Étiquette : fée (Page 1 of 3)

Au fil des pages avec La tarte aux fées

Je continue avec nos lectures gourmandes du mois dernier avec cette fois-ci La tarte aux fées de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo (éd. Frimousse, 2013), un album jeunesse à partir de 3 ans. Papa Crapaud ne sait plus quoi imaginer pour faire manger Petit Crapaud, jusqu’à inventer des histoires complètement farfelues qui laissent sceptique l’enfant. Serait-ce vraiment une tarte aux fées? Sont-ils une famille de dragons au point que si Petit Crapaud finit son assiette, son père pourra voler?

A trop mentir pour faire manger son fils, Papa Crapaud risque d’aller à la catastrophe. En tant que parent lecteur, l’histoire rappellera des souvenirs plus ou moins agréables. En effet, qu’il est parfois bien compliqué de faire manger un enfant! Les illustrations sont aussi très drôles, avec des crapauds très expressifs. Un très bon moment de lecture avec cette histoire loufoque et hilarante à l’image de la chute!

Participation #28 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Tarte aux fées

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Aliment/Boisson: « Tarte »

 

Au fil des pages avec Peau d’Âne

Pour le thème des « contes en cuisine » du mois de février 2021 du Challenge Contes et Légendes de Bidib, j’emprunte à la médiathèque Peau d’Âne d’Hélène Druvert, d’après Charles Perrault (éd. Gautier-Languereau, coll. Découpe Laser, 2015), un album jeunesse à partir de 6 ans. Au décès de sa mère, une princesse demande l’aide de sa fée marraine pour empêcher son père de se remarier avec elle. Brisant le tabou de l’inceste, le roi accepte même de tuer son âne magique pour en faire une peau pour la princesse et ainsi procéder au mariage. Ne voyant pas d’issue à son terrible sort, la princesse s’enfuit et devient Peau d’âne, une souillon qui, le dimanche, continue de revêtir une de ses anciennes robes, à l’abri du regard des autres. Mais un jour, un prince l’aperçoit et lui réclame un gâteau. La princesse y laisse une bague à l’intérieur.

Il s’agit d’une très jolie version illustrée du conte. Elle reprend celle de Charles Perrault parue en 1694 et fait aussi penser au film musical, Peau d’Âne de Jacques Demy, surtout pour le passage de la fabrication du cake d’amour liée aux paroles de Michel Legrand chantées par Catherine Deneuve alias Peau d’âne dans le film). Les illustrations en découpes lasers et en noir et bleu avec des reflets argentés sont tout en finesse et magnifiques, malgré un côté plus enfantin et moins fin pour le visage de la princesse lorsqu’il est en gros plan. Il en ressort un côté intemporel et féérique, notamment avec le côté girly des robes portées par la princesse.

Quant au conte lui-même, ce n’est vraiment pas l’un de mes préférés même s’il aborde un thème fort avec l’interdit de l’inceste et rappelle Cendrillon avec l’essayage de la bague découverte par le prince dans le gâteau. Au vu des conseils prodigués par la fée marraine, une femme pour ne pas finir seule et faire un beau mariage doit être belle, être bien habillée et savoir faire la cuisine. La princesse pardonne même à son père. Une lecture qui vaut surtout pour les illustrations d’Hélène Druvert!

Participation #12 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #conte traditionnel

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Animal: « Âne »

Participation #14 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cake d’amour

Participation #3 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie

Au fil des pages avec Le Paradis d’Oneuli

Cherchant un tout autre conte à la médiathèque, j’ai été attirée par la couverture de ce conte traditionnel coréen, Le Paradis d’Oneuli de Cho Ho-sang et Kim Dong-seong (éd. Chan-Ok, coll. Perles du ciel », 2007), un album jeunesse à partir de 3 ans. Une jeune orpheline, prénommée Oneuli (qui signifie « Aujourd’hui ») vit seule et rêve de pouvoir revoir ses parents. Un jour, elle apprend qu’ils vivraient à Woncheongang, une cité du Paradis. Oneuli part les rejoindre, faisant en chemin de nombreuses rencontres qui l’aident. Pourra-t-elle également les aider en retour en trouvant une réponse à leurs problèmes?

Les illustrations à l’aquarelle sont magnifiques et d’une douceur poétique. L’histoire est construite en deux temps, du chemin parcouru par Oneuli pour rejoindre ses parents au ciel et du chemin de retour sur terre. Il est question de deuil, de parcours initiatique pour cette petite fille en quête de ses origines et d’un sens à sa vie mais aussi de générosité et de bienveillance, la petite fille étant remerciée de sa gentillesse désintéressée tout comme les êtres rencontrés (humains, serpent, arbre ou encore fée). Coup de cœur pour cet album jeunesse!

Participation #10 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #conte coréen

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Lieu: « Paradis »

Au fil des pages avec Minusculette en hiver

Après avoir lu Minusculette en automne, nous empruntons à la médiathèque Minusculette en hiver de Kimiko et Christine Davenier (éd. L’école des loisirs, coll. Loulou & Cie, 2017), un album jeunesse pour les tout-petits, à partir de 2 ans. Un matin d’hiver, les animaux de la forêt sont heureux de pouvoir s’amuser sur un lac gelé. Mais Gustave, un tamia est bien en peine lorsqu’il se rend compte que sa réserve de nourriture au pied d’un églantier n’est plus accessible à cause de cette glace. Minusculette pourra-t-elle l’aider?

Comme dans les autres histoires de cette petite fée, les illustrations sont toutes douces, cette fois-ci dans un décor hivernal. Nous retrouvons d’ailleurs le petit tamia qui avait aidé Maurice le muscardin dans Minusculette en automne. Un bon moment de lecture rempli de bons sentiments et d’entraide! Il y a même une petite touche gourmande, Minusculette étant friande de soupes et Gustave de châtaignes!

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Météo: « Hiver »

Participation #8 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Châtaignes

Au fil des pages avec Quand tombe la neige

D’habitude, nous installons le sapin de Noël et les décorations pour la Sainte-Catherine. Mais cette année, tout est déjà installé et nous avons déjà commencé à nous plonger dans les histoires de Noël. Alors en ce 25 novembre 2020, j’avais envie de vous présenter un album jeunesse que j’avais repéré l’année dernière chez Bidib et qui en a reparlé hier. C’est une de nos lectures de ces derniers jours, ayant réussi à l’emprunter à la médiathèque samedi dernier et qui est malheureusement épuisé. Il s’agit de Quand tombe la neige de Richard Collingridge (éd. Albin Michel Jeunesse, 2013), un album jeunesse à partir de 4 ans.

Un petit garçon et son doudou ourson sortent sous la neige. Commence alors un voyage magnifique et onirique dans des décors enneigés, la ville se transformant bientôt en un lieu féérique où les attendent des rencontres merveilleuses comme la Reine des Pôles ou le Père Noël.

L’histoire est douce et poétique. Les illustrations sont superbes, Richard Collingridge jouant avec les ombres et lumière et rendant le petit garçon tellement réaliste et expressif. Cela fait d’ailleurs penser à L’histoire sans fin d’autant que la chute de l’album se termine en mise en abîme. Un coup de cœur pour cet album jeunesse, ode à la lecture et à la magie de Noël et que j’espère pouvoir un jour dénicher d’occasion!

Pour un autre avis sur cet album jeunesse: Bidib.

Challenge Christmas Time de MyaRosa #Album jeunesse

Challenge Il était 8 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Album Jeunesse

Participation #63 Contes & Légendes 2020 de Bidib

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑