Étiquette : îles (Page 1 of 2)

Au fil des pages avec Norig et l’or de l’île

Ayant craqué sur la magnifique illustration de couverture de cet album jeunesse en le voyant à la médiathèque en haut d’un rayonnage, je l’ai emprunté sans même lire le quatrième de couverture. Je lis donc Norig et l’or de l’île de Ghislaine Roman et Sophie Lebot (éd. Saltimbanque, 2018), un album jeunesse grand format à partir de 6/7 ans.

Norig est une jeune fille solitaire qui s’épanouit dans les landes bretonnes qu’elle parcourt à longueur de journée au point que ses parents lui confient la garde du troupeau d’oies. Mais un jour, une vieille femme mystérieuse lui prédit la destruction de son île et de toute sa faune et flore pour quelque chose pas plus grande qu’une graine de chardon. Pourra-t-elle empêcher ce funeste présage? Ou sera-t-il trop tard, après la découverte d’une toute pépite d’or par son frère?

Ce joli conte aux propos écologiques tellement d’actualité et si pertinents, notamment quand on songe à la Guyane et aux projets d’exploitation d’or, aborde notre rapport à la Nature, la préservation de ses ressources et la protection de notre écosystème. Il s’agit, en effet, de savoir si l’exploitation lucrative des richesses naturelles est plus importante que la qualité de la vie et la protection de l’environnement pour les générations présentes et futures.

Les illustrations de Sophie Lebot sont magnifiques, tant dans la description bucolique et verdoyante des landes que dans les paysages dévastés de l’île pour en récupérer l’or. Elle donne également de jolis traits expressifs à Norig tout aussi sauvage, courageuse et intrépide que les landes qu’elle parcourt et qu’elle entend préserver de la cupidité des autres habitants de l’île, quitte à être prise pour une sorcière. Coup de cœur pour cet album jeunesse poétique et qui questionne sur notre rapport à la Nature! J’avais d’ailleurs déjà eu un coup de cœur pour une autre histoire de ce duo autrice/illustratrice, La princesse à la plume blanche.

Participation #1 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Album jeunesse

Participation #44 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Conte

challenge 2021 lire au féminin

Participation #33 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice et illustratrice françaises

Challenge Petit Bac d’Enna #10 Catégorie Prénom: « Norig »

Au fil des pages avec Orlando

Nous lisons une nouvelle bande dessinée, le tome 1 d’Orlando, Le secret du Mont Soufflon de Teresa Radice et Stefano Turconi (éd. Dargaud, 2017). Nous partons à l’aventure avec un petit garçon, Orlando, qui vit, avec ses parents, sur une île – au charme très italien – sur laquelle il existe un volcan dont il ne doit pas s’approcher car « on ne sait jamais ». Malgré toute son énergie communicative et son imagination débordante, Orlando s’ennuie quand même jusqu’au jour où le volcan se réveille.

Trop curieux pour se rappeler la mise en garde de ses parents, Orlando prend son sac à dos et part gravir le volcan. Tout change alors lorsqu’il tombe nez à nez avec Dagobert, un dragon qui ne doit pas s’approcher du village des humains car « on ne sait jamais ». Ce dernier, s’ennuyant autant qu’Orlando dans sa grotte, passe ses journées à cracher du feu pour s’amuser. Une grande amitié va finalement les unir.

Cette bande dessinée est joliment illustrée. Le texte est très drôle, notamment le moment de la rencontre entre Orlando et Dagobert, l’un semblant être le reflet de l’autre.  Il existe un second tome d’Orlando, Le voleur de chaussettes (éd. Dargaud, 2018) que nous avons hâte de pouvoir lire.

A défaut du tome 2, nous nous amusons à souffler comme Dagobert! Nous faisons également une autre activité tout aussi ludique mais un brin plus scientifique: le jeu du volcan en éruption. Puis nous regardons des photos de l’Etna en éruption datant de décembre 2018.

Challenge Petit Bac d’Enna – #2 catégorie Lieu « Mont Soufflon »

Sortie plage sur l’île Sainte-Marguerite

En cette matinée du 24 juin 2012, nous embarquons sur un bateau au départ de Cannes en direction de l’île Sainte-Marguerite. Après 15 minutes de traversée sous un ciel ensoleillé et une mer plutôt calme, nous arrivons sur l’île qui fait partie des îles de Lérins.

étang du Batéguier

Nous empruntons les sentiers balisés, à l’ombre des pins d’Alep et des chênes verts ainsi que d’autres espèces végétales. Sur l’île, nous passons devant le Fort Royal, le musée de la Mer et ses épaves romaines, le Fort de la Convention et ses fours à boulets… Nous ne ferons aucune visite ce jour-là et gagnons les Allées où se dressent d’immenses eucalyptus. Nous allons également jusqu’à l’étang du Batéguier, réserve ornithologique situé à la pointe Nord Ouest de l’île, au niveau du poste d’observation. Mais nous voyons peu d’oiseaux : sternes pierregarins, goélands leucophées… Il est possible d’y voir aussi des hérons cendrés et d’autres oiseaux migrateurs.

Puis nous repartons vers les sous-bois afin de pique-niquer, nous baigner et bronzer au soleil, le reste de l’après-midi. Nous ne sommes pas les seuls à avoir choisi ces activités de détente.

 

L’île d’Oléron, son phare et ses oiseaux

Île d’Oléron – Phare de Chassiron

Île d’Oléron – Phare de Chassiron

Ce 30 décembre 2007, nous quittons Marennes pour emprunter en voiture le pont-viaduc menant à l’île d’Oléron. Nous commençons par le Phare de Chassiron et ses 224 marches. Au sommet, nous avons une vue magnifique à 360 degrés sur Oléron, les rochers d’Antioche, les îles d’Aix et de Ré mais aussi les écluses à poissons et leurs murs de pierre. Nous pourrions rester des heures à contempler ce panorama.

Nous redescendons et allons marcher sur les rochers où l’océan s’est, pour quelques heures encore, retiré.

Île d’Oléron – bernache cravant

Île d’Oléron – aigrette garzette

Île d’Oléron – grand cormoran

Nous avons de la chance d’être à marée basse ; ce qui nous permet d’observer de nombreux oiseaux comme des bernaches cravants qui viennent hiverner sur l’île et qui en profitent pour se nourrir de zostères. Nous verrons également des aigrettes garzette, des mouettes rieuses, des grands cormorans…

Île d’Oléron – citadelle

Île d’Oléron à marée basse

Île d’Oléron – pont-viaduc

Nous finissons enfin notre sortie par Château-d’Oléron, ancienne place forte au XVIIe siècle et plus spécifiquement par la citadelle  qui avait été voulue en son temps par le Cardinal de Richelieu en lieu et place des vestiges du château médiéval détruit par les guerres de religion.

Sortie en mer à Port-Cros

Port Cros – Rocher du Rascas

Port Cros, le village et le port

Ce 22 juillet 2006, nous louons un petit bateau à moteur pour aller visiter l’île de Port-Cros. En nous rapprochant de l’île, certains se jettent à l’eau, malgré la présence de nombreuses méduses. L’île fait partie des trois îles d’Hyères, également appelées Îles d’Or et du parc national de Port-Cros, premier parc maritime européen créé en 1963. Port-Cros est peu habité, quelques forts et maisons de pêcheurs avec des commerces et une petite église.

Après avoir suivi le sentier de l’Estissac, nous allons nous installer sur la plage de la Palud, à côté du sentier balisé sous-marin. A peine avons nous mis un pied dans l’eau que nous sommes entourés de poissons! Nous partons donc faire la balade aquatique en suivant les bouées jaunes, accessible librement et plus facilement avec palmes, casque et tuba. Là encore, les poissons se laissent approcher. Quel plaisir de pouvoir nager parmi eux dans un herbier de posidonies. Nous pouvons ainsi observer des castagnoles, des girelles, des rascasses, des sars, des mérous, etc. mais aussi des oursins, des anémones de Mer et bien d’autres coquillages et algues.

Puis nous laissons nos amis sur la plage de la Palud et le sentier sous-marin pour retourner sur la terre ferme. Nous empruntons le sentier arboré sur le plateau de la Marma en direction de la Pointe de la Galère. Changement de décor par rapport au sentier sous-marin. Mais cette petite marche vaut également le détour, avec de jolis points de vue plongeante sur la Mer Méditerranée, le Rocher du Rascas et Port-Cros, à travers les pins d’Alep et les chênes verts. L’eau est d’une belle couleur turquoise. Nous ne ferons qu’une petite portion du sentier et rebroussons chemin pour revenir sur la plage.

Fort de Brégançon

Il faut penser à rentrer rendre le bateau loué à Hyères, mais seulement après avoir fait une halte au niveau de la plage du Fort de Brégançon, résidence de villégiature des Présidents de la République Française depuis 1968.

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑