalité. Il commence ses recherches et découvre des petits êtres. Il en fait part à son entourage resté en Russie, ses confrères aux ordres du Tsar et de Raspoutine et à sa femme Irina. Puis au fil des mois, ces rencontres irréelles le changent profondément au point d’inquiéter son entourage. Réalité, rêves ou folie? Le mystère reste entier…

Comme toujours avec Benjamin Lacombe, les illustrations sont superbes. Elles plongent le lecteur dans un monde merveilleux et onirique, celui des fées de la forêt de Brocéliande et du petit peuple qui y vit, à l’abri des regards humains. L’attitude du botaniste à l’égard des créatures qu’il découvre se transforme au fil des ans et est transposée dans les illustrations mêmes, subtil mélange entre différentes techniques (croquis, peintures à l’huile, dessins à la plume, à l’aquarelle ou encore calques et découpes au laser, effet vieilli des pages). Au début, c’est surtout le botaniste qui s’exprime, tant à travers son carnet de croquis, son journal de bord que de ses échanges épistolaires. Puis c’est l’être humain subjugué devant le petit peuple et non plus le savant. Encore une belle histoire de ce duo auteur/illustrateur!

Participation #19 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Objet: « Herbier »

Au fil des pages avec le tome 2 de Spooky, Les contes de travers

Après avoir lu le premier tome, j’ai pu emprunter à la médiathèque le tome 2 de Spooky, Les contes de travers, Charmant vampire de Carine-M et Élian Black’Mor (éd. Glénat, 2016), une BD jeunesse à partir de 9 ans. Après avoir accepté une invitation du Petit Chaperon rouge, Spooky et ses oncles, les Trois petits cochons, reçoivent de sa part des clés magiques pour chambres améliorées et ainsi rebooster les réservations à la pension pour monstres. Un jeune vampire qui rêve de vivre sous le soleil d’Hawaï et de nombreuses princesses débarquent bientôt à la pension. Mais il manque les grenouilles princières et d’étranges événements ont lieu. Spooky doit à nouveau mener l’enquête pour sauver la réputation de la pension. Complètement sous le charme du jeune vampire, Spooky y arrivera-t-elle? 

Comme dans le précédent tome, le conte de fée tourne au conte hanté et gothique. Et oui, avec Spooky et son journal intime qui s’est auto-nommé Jason, tout dérape et va de travers pour notre plus grand plaisir! Les illustrations sont toujours aussi réussies et fourmillent de détails dans tous les sens. L’histoire fait référence à de nombreux contes (La princesse au petit pois, La petite sirène…) ou à l’époque contemporaine (Astérix, Les Snorky…) tout en incluant une critique des réseaux sociaux. Les créatures surnaturelles sont surprenantes avec des lapins pirates livreurs ou encore par exemple des zombies ananas… L’humour est aussi déjanté que dans le premier tome et saupoudré ici de romance. Hâte de pouvoir lire un jour le tome 3!

C’est ma participation pour le mercredi BD du 4 novembre 2020 du Challenge Halloween et aussi une lecture commune avec Hilde. Et comme Spooky détourne et retourne les contes traditionnels (mention spéciale au Petit Chaperon rouge), c’est aussi une nouvelle participation au Challenge Contes et Légendes de Bidib.

Pour un autre avis sur cette BD jeunesse: Hilde.

Challenge Halloween de Hilde et Lou #BD jeunesse

Participation #58 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Contes et Légendes

Participation #17 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Au fil des pages avec le tome 1 de Spooky, Les contes de travers

Attirée par la couverture, j’emprunte à la médiathèque le tome 1 de Spooky, Les contes de travers, Pension pour monstres de Carine-M et Élian Black’Mor (éd. Glénat, 2015), une BD jeunesse à partir de 9 ans. Il s’agit du journal intime de Spooky, une princesse du royaume des Contes au look gothique et qui a le pouvoir magique de rendre réel n’importe lequel de ses vœux. Elle adore inventer des contes à faire peur. Muni de son livre de contes amélioré – le seul à avoir échoué à son examen – qu’elle a rebaptisé « Journal intime conté et hanté », Spooky est invitée chez ses trois oncles, les Trois Petits Cochons, à la pension de Gray’s Inn Road qu’ils tiennent à Londres et qui accueillent de nombreux monstres et personnages des contes de fée. Lors de sa première matinée dans la pension, Spooky doit faire face à son premier mystère, la disparition des pots de confiture aux fruits rouges (pour la plus grande joie des Toasts Maison Syndiqués). Serait-ce par exemple le méfait d’un Ogre? Entre visite de Londres et va-et-vient de pensionnaires plus monstrueux les uns que les autres, Spooky parviendra-t-elle à trouver le coupable?

L’histoire revisite de façon détournée et déjantée Le Petit Chaperon rouge des Frères Grimm sous des airs de la Famille Addams ou à la Tim Burton. Que d’imagination dans la tête des auteurs qui s’amusent en multipliant les références aux contes traditionnels mais aussi à l’époque contemporaine qui ne seront peut-être pas compris des plus jeunes (comme celles issues de la culture pop  – le Docteur Who par exemple) et en faisant même parler le journal intime! Les illustrations sont magnifiques, expressives, dynamiques, tantôt très colorées tantôt plus sombres et remplies de détails, sans oublier les annotations et les différentes polices d’écriture utilisées comme dans un journal intime. Spooky est une jeune ado moderne et attachante qui enquête parmi une multitude de personnages très réussis (Toasts Maison Syndiqués ou les deux Bobbies infiltrés MM, Bémis & Bémmis en tête). J’ai beaucoup apprécié cette lecture et ai hâte de pouvoir emprunter les tomes suivants. Gros coup de cœur pour cet album jeunesse à l’univers graphique déjanté, rempli d’humour et de mystères qui font gentiment peur!

Challenge Halloween de Hilde et Lou #BD jeunesse

Participation #49 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Au pays des Ogres

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Participation #12 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Au fil des pages avec le tome 4 des Carnets de Cerise

Après avoir lu les trois premiers tomes, j’emprunte le tome 4: Les Carnets de Cerise, La déesse sans visage de Joris Chamblain et Aurélie Neyret (éd.  Soleil,  coll. Métamorphose, 2016), une bande dessinée jeunesse à partir de 9/10 ans, aux très jolies illustrations à l’instar de la couverture. 

Dans ce quatrième et avant dernier tome, Cerise fête ses 12 ans. Pour l’occasion, sa mère a organisé un séjour anniversaire dans un manoir un peu spécial puisque les propriétaires y proposent des enquêtes. Un cadeau rêvé pour Cerise et son âme d’enquêtrice, l’énigme à résoudre étant « Quand Monsieur Loyal s’envolera-t-il jusqu’à Vénus? « .  Cette énigme est bien mystérieuse et fait travailler l’imagination de Cerise, cette dernière souhaitant être romancière comme son amie, Madame Annabelle Desjardins. Heureusement,  Cerise peut compter sur sa mère avec laquelle elle est de plus en plus complice et sur Marvin, le fils des propriétaires du même âge qu’elle. Arrivera-t-elle à percer l’énigme avant la fin de son séjour? Jusqu’où cette nouvelle enquête la conduira et dans le passé de qui?

Encore une enquête rondement menée par Cerise! Les pages de journal intime et de planches de BD à proprement parler s’alternent toujours aussi efficacement que dans les tomes précédents, apportant une touche d’humour et de légèreté derrière un histoire un peu plus tendue émotionnellement. Mais tout n’est pas encore révélé sur Cerise, notamment sur son père et les relations mère-fille sont encore bien compliquées. Encore un bon moment de lecture!  Il ne me reste plus qu’à emprunter le tome 5.

Challenge Petit Bac d’Enna – #15 catégorie Partie du corps: « Visage »

Au fil des pages avec le tome 3 des Carnets de Cerise

J’emprunte à la bibliothèque le tome 3 des Carnets de Cerise, Le dernier des cinq trésors de Joris Chamblain et Aurélie Neyret (éd. Soleil, 2014), une bande dessinée jeunesse à partir de 9/10 ans. Dans ce troisième tome, l’histoire se déroule en décembre, la première page mettant immédiatement le lecteur dans la magie de Noël avec une lettre de Cerise au Père Noël. Comme dans les tomes précédents, Cerise mène l’enquête avec ses fidèles amies, Line et Erica, les trois étant désormais au collège. En effet, en découvrant de vieilles partitions dans l’atelier de reliure de Sandra, elles mettent la main sur le premier des cinq trésors. D’autres suivront, perturbant de plus en plus Sandra qui replonge dans son passé un brin mystérieux. Quel secret se cache derrière cela? Sandra sera-t-elle la seule impactée par cette enquête? Les illustrations sont toujours aussi jolies que dans les tomes précédents. J’apprécie toujours autant ce mélange entre le journal intime de Cerise avec ces croquis, confidences et même recettes de Noël et les passages de bandes dessinées. L’ambiance de Noël est vraiment bien retranscrite dans ce tome, notamment à travers la relation entre Cerise et sa mère, cette dernière ayant cette fois-ci été avertie de l’enquête. Un très bon moment de lecture! Et pourquoi pas une idée de cadeau de Noël?

Cette bande dessinée allait parfaitement bien avec mon week-end cosy du premier RAT du challenge Il était 7 fois Noël. Et puisque je l’ai lu le 14 décembre 2019, c’est également la présentation d’une bande dessinée pour le Challenge Christmas Time 2019.

Challenge Il était 7 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #RAT

Challenge Christmas Time 2019 de Mya Rosa #Bande dessinée

Challenge Petit Bac d’Enna – #16 catégorie Végétal: « Cerise »

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑