Étiquette : confiance en soi (Page 1 of 2)

Au fil des pages avec Issunbôshi, le petit samouraï

J’emprunte à la médiathèque Issunbôshi, le petit samouraï d’Alice Brière-Haquet et Sanoe (éd. Nobi Nobi!, coll. Soleil Flottant, 2016), un album jeunesse à partir de 6 ans et décrit par l’éditeur comme une version japonaise de Tom Pouce ou du Petit Poucet, le début me faisant également penser à Poucette. Un couple désire plus que tout un enfant, même le plus petit qu’il soit. Leur vœu est exaucé par l’arrivée d’un tout petit bébé, Issunbôshi. Malgré sa taille, le petit garçon grandit et rêve d’être un grand samouraï. Un jour, il quitte son foyer pour se mettre au service d’une princesse. Parviendra-t-il à faire preuve de courage face à de terrifiants onis et ainsi montrer sa grandeur?

Les illustrations colorées, expressives et de style manga sont magnifiques. Il est question d’aventures extraordinaires, de quête initiatique, de courage, de différence, de confiance en soi et de romance. Un très bon moment de lecture avec ce conte traditionnel japonais, l’album jeunesse se terminant sur un petit lexique et des explications sur ce conte datant du Japon médiéval et faisant partie des Otogi-zōshi du XVe/XVIe siècle!

Et ce sera une participation dans le thème du mois du Challenge Contes et Légendes de Bidib, le mois d’avril étant dédié aux « Anges et Démons ». Dans cette histoire, il s’agit d’onis – des yōkai issus du folklore japonais.  Ils sont représentés sous la forme de gigantesques démons hideux proches des trolls et des ogres, munis de leur gourdin et incarnent le mal absolu, portant des cornes comme le Diable. J’en apprends d’ailleurs un peu plus sur eux dans Yōkai! Le monde étrange des monstres japonais de Fleur Daugey et Sandrine Thommen (éd. Actes Sud Junior, 2017), un album jeunesse regroupant de nombreuses légendes japonaises à partir de 6 ans.

Participation #16 Un mois au Japon 2021 de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #38 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib #Conte japonais

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Adjectif: « Petit »

challenge 2021 lire au féminin

Participation #22 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Autrice et illustratrice

Participation #44 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine japonaise

Participation #11 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie #Conte traditionnel japonais

Au fil des pages avec Un oiseau sur mon épaule

Nous empruntons à la médiathèque Un oiseau sur mon épaule de Sibylle Delacroix (éd. Mijade, 2019), un album jeunesse à partir de 3 ans. Le jour de la rentrée des classes, une petite fille est prête à y aller et se faire des amis. Mais un oiseau qui grandit en même temps que sa confiance en elle s’égratigne l’empêche de parler aux autres enfants de sa classe. Arrivera-t-elle à vaincre sa timidité et à regagner son estime d’elle-même pour rompre sa solitude?

Les illustrations de Sibylle Delacroix au crayonné avec des touches orangées sont magnifiques. L’histoire aborde avec poésie et délicatesse la confiance en soi et l’estime de soi d’un enfant face à une rentrée scolaire. Il n’est pas si facile, même adulte, de s’ouvrir aux autres. L’oiseau comme voix intérieure personnifie à merveille les craintes et inquiétudes de la petite fille qui se replie de plus en plus sur elle sous son poids. Arrivera-t-elle à dépasser ses craintes pour aller vers les autres enfants et amorcer les prémices d’une belle amitié? Coup de cœur pour cet album jeunesse qui pourra permettre au jeune lecteur d’appréhender de façon plus sereine une rentrée scolaire ou l’arrivée dans une nouvelle école après un déménagement!

challenge 2021 lire au féminin

Participation #2 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure européenne

Au fil des pages avec La bulle

Courant août, intriguée par la couverture, j’avais emprunté à la médiathèque La bulle de Timothée de Fombelle et Éloïse Scherrer (éd. Gallimard Jeunesse, 2015), un album jeunesse à partir de 7 ans et recommandé par l’Éducation Nationale en classe de 6ème. Misha est une petite fille qui vit depuis toujours avec une grosse bulle noire qu’elle seule peut voir et qui lui pèse. Quoi qu’elle fasse, cette bulle de noirceur ne la quitte jamais. Un soir d’automne, elle décide de pénétrer à l’intérieur pour s’y confronter et surmonter sa colère, ses peurs et ses angoisses. Comment sortira-t-elle de ce voyage initiatique et fantastique?

Les illustrations d’Éloïse Scherrer sont magnifiques et très poétiques. Elles plongent le lecteur dans la bulle bien angoissante et merveilleuse de Misha. C’est un incroyable monde d’heroic fantasy dans lequel pénètre la petite fille avec ses épreuves et ses créatures fantastiques. Elle fera alors preuve d’un grand courage. Coup de cœur pour cet album jeunesse qui invite à une introspection personnelle, à s’aimer et à avoir confiance en soi! En ces temps de reconfinement, cette histoire pourra parler au lecteur de tout âge pour chasser les idées noires, surmonter ses craintes et angoisses, qu’elle soient enfantines ou non, apprivoiser sa peur et faire face au monde qui nous entoure.

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Son: « La »

Au fil des pages avec Il n’y a pas de dragon dans cette histoire

Nous empruntons à la médiathèque Il n’y a pas de dragon dans cette histoire de Lou Carter et Deborah Allwright (éd. Circonflexe, 2018), un album jeunesse à partir de 4 ans et qui a été Lauréat du 31ème Prix des Incos en 2020 dans la sélection CE1.  Un dragon en a assez d’être le méchant de son histoire et voudrait en être le héros. Il s’en va alors à la recherche d’un personnage de contes à sauver. Mais aucun n’accepte son aide au motif qu’il n’y a pas de dragon dans son histoire, que ce soit Boucle d’Or ou les trois petits cochons par exemple. Mais lorsque le dragon tente d’aider Jacques (et le haricot magique), il se fait attraper par l’ogre et tout dérape. Pourra-t-il finalement être le héros de son histoire?

L’histoire est originale et très drôle tant dans son texte – le narrateur interpelant le jeune lecteur – que dans sa mise en page avec des illustrations très colorées, dynamiques et avec des personnages très expressifs. Jouant avec son titre d’album, il y a pourtant bien un dragon dans cette histoire, un dragon qui se révèle très attachant dans sa quête de faire le bien autour de lui, faisant fi de sa nature de méchant et de ses doutes. Voir le dragon passer de conte en conte nous rappelle d’ailleurs Glouton, Le croqueur de livres d’Emma Yarlett et la mise en abîme – le dragon lisant tout en la changeant sa propre histoire – Une fois encore d’Emily Gravett. Il y est question d’aventure, de transcender sa condition, de confiance en soi et d’entraide.  Il est aussi amusant pour le lecteur de rechercher les nombreuses références aux contes traditionnels dont certaines ne sont pas évidentes, comme le conte tiré de la « vraie fin » de l’histoire (et dont je reparlerai très prochainement). Coup de cœur pour cet album jeunesse que je choisis pour le samedi « Albums » du 24 octobre 2020 du Challenge Halloween!

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Ogre

Participation #53 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Au pays des Ogres

Challenge Petit Bac d’Enna #12 Catégorie Amour et relations amoureuses: « Histoire »

Au fil des pages avec Le Magicien d’Oz

J’emprunte à la médiathèque Le Magicien d’Oz de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, d’après Lyman Frank Baum (éd. Albin Michel Jeunesse, 2018),  un album jeunesse à partir de 9 ans voire un peu plus puisqu’il s’agit plutôt d’un roman illustré. Quelle superbe adaptation de l’œuvre de L.F. Baum publié en 1900! Le narrateur de l’histoire est ici l’épouvantail qui prend vie dès les premières pages. L’histoire débute ainsi par la rencontre de Dorothy et de l’épouvantail, et non de l’arrivée de Dorothy au Pays d’Oz après la tornade qui a emporté la ferme de son oncle et de sa tante au Kansas. A peine âgé de quelques heures, l’épouvantail grandit au fil des pages en compagnie de ses compagnons de route – la jeune Dorothy avec son chien Toto et qui ne peut pas rentrer chez elle au Kansas, l’Homme de fer sans cœur et le lion sans courage –  vers la Cité des Émeraudes pour rencontrer le Magicien d’Oz, seul à même de lui donner un cerveau. Et si au fond, il possédait déjà tout en lui?

Les illustrations de Benjamin Lacombe sont magnifiques, avec cette prédominance de vert (vert métallisé, vert émeraude…) qui contraste avec le gris des terres fermières du Kansas. L’écriture de Sébastien Perez est très plaisante et fluide, accessible pour un jeune lecteur. Dans cette version, ce n’est pas Dorothy mais l’épouvantail qui est le personnage central de l’histoire – un personnage très attachant, tour à tour naïf et enfantin dans sa découverte du monde mais aussi astucieux et perspicace malgré lui. Cette idée de tout décrire de son point de vue n’oublie toutefois pas toutes les étapes-clés du romande L.F. Baum à partir de la rencontre de Dorothy et de l’épouvantail.

Il y est ainsi question de quête initiatique, d’aventures faites de rencontres et de dangers, d’amitié, d’entraide et de confiance en soi! Coup de cœur pour cette adaptation réussie du Magicien d’Oz, joli conte fantastique et initiatique! C’est aussi une critique sociale de la société américaine, ce que rappelle les dernières pages de l’album. Avec ce roman illustré, je participe au jeu de pistes du Mois des Contes et Légendes de Bidib pour la piste n°5, « Escale en Amérique ».

Participation #39 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Escale en Amérique

année

Participation #10 au Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et Blandine

america

Le Mois Américain de Titine #Album jeunesse/roman illustré

Challenge Petit Bac d’Enna #8 Catégorie Personne réelle: « Magicien d’Oz »

« Older posts

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑