Étiquette : Anne Montel

Point lecture hebdomadaire #8

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière, celle en cours et sans doute nos prochaines, ponctuées de passages à la librairie et à la médiathèque.

Nos lectures du 20 au 26 septembre 2021:

Des albums jeunesse:

Nous continuons nos relectures et découvertes d’histoires d’automne et d’Halloween mais pas que avec des histoires de dinosaures.

  • (Album jeunesse) Toute la vérité sur les dinosaures de Guido Van Genechten

Nous lisons Toute la vérité sur les dinosaures de Guido Van Genechten (éd. Mijade, 2018), un album jeunesse à partir de 4 ans. Se disant être un dinosaure, une poule court chercher son album photos et nous parle de ses ancêtres, les dinosaures comme les Vélociraptor, Diplodocus ou autre Tricératops… et qui ont disparu à la suite d’un astéroïde ayant frappé la Terre. Tous? Pas vraiment. Une histoire rigolote, l’auteur s’amusant à faire interagir la poule avec le lecteur!

  • (Album jeunesse) L’hôpital des dinosaures de Hye-Won Kyung

Nous lisons et relisons L’hôpital des dinosaures de Hye-Won Kyung (éd. Versant Sud Jeunesse, 2020), un album jeunesse à partir de 5 ans. Dans la salle d’attente du docteur, des dinosaures attendent leur tour: un stégosaure dont les plaques sur le dos le gênent, un diplodocus qui s’est fait un torticolis, une mère maiasaura épuisée et malnutrie à force de s’occuper de ses petits… Hasard des emprunts, cette histoire met aussi en scène une poule, l’infirmière Poulette qui ici amène les dinosaures auprès du médecin et nous en apprend un peu plus sur eux. Un très bon moment de lecture avec cet album jeunesse qui alterne entre histoire rigolote et documentaire!

  • (Album jeunesse) La fête d’automne de la famille Souris de Kazuo Iwamura

Je pensais que nous avions lu toutes les histoires de la famille Souris mais non. Alors nous lisons en ce début d’automne, La fête d’automne de la famille Souris de Kazuo Iwamura (éd. L’école des loisirs, 1993, rééd. 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans. Pendant une partie de cache-cache, Pierrot a disparu. Les autres membres de la famille Souris partent à sa recherche. Encore une histoire toute mignonne avec des illustrations remplies de petits détails! Nous en profitons pour relire La famille Souris et le potiron.

  • (Album jeunesse) Un thé à l’eau de parapluie de Karen Hottois et Chloé Malard

Nous lisons et relisons également Un thé à l’eau de parapluie de Karen Hottois et Chloé Malard (éd. Seuil Jeunesse, 2020), un album jeunesse à partir de 3 ans. Par une journée pluvieuse d’automne, Elmo, un blaireau invite ses amis à un thé à l’eau de parapluie accompagné de bichons au citron. Une histoire cosy, douce, poétique et réconfortante à lire le soir ou blotti sous un plaid! Un très bon moment de lecture!

  • (Album jeunesse) Le Crafougna de Stéphane Servant et Anne Montel

Nous lisons aussi Le Crafougna de Stéphane Servant et Anne Montel (éd. Didier Jeunesse, 2012), un album jeunesse à partir de 5 ans. Un dimanche soir à l’approche du carnaval, le Crafougna élit domicile dans la famille d’un petit garçon. Il semble le seul à le repousser, ses parents et sa sœur se transformant à leur tour en un monstre gris, velu et crafougnant. Arrivera-t-il à repousser le Crafougna de chez lui? Une façon rigolote d’aborder la mauvaise humeur, surtout celle du dimanche soir avant de commencer une nouvelle semaine! Le déguisement du petit garçon m’a fait penser aux personnages de Bergères guerrières, une BD jeunesse illustrée par Anne Montel en duo avec Loïc Clément.

Des BD jeunesse:

  • (BD jeunesse) Ana Ana L’histoire incroyable (T18)

Pré-commandé à la librairie et paru le 17 septembre 2021, nous lisons et relisons le dernier tome, le 18 d’Ana Ana, L’histoire incroyable d’Alexis Dormal et Dominique Roques (éd. Dargaud, 2021), une BD jeunesse pour les 3/6 ans et qui – pur hasard du calendrier halloweenesque – parle d’un monstre buveur de thé. Une histoire rigolote qui reprend le jeu du téléphone arabe ou sans fil. L’anecdote de Goupille qui a pris la tasse pendant qu’il nageait est transformée d’un doudou à un autre pour le plus grand plaisir du jeune lecteur!

  • 109 rue des soupirs, Fantômes à domicile de Mr. Tan et Yomgui Dumont (T1)

Après l’avoir repéré lors de l’édition précédente du Challenge Halloween de Hilde et Lou, je lis le tome 1 de 109 rue des soupirs, Fantômes à domicile de Mr. Tan et Yomgui Dumont (éd. Casterman, 2019, 125 pages). Elliot, un petit garçon de 9 ans laissé très souvent seul par ses parents devient ami avec les fantômes hantant le 109 Rue des Soupirs, trouvant auprès d’eux une seconde famille. Aucune baby-sitter n’arrive à rester jusqu’à l’arrivée de Madame Von Schloss. Ne serait-elle pas en réalité une chasseuse de fantômes? Parviendra-t-il à protéger ses nouveaux amis? Une BD rigolote par Antoine Dole alias Mr. Tran, l’auteur de Mortelle Adèle, ce dernier faisant d’ailleurs un clin d’œil à sa BD, Elliot ayant une poupée Adèle.

  • 109 rue des soupirs, Fantômes sur le grill de Mr. Tan et Yomgui Dumont (T2)

J’enchaîne avec le tome 2 de 109 rue des soupirs, Fantômes sur le grill de Mr. Tan et Yomgui Dumont (éd. Casterman, 2020, 127 pages), Elliot et ses amis fantômes devant faire face à une nouvelle menace, un inspecteur fantôme étant chargé de contrôler l’aptitude des fantômes à terroriser. Encore une chouette histoire avec ces fantômes sympathiques et dont on apprend un peu plus leur histoire!

Des romans jeunesse:

  • (Roman jeunesse) Les sept sorciers de Caro King (éd. Prisma, 2012, 376 pages)

Je finis de lire, en reprenant au chapitre 6, Les sept sorciers de Caro King, un roman jeunesse à partir de 9 ans. Une jeune fille, Nin est la seule à se souvenir de son petit frère Toby qui a été enlevé par Skerridge, un croquemitaine pour être livré à Monsieur Strood. Alors que Skerridge tente de l’enlever à son tour, elle s’enfuit et se retrouve plongée dans le pays magique de la Dérive où régnaient autrefois les Sept Sorciers. Que d’aventures pour Nin dans cette histoire fantastique! Heureusement elle pourra compter sur sa bonne étoile (peut-être trop, roman jeunesse oblige) et aussi sur un garçon un peu plus âgé, Jonas ainsi que sur Jik, un bonhomme de boue. Il est question de quête initiatique, d’univers parallèle et de courage. Un roman jeunesse qui se lit facilement mais sans plus. À réserver peut-être à de jeunes lecteurs friands d’héroïc fantasy mais suffisamment grands pour ne pas être effrayés par les êtres plus cauchemardesques les uns que les autres de l’histoire!

  • (Roman jeunesse) La rencontre de Stéphanie Demasse-Poirier et Marie Poirier

Nous lisons La rencontre de Stéphanie Demasse-Poirier et Marie Poirier (éd. de l’Étagère du bas, 2021), un roman jeunesse à partir de 6 ans. A la recherche d’un ami, un pingouin seul sur sa banquise accroche un petit morceau de papier sur un poisson qui est trouvé par un chat. Bientôt, le pingouin et le chat se rencontrent. Une histoire simple et mignonne d’une rencontre atypique entre un manchot et un chat! Il est question d’amitié et de vivre ensemble.

Ma lecture en cours:

(Roman jeunesse) Amélia Fang et le trésor des Yétis de Laura Ellen Anderson (T5)

Je commence à lire jusqu’au chapitre 7 le tome 5 d’Amélia Fang, Amélia Fang et le trésor des Yétis de Laura Ellen Anderson (éd. Casterman, 2021, 237 pages), Amélia, Florence, Grimaldi et Tangine passant un séjour au mont des Yétis pour les 350 ans de la grand-mère de Florence. Mais au cours de la fête d’anniversaire, des objets précieux des Yétis commencent à disparaître les uns après les autres. Une nouvelle enquête pour Amélia et ses amis? Il est agréable de retrouver cette petite bande d’amis toujours aussi bien croqués dans les illustrations en noir et blanc de Laura Ellen Anderson.

Ma prochaine lecture envisagée:

(Roman jeunesse) Magic Charly, Bienvenue à Saint-Fouettard d’Audrey Alwett (T2)

Pour une LC du T1 et/ou T2 du Challenge Halloween 2021 en octobre: le tome 2 de Magic Charly, Bienvenue à Saint-Fouettard d’Audrey Alwett (éd. Gallimard Jeunesse, 2021, 523 pages).

Au fil des pages avec le tome 1 de la BD Miss Charity

J’emprunte à nouveau à la médiathèque le tome 1 de Miss Charity, L’enfance de l’art de Loïc Clément et Anne Montel (éd. Rue de Sèvres, 2020), l’adaptation en BD du roman éponyme de Marie-Aude Murail, ayant déjà lu les deux l’année dernière.

Ce premier tome reprend la première partie du roman d’apprentissage jusqu’au départ de la gouvernante, la veille des 15 ans de l’héroïne, en ouvrant l’histoire non comme le roman aux 5 ans de Charity mais sur un événement survenu à Londres, en 1886. Alors qu’elle sort furieuse de chez Monsieur Dampf à qui elle a vendu des aquarelles, Miss Charity Tiddler évite de peu l’accident de la circulation et se replonge dans son passé, vers l’âge de 5 ans. C’est à cet âge qu’elle a commencé à élever sa première souris, Miss Petitpas pour rompre sa solitude de fille unique avant d’avoir une véritable ménagerie d’animaux blessés et/ou sauvés (ou non) des mains de la cuisinière. La petite fille est d’ailleurs couverte par sa bonne écossaise Tabitha puis aussi plus tard, à ses 10 ans, à la gouvernante française, Mademoiselle Blanche Legros.

Vivant librement son enfance dans la Nature et les livres, la petite fille grandit selon ses envies, loin des contraintes sociales imposées aux jeunes filles de la haute société victorienne et avec toute une ménagerie d’animaux qui inspireront plus tard ses aquarelles. Nous sommes loin de l’éducation rigoureuse imposée alors aux jeunes filles de son rang. Ici, il est question d’autonomie, de liberté et d’épanouissement personnel qui poseront les fondements de sa vie d’adulte, une jeune femme émancipée.

Comme dans le roman, le thème de la mort est présent et est partie prenante de la vie de l’héroïne et ce dès les premières pages avec une discussion sur la religion entre Charity alors âgée de 5 ans et sa mère. La petite fille a pour amies imaginaires ses petites sœurs décédées avant de les remplacer par sa ménagerie. Les morts nombreuses des animaux recueillis par Charity dans sa nursery sont traitées à hauteur d’enfant et comme objets d’expériences scientifiques, sans l’empathie qu’un adulte y mettrait et bien qu’elle soit effrayée par les histoires terrifiantes de sa bonne Tabitha.

Outre ses recherches scientifiques sur la faune et la flore de son jardin, Charity voue une autre passion aux oeuvres de Shakespeare, les apprenant par cœur.  Il est ainsi aussi question de théâtre, de vie et de passion amoureuse, comme par exemple lorsque Charity s’immisce dans la relation entre sa gouvernante et Herr. Schmal, le précepteur allemand de son cousin.

Je retrouve ainsi dans cette BD jeunesse toute l’espièglerie de la petite fille, sa candeur enfantine tout comme son imagination débordante qui rompe sa solitude et qui assouvit sa curiosité insatiable et sa soif de connaissance, comme cela ressort notamment de sa relation avec Kenneth Ashley qu’elle a rencontré un soir de Noël chez ses cousins et qu’elle croque dans ses dessins sous les traits d’un renard anthropomorphe. Ce n’est d’ailleurs pas le seul à être croqué sous forme d’animaux mais c’est celui qui accapare le plus les pensées de Charity, la relation Charity/Kenneth étant, je trouve, plus appuyée dans cette adaptation en BD.

Les illustrations à l’aquarelle, douces et colorées rappellent celles  naturalistes de Beatrix Potter qui a inspiré cette histoire à Marie-Aude Murail. La mise en page est aérée et dynamique, reproduisant le tourbillon des idées et pensées enfantines de Charity. J’ai trouvé cette adaptation fidèle et réussie au roman originel avec ce petit brin de fantaisie, d’insouciance et de fraîcheur propre au personnage de l’héroïne et aussi avec l’humour déjà présent dans le roman. Un bon moment de lecture avec cet ode à l’enfance, à la Nature et à la lecture et qui appelle à lire les deux tomes suivants, un triptyque étant prévu!

Pour d’autres avis sur ce premier tome: Bidib et Enna.

Participation #15 au Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Adaptation en BD

Participation #31 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Adaptation en BD

Participation #13 au Challenge Cottagecore 2021 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Challenge Petit Bac d’Enna #9 Catégorie Être humain: « Miss »

© 2023 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑