Étiquette : détective (Page 2 of 2)

Au fil des pages avec Son espionne royale

Vendredi, j’ai commencé une nouvelle série de cosy mystery, Son espionne royale de Rhys Bowen que j’avais repérée depuis un moment et qui me plonge dans la vie londonienne des années 30, à l’époque de la Grande Dépression. Et samedi soir, j’avais déjà fini les deux premiers tomes empruntés et qui se sont rajoutés à ma PAL pour le British Mysteries Month.

  • Son espionne royale mène l’enquête

Je commence, vendredi matin, par le tome 1, Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), paru la première fois en Angleterre en 2008. En avril 1932, surprenant une conversation entre son demi-frère Binky et sa femme, Fig au sujet de l’intention de Sa Majesté la Reine d’Angleterre de la voir épouser à un prince roumain, Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugénie, surnommée Georgie décide de quitter le château de Rannoch, en Ecosse, pour s’installer seule dans la maison familiale de Londres, Rannoch House, dans le quartier huppé de Belgravia Square.

Mais il n’est pas si simple pour Lady Georginia, jeune femme de 21 ans, de gagner son indépendance, seule et sans ressources, son demi-frère lui ayant coupé sa rente quelques mois plus tôt – sans chaperon ni même une femme de chambre. Elle est, en effet, du côté de son père, de rang royal et à ce titre est la 34ème héritière du trône britannique dans l’ordre de succession. Mais pas du côté de sa mère, une ancienne actrice qui passe de mari en mari à travers l’Europe et les États-Unis, plus préoccupée par ses charmes que par sa fille. Il n’est ainsi pas permis à Lady Georginia de travailler comme tout un chacun et elle décide d’ouvrir une agence de domestiques de luxe dont elle est la seule bonne employée incognito.

La jeune femme fait donc partie de cette aristocratie désargentée qui a subi le crack boursier de 1929. Ruiné, son père le Duc s’est suicidé en laissant de nombreuses dettes derrière lui. Son demi-frère Binkie est d’ailleurs sur le point de céder le château de Rannoch que leur père a perdu aux jeux au profit d’un sombre personnage français, Monsieur Gaston de Mauxville. Mais ce dernier est retrouvé mort dans la baignoire de Rannoch House, Binky étant le principal suspect. Lady Georginia mène alors sa propre enquête pour l’innocenter.

Se rajoute à cela une convocation à Buckingham Palace, la Reine lui confiant une mission mondaine que Lady Georginia ne peut décliner: se rendre à une partie de campagne pour espionner son cousin, le Prince de Galles, David qui semble s’être entiché d’une riche américaine encore mariée, Madame Wallis Simpson, ce qui déplaît fortement à la Reine.

Mais comment mener à bien sa mission? Heureusement, Lady Georginia peut compter sur l’une de ses anciennes amies du pensionnat en Suisse, Belinda qui aime les mondanités et les hommes, son grand-père paternel, un policier en uniforme à la retraite qui vit dans l’East End et aussi un lord irlandais désargenté comme elle, Darcy O’Mara.

Lady Georginia est une jeune héroïne fort attachante, faisant preuve tour à tour de candeur et d’impulsivité juvénile mais aussi de beaucoup de détermination, d’audace et d’ingéniosité. Même si les cadavres s’amoncellent étrangement sur son chemin, elle reste elle-même en toutes circonstances, gardant à l’esprit les leçons apprises plus jeunes, « une Lady ne montre jamais ses émotions en public » et la devise familiale, « la mort plutôt que le déshonneur ». Elle m’a ainsi fait penser à Cluny Brown, même si dans Les aventures de Cluny Brown de Margery Sharp (éd. Belfond, coll. Vintage, (1944) 2015), la jeune femme du même âge est une femme de chambre qui ne sait pas rester à sa place selon ses proches.

Je suis Lady Georginia avec beaucoup de plaisir entre son travail incognito au sein de son agence domestique de luxe, son enquête pour innocenter son demi-frère et sa mission d’espionnage pour la Reine Mary.  Bien sûr, dans ce genre de roman, le meurtrier est facilement identifiable. Il y est aussi question de la condition de la femme dans les années 30 même si elle est abordée de façon plus superficielle que dans d’autres romans que j’ai lus récemment mais qui se passaient à une autre époque, à l’ère victorienne par exemple dans la série Lizzie et Ben Ross d’Ann Granger. Un très bon moment de lecture avec ce cosy mystery certes classique mais léger, pétillant et à l’humour so british!

  • Son espionne royale et le mystère bavarois

Puis j’enchaîne immédiatement, vendredi soir, avec les premiers chapitres du deuxième tome, Son espionne royale et le mystère bavarois de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), également paru pour la première fois en Angleterre en 2008. Quelques semaines se sont passées depuis les événements du premier tome. Début juin 1932, Lady Georginia est à nouveau convoquée chez la Reine qui lui confie une nouvelle mission mondaine: accueillir chez elle une princesse bavaroise, la princesse Hanneflore de Bavière et jouer les entremetteuses lors d’une rencontre à la campagne avec le Prince de Galles qui continue de s’afficher avec Madame Simpsons. La Reine Mary espère ainsi une union entre Hannie et son fils aîné.

Toujours aussi pauvre, Lady Georginia se démène pour accueillir comme il se doit la princesse à Rannoch House qui arrive accompagnée d’une dame de compagnie, une baronne bavaroise et de sa femme de chambre. Elle se fait aider par son grand-père et sa voisine, Madame Huggins qui se font passer respectivement pour son majordome et sa cuisinière. Elle arrive même à engager une femme de chambre le temps de cette visite officielle.

Mais la jeune princesse Hannie, âgée de 18 ans et sortant du couvent, est bien ingérable et suit encore moins les convenances dues à son rang, parlant un anglais vulgaire appris dans les films américains de gangsters et s’amarouchant de tous les hommes qu’elle rencontre comme Darcy O’Mara (ce qui rend jalouse Lady Georginia) ou encore Sidney Roberts, sympathisant communiste. Bientôt, la princesse est mêlée au meurtre de ce dernier. Pour empêcher tout incident diplomatique, Lady Georginia est missionnée par la Reine pour trouver le véritable assassin. Sera-t-elle une nouvelle fois à la hauteur de sa mission de détective amatrice?

Comme dans le premier tome, le ton est toujours aussi léger et agréable, les événements s’enchaînant les uns les autres, sous fond historique (tensions sociales entre les partisans socialistes et les Chemises noires en Angleterre mais aussi la montée du nazisme en Allemagne et le stalinisme en Union Soviétique), jusqu’au dénouement qui en dévoile un peu plus sur Darcy O’Mara. Lady Georginia est, en effet, toujours bien secondée par son amie Belinda et son grand-père, sans oublier les arrivées toujours à propos de Darcy et les séries de décès auxquels elle assiste une nouvelle fois. Encore un très bon moment de lecture! J’espère pouvoir emprunter les tomes suivants à la médiathèque lorsqu’ils seront disponibles pour continuer à suivre les enquêtes de cette attachante détective amatrice.

C’était ma participation avec un peu de retard à la journée « Cosy Mystery » du 5 mars du British Mysteries Month de Hilde et Lou. Et comme nous sommes le premier dimanche du mois de mars, c’est aussi British Mysteries en cuisine avec le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant Grignote. Même si Lady Georginia mange beaucoup de haricots blancs à la sauce tomate, j’ai noté quelques passages gourmands comme le thé de la Reine, un thé de Chine avec des rondelles de citron et accompagné de nombreux plats: « Un à un, les plats furent disposés sur la table. De minuscules sandwichs coupés en triangle d’où pointaient des brins de cresson, des présentoirs à gâteaux constellés d’éclairs miniatures et de tartes aux fraises tout aussi menues ». (tome 1, p.36/37) et aussi un déjeuner entre Lady Georginia et Belinda au Savoy, un restaurant huppé: « Belinda commanda toutes sortes de plats délicieux – une salade d’endives au saumon fumé et des côtes d’agneau grillées accompagnées d’un bordeaux moelleux à souhait, le tout suivi d’un succulent pudding au pain beurré » (tome 2, p.36). Gare aux thés empoisonnés quand même!

Pour d’autres avis sur le tome 1: Katell , Belette, FondantGrignote et sur le tome 2: Katell, FondantGrignote, Pativore.

Participation #5 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #5 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy mystery

challenge 2021 lire au féminin

Participation #8 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Challenge Petit Bac d’Enna #5 et #6 Catégorie Adjectif: « Royale » et  « Bavarois »

Participation #27 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Au fil des pages avec Le voleur d’histoires

Nous lisons Le voleur d’histoires de Graham Carter (éd. Kimane, 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans. Alors qu’elle se rend par bateau avec son père à la bibliothèque, Olivia, une petite fille perd un de ses livres dans l’eau. Ce livre réveille un poulpe géant qui n’a de cesse alors de comprendre ce qu’est un livre. Sur l’île, les livres commencent tous à être volés, tant ceux des humains que ceux des animaux (même ceux des macareux poètes!). S’inspirant des histoires qu’elle a lues, Olivia part à la recherche du voleur d’histoires.

En découvrant le livre, le poulpe nous rappelle l’âne de C’est un petit livre de Lane Smith (éd. Gallimard Jeunesse, 2017). L’histoire est magnifiquement illustrée et aborde le plaisir de lire et la transmission du goût de la lecture. Une petite dose d’enquête à la Sherlock Holmes, d’aventures façon pirate et exploratrice des fonds marins! Il y a même une petite pause gourmande avec un livre à la main et aussi des illustrations renvoyant aux contes traditionnels et même à l’album précédent de l’auteur, Otto Blotter, Ornithologue-explorateur. Sans oublier de l’amitié et une vocation toute trouvée pour le poulpe amateur de livres. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui plaira à tous les passionnés (en herbe ou non) des livres!

Participation #3 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #British Mysteries Month 2021

Participation #3 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Album jeunesse

Participation #23 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

Participation #23 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib

Mes lectures « cosy mystery » de janvier 2021

Cette année, je participe à nouveau au challenge British Mysteries organisé par Hilde et par Lou, le thème facultatif des mois de janvier et février 2021 étant « Cosy Mystery ». Alors voici mes lectures qui mettent en scène, pour chaque série, un duo d’enquêteurs, plus ou moins amateurs. C’est aussi ma première participation au challenge « Lire au féminin » proposé par Tiphanya, mes trois lectures ayant été écrites par des femmes.

  • Le tome 3 de la série Lizzie et Ben

Je continue, après l’avoir commencée le mois dernier, la série « Lizzie et Ben ». J’ai ainsi lu en début de mois de janvier 2021 le tome 3, Un assassinat de qualité d’Ann Granger (éd. 10/18, coll. Grands détectives, 2015). A Londres, par un soir d’octobre 1867, Benjamin Ross rentre chez lui sous un épais brouillard pour retrouver sa femme, Elizabeth. En chemin, il croise la route de Daisy Smith, une jeune prostituée terrorisée par le spectre du fleuve. Le lendemain matin, Allegra Benedict, la jeune et belle épouse d’un riche marchand d’art est retrouvée morte dans un parc des beaux quartiers de Londres, Green Park. Serait-ce aussi l’œuvre du spectre?  Benjamin Ross est chargé d’éclaircir au plus vite l’assassinat de cette dame de qualité. Il pourra une nouvelle fois compter sur la précieuse aide de Lizzie, et même de leur jeune bonne, Bessie qui est en admiration devant un prédicateur prêchant la tempérance lors de réunions dominicales.

Comme dans les tomes précédents, l’histoire passe d’un narrateur à l’autre à la première personne, entre Benjamin Ross et Elizabeth Martin, les deux étant désormais mariés. Je replonge dans l’atmosphère si particulière de l’ère victorienne avec un Londres sous le brouillard automnal. Ayant lu quelques jours auparavant la BD, Mary Jane de Frank Le Gall et Damien Cuvillier (éd. Futuropolis, 2020) relatant la vie brisée d’une des victimes de Jack l’Éventreur, j’ai encore en tête cette ambiance glauque, pesante et oppressante, en lisant les premières pages du roman d’Ann Granger. Mais très vite, le côté cosy et l’humour dans les rapports entre les époux Ross et leur jeune bonne Bessie prennent le pas. Il y est toujours question derrière la résolution de l’enquête policière, de condition de la femme, quelle que soit sa classe sociale (mariage arrangé, prostitution…).  Un très bon moment de lecture avec les époux Ross!

  • Le tome 4 d’Agatha Raisin enquête

Je continue également avec le tome 4 d’Agatha Raisin enquête, Randonnée mortelle de M.C. Beaton (éd. Albin Michel, 2016). De retour de Londres après six mois d’absence, Agatha Raisin est ravie de retourner auprès des siens, à Carsely et surtout de revoir son cher voisin, James Lacey. Désormais, le dernier loisir à la mode au sein de la petite communauté de Carsely est de randonner, le petit groupe étant géré par James. Il est en de même, dans un village voisin, à Dembley, le groupe de marcheurs étant tenu par Jessica qui y voit surtout le moyen de défendre les droits de passage des randonneurs contre les propriétaires terriens. Mais quand Jessica est retrouvée morte dans un des champs de Sir Charles, ce dernier est soupçonné par la police. Agatha est engagée comme détective et saute sur l’occasion pour enquêter avec James en se faisant passer pour un couple marié parmi le groupe des Marcheurs de Dembley, chaque membre du groupe étant un potentiel assassin.

C’est encore une histoire d’Agatha Raisin qui se lit rapidement mais en étant moins rigolote que les tomes précédents, loin du charme de la communauté de Carsely, l’enquête se déroulant à Dembley. Les protagonistes suspects sont très caricaturaux, entre la féministe et insupportable Jessica, l’aristocrate qui est désapprouvé par son majordome en sortant avec une jeune prof ou encore les couples gays. A noter que l’intrigue ayant été écrite en 1995 par M.C. Beaton, je fais un bond dans le passé (pas si lointain) où l’IRA était encore active, revendiquant des attentats pour l’indépendance de l’Irlande du Nord. En effet, l’ancien amant de Jessica et membres suspects des Marcheurs de Dembley tente de cacher ses liens avec ce mouvement. Seule la fin de l’histoire apporte sa petite dose de suspens dans la relation Agatha/James et qui me donne envie de quand même lire, à l’occasion, le tome suivant.

  • Le tome 1 des Détectives du Yorkshire

J’entame enfin une nouvelle série avec le tome 1 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018). J’avoue qu’au vu de la couverture, je m’attendais à un cosy mystery mais pas se déroulant à l’époque contemporaine et avec de jeunes personnages, autour de la trentaine. Sur la moto ayant appartenu à son père, Samson O’Brien retourne dans son village natal, dans le Yorkshire, ouvrir une agence de détective privé le temps que les « choses » se tassent à Londres et quatorze ans après son départ précipité en laissant son père veuf et alcoolique notoire dans la ferme familiale délabrée. Mais il n’est pas le bienvenu, surtout pour le clan Metcalfe, Samson n’étant pas venu deux ans auparavant aux funérailles de Ryan Metcalfe, son meilleur ami et père de son filleul. C’est ainsi qu’il découvre qu’il est sans toit, son père ayant vendu la ferme familiale et que Delilah Metcalfe l’accueille avec un coup de poing au visage.

Mais Delilah accepte, bien à contre-cœur et pour sauver son agence de rencontres de la faillite, de lui louer pour six mois un bureau dans la même maison qu’elle. Samson est très vite engagé par Madame Hargreaves dont le fils est récemment décédé, ne croyant pas à la thèse du suicide. Serait-ce un meurtre? Samson, malgré l’hostilité des habitants, tente d’enquêter, tout comme Delilah qui s’inquiète de la réputation de son agence de rencontres en s’apercevant que d’autres de ses clients sont décédés comme le fils Hargreaves.

Tous les ingrédients d’un bon cosy mystery so british sont réunis: la campagne anglaise, des meurtres en série, un duo d’enquêteurs avec leur caractère propre et qui doivent collaborer malgré eux (Delilah, informaticienne, fonceuse et déterminée et Samson sur le qui-vive et avec son instinct policier), une communauté de villageois qui fait bloc et un tas de non-dits et de rancunes… C’est ce qui fait le charme de ce premier tome, l’intrigue passant au second plan d’autant que j’avais découvert très rapidement l’assassin. Un très bon moment de lecture avec Samson et Delilah! J’ai hâte de pouvoir lire les tomes suivants et notamment en savoir plus sur le passé mystérieux de Samson.

Participation #1 au Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

challenge 2021 lire au féminin

Participation #1 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure européenne

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Voyage: « Randonnée »

Au fil des pages avec le tome 1 de Dans la tête de Sherlock Holmes

Pour le Mois Anglais 2020, j’ai emprunté à la médiathèque le tome 1 de Dans la tête de Sherlock Holmes, L’Affaire du Ticket Scandaleux de Cyril Liéron et Benoît Dahan, d’après Sir Arthur Conan Doyle (éd. Ankama, 2019), une BD jeunesse à partir de 13 ans. Je l’ai ainsi lue le 26 juin 2020, date fixée pour partager une BD jeunesse dans le programme facultatif de ce challenge mais je ne la chronique qu’avec (beaucoup) de retard aujourd’hui.

Une nouvelle enquête arrive à point nommé pour Sherlock Holmes: un collègue du Dr. Watson a été retrouvé, blessé, amnésique et errant dans les rues de Londres. La veille au soir, il avait accepté une invitation pour se rendre à une représentation du spectacle d’un mystérieux magicien chinois. Sherlock Holmes arrivera-t-il à trouver le fin mot de ce mystère? Je vous préviens tout de suite, il faudra attendre le tome 2 pour le savoir, ce prochain tome étant attendu pour fin 2020…

Graphiquement, cette bande dessinée est très réussie. Comme le titre de la BD l’indique, nous sommes littéralement plongé dans la tête de Sherlock Holmes. Un fil rouge conducteur passe de page en page pour relier les uns avec les autres les différents indices récoltés de-ci de-là par Sherlock Holmes toujours aussi perspicace comme dans un grand puzzle à assembler. La mise en page de cette bande dessinée est vraiment originale. Il me faut à plusieurs reprises revenir en arrière pour réexaminer certains détails passés inaperçus ou mis en lumière grâce à la page suivante. Beaucoup d’inventivité chez les auteurs et toujours une perspicacité redoutable de Sherlock Holmes! Et que dire des illustrations aux couleurs monochromes et au charme vintage qui rendent l’immersion dans l’époque victorienne encore plus prégnante! J’ai vraiment hâte de lire le second tome. Coup de cœur!

Pour d’autres avis sur cette BD jeunesse : Eimelle, Lili, Enna et FondantGrignote.

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Personne réelle: « Sherlock Holmes »

Au fil des pages avec le tome 1 d’Agatha Raisin

J’avais prévu de lire en mars, pour le Challenge British Mysteries, des enquêtes d’Agatha Raisin et en avais emprunté deux à la médiathèque. Ce n’est finalement que fin avril que je lis le premier tome d’Agatha Raisin enquête, La quiche fatale de M.C. Beaton (éd. Albin Michel, 2016).

Alors qu’elle ne vit que pour et par son travail, Agatha Raisin, la cinquantaine, décide de prendre sa retraite anticipée et de vendre son agence prospère de relations publiques. Elle quitte Londres pour réaliser son rêve d’enfance : acheter un charmant cottage à Carsely, petit village typique de la campagne anglaise dans les Cotswolds. Mais tout ne se passe pas comme prévu, à commencer par l’accueil peu chaleureux des autres habitants du village et l’ennui qui la guette. Têtue et encline à rechercher l’attention comme autrefois, elle participe, en trichant, au concours de quiches de la paroisse du village. Ne sachant pas cuisiner, elle achète une quiche aux épinards toute faite pensant détrôner toutes les concurrentes. Mais catastrophe, le juré de la compétition, le Major Cummings-Browne est retrouvé mort empoisonné. La principale suspecte n’est autre qu’Agatha Raisin. Heureusement, cette dernière pourra compter sur la femme du pasteur et du jeune policier de 23 ans en charge de l’enquête, Bill Wong. Les commérages ne tardent pas à se répandre. Agatha Raisin décide alors de mener sa propre enquête. Arrivera-t-elle à trouver le coupable et trouver sa place parmi la communauté de Carsely?

Dans ce premier tome datant de 1992, M.C. Beaton met en place ses personnages. Il s’agit bien d’un cosy mystery dans lequel ce n’est pas tant l’enquête qui importe mais l’ambiance so british avec la campagne anglaise si typique, la communauté très renfermée que forment les habitants de Carsely, peu enclins à s’ouvrir aux étrangers et qui vivent au rythme de leurs petites habitudes: réunions de la paroisse, commérages, etc. Agatha Raisin dénote dans ce décor somme-toute stéréotypé et qui me fait penser à des téléfilms vu et revus. C’est une lecture très légère mais qui passait bien pendant ce confinement. Au vu de son comportement enfantin, caractériel et impulsif voire désagréable et même antipathique, j’ai parfois eu dû mal avec Agatha Raisin et à l’imaginer âgée de la cinquantaine, la voyant beaucoup plus jeune. Je me laisserai toutefois tenter par la suite de ses enquêtes à l’occasion, en espérant que la résolution du meurtre reposera moins sur la chance du débutant.

Pour d’autres avis sur ce roman policier: Hilde, Clarabel, Pedro Pan Rabbit, FondantGrignote et Lou.

96806251_2969818223244550_7958071458817638400_o

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé #un roman policier avec Agatha (Christie ou Raisin)

Avec ce roman policier, je participe pour la première fois cette année au Mois Anglais proposé par Lou, Titine et Lamousmé tout au long du mois de juin 2020. Le 3 juin 2020, il est ainsi prévu de parler d’un roman policier avec Agatha (Christie ou Raisin) en duo avec le Challenge British Mysteries. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur leur blog.

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Agatha Raisin

Challenge Petit Bac d’Enna #6 Catégorie Crimes et Justice: « Enquête »

Newer posts »

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑