Étiquette : confiance en soi (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec Ruby tombée du nid

Nous avions lu, en janvier 2022, Ruby tombée du nid de Dan Ojari, Mikey Please et Briony May Smith (éd. Gallimard Jeunesse, octobre 2021, 32 pages), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui est une adaptation du court métrage d’animation éponyme de 32 minutes et en stop motion réalisé par les Studios Aardman en 2021 et que nous avions vu pendant les vacances de Noël 2021 sur Netflix.

Recueillie bébé par une famille aimante de souris, Ruby, un rouge-gorge aux oreilles de souris est souvent maladroite, n’ayant jamais appris à voler, quand il faut aller récupérer des provisions dans la maison des humains gardée par une redoutable chatte. Elle aimerait pourtant être une petite souris discrète. Grâce à son amie la pie, Ruby pourrait-elle réaliser son souhait en récupérant l’étoile magique du sapin de Noël qui semble réaliser tous les vœux des humains? Et si pourtant, il suffisait seulement d’être elle-même?

Il y est ainsi question de famille, d’adoption, d’entraide, d’amitié, de quête d’identité, de confiance en soi et d’acceptation de soi… Les magnifiques illustrations sont douces et chaleureuses, avec ce coup de crayon si reconnaissable de Briony May Smith. Elles font également monter la tension dans les différentes apparitions de la chatte (son ombre ou bien encore son œil dans le sapin), chatte qui pourrait faire peur aux plus petits, surtout dans le film d’animation. Un très bon moment de lecture avec ce joli conte de Noël sur l’acceptation de soi!

Petit aparté ciné: Nous avons revu le film d’animation. Ruby, un rouge-gorge est adoptée par une famille de souris qui se nourrit dans la maison gardée par une chatte. Il est bien difficile pour Ruby de ne pas être démasquée par la chatte et elle rêve d’être une souris. Son vœu se réalisera-t-il? On retrouve le savoir-faire des Studios Aardman à qui on doit Wallace et Gromit tant dans la mise en scène que le comique de situation qui s’appuie également sur la musique. Face à la chatte, Ruby fait preuve de courage et de détermination afin de permettre à sa famille souris et son amie la pie de trouver de quoi manger dans les nombreux déchets laissés par les humains. En toile de fond, il y est ainsi question de gaspillage alimentaire et d’écologie, les déchets humains impactant la vie des animaux. Un bien joli film d’animation de Noël qui fait la part belle aux bons sentiments!

Participation #13 Challenge Christmas Time 2023 de MyaRosa #Contes & Légendes

Participation #14 Challenge Il était 11 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Conte de Noël

Participation #42 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Royaume-Uni

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2023 de Bidib et Fondant #Cuisine de Noël

Au fil des pages avec le tome 1 de Brume

Nous avons lu et relu le tome 1 de Brume, Le réveil du dragon de Jérôme Pélissier et Carine Hinder (éd. Glénat, coll. Tchô!, avril 2023, 64 pages), une BD jeunesse écrite en lettres majuscules et à partir de 7 ans que j’avais achetée le jour de sa parution mais que j’avais mise de côté pour cet automne et Halloween. C’est l’occasion aussi d’une nouvelle lecture commune avec Hilde dans le cadre du challenge Halloween 2023.

Élevée par un père adoptif aimant, Brume ne rêve que d’une seule chose: devenir une sorcière. L’occasion se présente lorsque son père lui remet le grimoire de magie qui était à côté d’elle lorsqu’il l’a recueillie lorsqu’elle était petite dans la forêt. Mais son premier sort plonge le village dans un épais brouillard. Accompagnée d’un petit cochon baptisé Hubert et d’un jeune garçon du village avec qui elle se lie d’amitié, Hugo, Brume part affronter le dragon. Sera-t-elle une véritable sorcière digne de Naïa, la précédente sorcière protectrice du village et qui a disparu 7 ans auparavant?

J’ai apprécié la double narration, à la fois du petit cochon – notre narrateur- et celle des dialogues entre les personnages ainsi que l’utilisation de couleurs différentes dans les bulles, ce qui facilite la compréhension de l’histoire et le rebondissement final pour le jeune lecteur. Les illustrations sont toutes mignonnes, expressives et dynamiques. Le trio est très attachant, chacun ayant sa personnalité propre: Hubert plus posé et adulte, avec une grande part de mystère, Brume une leader née avec une grande confiance en elle mais un brin tyrannique et insolente (avec un langage et une répartie qui rappellent Mortelle Adèle) et Hugo, plus peureux à l’image des autres habitants superstitieux du village.

Il y est ainsi question d’amitié, d’aventures, de courage pour affronter ses peurs, d’entraide et de magie, de secrets… Un très bon moment de lecture avec beaucoup d’humour et de l’action et même un coup de cœur pour mon mini sorcier qui a décidé que ce sera sa prochaine lecture à emmener à l’école et à lire devant ses copains de classe! Sans oublier des passages gourmands, Hubert raffolant des pains à la chocolatine. À noter qu’à la fin de l’ouvrage, le duo scénariste/dessinateur (marié dans la vie) explique la genèse de cette histoire ainsi que leurs sources d’inspiration, un petit village breton. 

Le tome 2, Brume et la forêt des âmes perdues est d’ores et déjà prévu pour le 3 janvier 2024. Aurons-nous les bonnes réponses à nos suppositions (Qui est Hubert? Brume est-elle une véritable sorcière?). À vos chaudrons – oups, à votre grimoire – pour noter cette BD jeunesse qui est annoncée comme une trilogie et que je vous invite à découvrir si ce n’est pas déjà fait!

Pour d’autres avis enthousiastes sur cette BD jeunesse: Hilde, Mylène, ChickyPoo et Isa.

Participation # Challenge Halloween 2023 de Hilde et Lou #BD jeunesse

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Objet: « Réveil »

Participation #12 Challenge Contes & Légendes 2023 de Bidib #Sorcière et dragon

Participation #24 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2023 de Bidib et Fondant #Pain à la chocolatine

Au fil des pages avec La longue marche des dindes (BD)

Pouvant le consulter en ligne grâce à ma médiathèque, j’ai lu La longue marche des dindes de Léonie Bischoff, d’après Kathleen Karr (éd. Rue des Sèvres, septembre 2022, 144 pages), un roman graphique jeunesse à partir de 9/10 ans, joliment illustré et adoptant en BD le roman éponyme de Kathleen Karr paru pour la première fois aux États-Unis en 1998.

Dans le Missouri, à l’été 1860, après avoir été diplômé d’office par Miss Rogers, sa bienveillante maîtresse d’école, Simon Green, un jeune orphelin de 15 ans décide d’écouter son conseil et de « déployer ses ailes » en acheminant jusqu’à Denver, dans le Colorado, en chariot et à pieds avec l’aide de Mr. Peece, 1.000 dindons, pensant pouvoir faire fortune en les vendant 5 dollars chacun à l’arrivée. Un long périple de plus de 1.000 kilomètres l’attend, fait d’espoir en un avenir meilleur, de rencontres inattendues et de dangers, que ce soit une jeune esclave en fuite, son père qui l’a abandonné huit ans auparavant au décès de sa mère ou bien encore des Indiens, des soldats de la Cavalerie…

Il y est ainsi question de quête initiatique, de confiance en soi, d’esclavagisme, de la condition de la femme, du génocide des Amérindiens (ici les Potawatomis au Kansas), d’analphabétisme, d’accès à l’éducation, de pauvreté, d’amitié, d’entraide, des dures conditions de vie des fermiers avec le transport du bétail, d’ouverture aux autres, de deuil, d’abandon, de solitude, de liberté ou bien encoredu bien-être animal…

J’ai bien apprécié le groupe qui se forme au fur-et-à-mesure de cette traversée au cœur de l’Ouest américain, chacun trouvant sa place au sein de cet élevage de dindons ambulant. Ce groupe quoique hétéroclite se révèle, en effet, soudé, solidaire, humaniste et attachant, que ce soit Simon qui bien qu’il ait été mauvais à l’école se révèle très débrouillard, déterminé à croire en ses rêves, généreux, courageux, ouvert d’esprit et intelligent de cœur, Mr. Peece, un muletier alcoolique mais paternaliste avec son fidèle chien Emmett, Jo, une jeune esclave en fuite qui désire à tout prix connaître la liberté et Lizzie, une adolescente de 14 ans, orpheline et victime de « la folie de la Prairie ».

Même si des thèmes douloureux sont abordés, le propos en reste optimiste et bienveillant, renforcé par les dessins tout en douceur et aux couleurs pastel de Léonie Bischoff qui atténuent la dureté de ce long périple digne d’un western (traversée du Far West en chariot, Indiens, bandits…) et qui rendent les personnages très expressifs avec une physionomie rappelant leur caractère et leurs émotions (la candeur et générosité de Simon malgré les quolibets subis, la peur de Jo ou bien encore le visage marqué par le deuil et l’alcoolisme de Mr. Peece…).

J’ai enfin noté quelques passages gourmands pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine avec le thé de Miss Rogers à Simon, les plats préparés par Mr. Peece tout au long de leur périple…

Un très bon moment de lecture jeunesse avec ce long périple plein de bons sentiments! Ce roman graphique fait d’ailleurs partie de l’abonnement Maximax 2023/2024 pour les 9/11 ans et a remporté le Prix Fauve Jeunesse lors du Festival d’Angoulême 2023. Je ne peux toutefois pas vous dire s’il est non fidèle au roman éponyme, ne l’ayant pas lu.

Pour d’autres avis sur ce roman graphique: Blandine, Nathalie et Mylène.

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Animal: « Dindes »

Participation #31 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Suisse (Scénariste/Dessinatrice) et États-Unis (Autrice)

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2023 de Bidib et Fondant #Cuisine américaine du XIXe siècle

Au fil des pages avec Une nuit dans les bois

Nous avons lu Une nuit dans les bois de Raphaël Kolly (éd. L’Élan Vert, 2023, 40 pages), un album jeunesse joliment illustré à partir de 3/4 ans. Arsène Lapin s’est perdu dans la forêt et se fait surprendre par la nuit. Grâce à une flaque de lumière, il peut reprendre son chemin. Mais sa peur ne disparaît, les bruits de la nuit l’inquiétant tout comme ses rencontres. Arsène Lapin pourra-t-il surmonter sa peur du noir et survivre à cette nuit dans les bois?

Arsène Lapin se révèle courageux face à sa peur du noir. A chaque rencontre, il accepte de partager sa lumière. Les jolies illustrations dynamiques, en clair-obscur, entre l’album et la BD mettent bien en évidence la peur du petit lapin et son courage, alternant entre des doubles pages où ce dernier est plongé dans l’obscurité, face aux bruits inconnus et des passages plus lumineux. Il y est ainsi question d’amitié, de confiance en soi, de peur du noir et d’entraide. Un très bon moment de lecture en compagnie de ce petit lapin bienveillant et attachant!

Challenge Petit Bac d’Enna #3 Catégorie Moment de la journée: « Nuit »

Participation #28 (Parcours illustré) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2023 de Bidib #Suisse

Pause ciné: Super Mario Bros. le film

Pendant les vacances de Pâques, nous sommes allés voir au cinéma Super Mario Bros. le film, un film d’animation américano-japonais coréalisé par Aaron Horvath et Michael Jelenic, coproduit par Nintendo et Universal Studios, sorti au cinéma le 5 avril 2023 et à partir de 6 ans. Nous retrouvons avec beaucoup de plaisir les personnages des jeux vidéo éponymes.

Mario et Luigi, deux frères plombiers habitant à Brooklyn chez leurs parents. Après un gigantesque problème d’inondation dans les rues de la ville, les deux frères sont aspirés par un mystérieux tuyau vert. Désormais séparés, Luigi atterrit dans le lugubre territoire du roi des Koopas, Bowser tandis que Mario se retrouve dans le Royaume Champignon et fait la connaissance de Toad. Ce dernier l’emmène au château de la princesse Peach, en plein conseil de guerre, Bowser étant sur le point d’envahir le Royaume Champignon, après avoir dérobé la Super étoile possédée par le peuple des Pingouins. Aidé de la princesse Peach et de Toad, Mario retrouvera-t-il son frère? Le trio pourra-t-il empêcher les sombres desseins de Bowser en sollicitant l’aide du royaume des Kong?

Nous avons passé un bon moment de cinéma (et même très bon pour mon mini geek) avec une histoire certes classique (minimaliste diront certains) mais fidèle aux jeux vidéos avec quantités de références et rebondissements qui s’enchaînent sans temps morts et qui raviront tant petits et grands fans, dans une ambiance très années 80 tant dans la bande-son que dans certaines scènes (avec l’entêtante chanson du « crooner » Bowser, amoureux transi de la princesse Peach (« Peach Pitchounette »…) et son lot de scènes très drôles comme la scène inter-générique). Le gameplay des Mario et Donkey Kong a bien été intégré au scénario, que ce soit les passages dans les tuyaux, l’utilisation des power-up ou les karts sur les arcs-en-ciel…

Une bien chouette adaptation rythmée, colorée et réussie avec une princesse badass (encore plus que dans le jeu vidéo Mario Odyssey) et un duo de frères de choc qui combattent ensemble Bowser! A travers ces aventures, il y est aussi question pour Mario et Luigi de confiance en soi, Mario souhaitant faire ses preuves et que son père soit fier de lui. La scène post-générique semble présager d’une suite au vu du succès de cet opus. Peut-être que cette fois il y aura autant de Toads que de Toadettes au Royaume Champignon (une toadette n’apparaissant que sur un poster en arrière-plan du marché).

Participation #5 Un Mois au Japon 2023 de Hilde et Lou #Film d’animation

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑