Étiquette : suspense

Nos lectures « Coraline »

Cette année, pour le Challenge Halloween 2022, j’ai eu envie de relire Coraline de Neil Gaiman en lecture commune avec Syl que j’avais déjà lu il y a deux ans mais que je n’avais pas encore chroniqué.

  • (Roman jeunesse) Coraline de Neil Gaiman

En juin 2020, j’avais lu Coraline de Neil Gaiman (éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Wiz, rééd. 2019, 171 pages), un roman jeunesse paru pour la première fois en 2002 pour les adolescents, à partir de 12/13 ans et à la très jolie illustration de couverture de Benjamin Lacombe.

En cette fin d’été pluvieuse et à l’approche de la rentrée des classes, Coraline Jones vient d’emménager avec ses parents dans un des appartements d’une très vieille propriété avec un jardin à l’abandon. Jeune fille unique et se sentant délaissée par ses parents qui travaillent beaucoup, elle s’ennuie et décide d’explorer les lieux en faisant connaissance des voisins qui ne cessent de l’appeler Caroline – les deux vieilles demoiselles Spink et Forcible avec leurs chiens et « un vieux toqué à la moustache » qui dit avoir un cirque de souris savantes – puis de la maison elle-même jusqu’à être intriguée par une porte condamnée dans le salon. Un après-midi, trop curieuse et malgré l’interdit parental, elle décide d’ouvrir cette porte qui l’amène à un appartement identique au sien habité par une famille identique à la sienne et qui lui paraît, de prime abord, bien plus accueillant. Mais peu à peu, cet étrange endroit devient inquiétant et cauchemardesque. Aidée par un chat noir, pourra-t-elle échapper à cette fausse famille en brisant le maléfice et rentrer chez elle?

Comme Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll, Coraline passe de l’autre côté de la porte (et non du miroir comme Alice). Mais cet autre côté se révèle bien plus angoissant et terrifiant que celui d’Alice. Réalité ou cauchemar? La féérie et la candeur enfantine du début du récit laissent place à l’horreur lorsque la jeune fille découvre la véritable nature de cette nouvelle famille qui veut, à tout prix, la garder près d’elle. Coraline fait alors preuve de beaucoup de courage et de débrouillardise. Il y est ainsi question de famille, de peur, d’imagination enfantine, d’ennui et d’aventure initiatique dans un monde parallèle inquiétant… Un très bon moment de lecture avec ce conte fantastique noir et horrifique qui pourra faire frissonner les plus jeunes lecteurs!

  • (Roman jeunesse illustré) Coraline de Neil Gaiman et Aurélie Neyret

Déjà lue lors du challenge Halloween 2021, j’ai relu sa version illustrée par Aurélie Neyret (éd. Albin Michel Jeunesse, 2020, 176 pages) et aussi traduite par Hélène Collon.

Avec une ambiance à la Tim Burton, les illustrations d’Aurélie Neyret donnent vie à l’univers à la fois enfantin, étrange, onirique et horrifique imaginé par Neil Gaiman tout en soulignant le moment de bascule où l’ennui de la jeune fille rend fécond son imaginaire troublé et pesant. On y retrouve ainsi le chat noir au langage énigmatique et véritable soutien pour la jeune fille, les voisins excentriques ou bien encore la terrifiante fausse mère… Une adaptation très réussie du roman éponyme!

Sans oublier des passages gourmands pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine avec un goûter pris par Coraline chez ses voisines (p.25/27), les repas avec sa fausse famille (p.35) ou la pizza préparée par son père (p.150)…

Pour d’autres avis sur ce roman jeunesse: Syl, Chicky Poo et L’Orouge.

Participation #20 Challenge Halloween 2022 de Hilde et Lou #LC

Participation #28 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Conte horrifique

Participation #105 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #États-Unis

Orange et Jaune Vilain Mignon Halloween Affiche

Participation #13 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Les propriétés et jardins dissimulés

Participation #53 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Teatime

Au fil des pages avec le tome 7 des Détectives du Yorkshire

Pendant le RAT de Noël, j’avais lu en quelques heures le tome 7 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec la menace de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, coll. La Bête Noire, 2021, 354 pages), un cosy mystery se déroulant à l’époque contemporaine dans la campagne anglaise du Yorkshire. L’histoire reprend au moment où le tome 6 s’arrêtait, au mois de mai et alors que la vie de Samson est une nouvelle fois, et peut-être la dernière fois, menacée. Mais Delilah va tout faire, avec l’aide des villageois de Bruncliffe en qui elle a confiance, pour empêcher un tueur à gages de parvenir à ses fins.

Au vu du suspense de fin du tome 6, j’étais impatiente de lire ce nouveau tome à la hauteur des précédents. J’ai beaucoup apprécié retrouvé ce duo d’enquêteurs attachant mais aussi les résidents de la maison de retraite ou autres villageois gravitant autour de Samson et Delilah comme notamment le père de Samson, Ida Capstick et Troy qui tient le pub en face de l’agence du détective…

Que de rebondissements et d’entraide sur cette journée pleine d’action où chacun révélera sa personnalité et grâce à laquelle nous en apprenons plus sur les charges de corruption pesant sur Samson! L’autrice même habilement humour et action avec Delilah et ses plans pour sauver Samson qui ignore qu’un tueur à gages a été envoyé pour le tuer dans la journée. Un très bon moment de lecture addictif avec ce tome qui se déroule sur une journée bien mouvementée, chaque minute étant comptée (un 24h chrono en mode « campagne anglaise »)! Vivement le tome 8!

Pour d’autres avis sur ce tome 7: Chicky Poo.

Participation #5 au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Cosy Mystery

Participation #8 Challenge British Mysteries 2022 de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #4 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Participation #46 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Lieu: « Yorkshire »

Au fil des pages avec Hercule Poirot, Le Crime de l’Orient-Express

Lors du dernier RAT British Mysteries, j’ai lu Hercule Poirot, Le crime de l’Orient-Express de Benjamin von Eckartsberg et Chaiko (éd. Paquet, 2017), une adaptation en BD adulte du roman éponyme d’Agatha Christie paru pour la première fois en 1934. Hiver 1937, revenant d’Istanbul pour une enquête, Hercule Poirot prend in extremis la dernière place dans le compartiment des premières classes de l’Orient-Express pour rejoindre Londres. Il est très vite approché par Monsieur Ratchett, un riche Américain fort antipathique qui pense sa vie en danger et qui meurt la nuit suivante dans le train, poignardé de douze coups de couteau. Hercule Poirot arrivera-t-il à résoudre cette affaire? D’autant que le meurtrier ne peut être que l’un des passagers de première classe, le luxueux train étant bloqué dans la neige au milieu de nulle part.

Du fait du format BD, l’intrigue s’enchaîne rapidement et il vaut mieux, à mon avis, connaître l’histoire avant d’en lire cette adaptation. J’avoue qu’il m’a fallu un temps pour me familiariser avec la physionomie d’Hercule Poirot, son image étant associée à David Suchet. Les illustrations permettent de se plonger dans ce huis-clos à l’atmosphère feutrée et où la tension est palpable, même si les visages des protagonistes auraient pu être moins grossiers et moins ressemblant les uns des autres, surtout les femmes. J’ai aussi bien apprécié les décors enneigés à l’image de la magnifique couverture. Un bon moment de lecture en compagnie d’Hercule Poirot! Cela me donne envie de relire le roman d’Agatha Christie comme l’a fait L’Orouge le week-end dernier.

J’avais choisi cette bande dessinée pour la Journée « Adaptation » du British Mysteries Month. C’est aussi une nouvelle participation au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine, Hercule Poirot faisant avancer son enquête autour d’un bon repas ou d’un thé à bord de l’Orient-Express.

Participation #9 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Adaptation

Participation #9 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Adaptation

Participation #33 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Thé

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Voyage: « L’Orient-Express »

Participation #9 au challenge 2021, cette année sera classique de Blandine et Nathalie #Adaptation de classique

Au fil des pages avec Ouste!

Dans nos derniers emprunts à la médiathèque, nous lisons Ouste! de Sally Grindley et Peter Utton (éd. L’école des loisirs, 2013), un album jeunesse à flaps à partir de 3 ans. Ce livre participatif est sur le même principe que Chhht! des mêmes auteurs, cette fois-ci le jeune lecteur étant invité à faire demi-tour pour ne pas rencontrer de dangereux ours habitant dans une maison au fond d’une forêt sombre.

L’histoire nous rappelle l’ogre de Chhht (« Danger! Ici on mange des enfants »). Elle multiplie également les références à Boucle d’Or et les trois ours. Nous nous sentons un peu comme Boucle d’Or mais en étant beaucoup plus inquiets. D’autre part, qui dit ours dit miel! Il y est ainsi question de pots de miel et de bols de porridge. Un très bon moment de lecture pour se faire gentiment peur à chaque fois qu’un flap est soulevé!

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Album jeunesse

Participation #59 Contes & Légendes 2020 de Bidib #Contes et Légendes

Participation #18 au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant

au

Au fil des pages avec Les loups

Nous empruntons à la médiathèque Les loups d’Emily Gravett (éd. Kaléidoscope, 2005), un album jeunesse à partir de 3 ans. Dès la page de garde, le ton de l’album est donné: il s’agit d’un « conte de tonnerre d’enfer » : « Trop de lapins croient ce qu’ils lisent dans les contes. Les petites filles vêtues de chaperon rouge ne sont pas ce que les loups préfèrent manger ». Mais que mange réellement un loup? C’est ce que va découvrir un lapin en empruntant à la bibliothèque municipale « Les Levrauts » un documentaire sur les loups. Le lapin est tellement plongé dans son livre qu’il ne se rend pas compte qu’un loup sorti tout droit de son livre le prend en chasse.

Encore un coup de cœur pour cet album mêlant humour, suspense et mise en abîme comme dans Une fois encore! L’humour d’Emily Gravett est toujours aussi percutant, tout en offrant deux fins à cette histoire dont une plus joyeuse pour les jeunes lecteurs les plus sensibles. Les illustrations au fusain, avec une touche de rouge pour le livre emprunté, sont comme toujours avec cette autrice, magnifiques. Sans oublier les pages de garde agrémentées de cartes d’emprunts à la bibliothèque et lettres à lire. Une belle démonstration, s’il en est, du pouvoir des livres!

Le Mois Anglais de Lou, Titine et Lamousmé

Participation #26 Contes & Légendes 2020 de Bidib

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑