Étiquette : roman policier (Page 2 of 4)

RAT British Mysteries 2021

De ce jour, 19 mars au 21 mars 2021 se déroule un read-a-thon (un marathon de lectures mais pas que) dans le cadre du Challenge British Mysteries organisé par Hilde et Lou. Depuis le début du mois de mars synonyme de British Mysteries Month, je me suis immergée dans l’ambiance so british et ses cosy mystery. Alors c’est avec beaucoup de plaisir que je vais continuer encore ce week-end read-a-thonien.

L’objectif de ce RAT? Lire le plus possible en rapport avec les British Mysteries (ouf, même si nous passons pour la troisième fois en mode confinement, j’ai pu récupérer de nombreux livres hier), partager des teas times et des gourmandises comme dimanche avec Syl ou encore se lancer des défis personnels et bien sûr échanger avec les autres participants.

Alors que vais-je lire pendant ce RAT? J’ai encore une fois prévu bien plus de livres que je pourrai en lire avec aussi le tome 2 d’une BD adulte qui est hors thème même si c’est une adaptation de La Ferme des animaux de George Orwell: Le Château des animaux, Les Marguerites de l’hiver de Felix Delep et Xavier Dorison (éd. Casterman, 2020) (LU).

  • le tome 1 des Lapins de la Couronne d’Angleterre, Le complot de Santa Montefiore, Simon Sebag Montefiore et Kate Hindley (éd. Little Urban, 2020), un roman jeunesse à partir de 9 ans
  • le tome 2 des Lapins de la Couronne d’Angleterre, Air Force One de Santa Montefiore, Simon Sebag Montefiore et Kate Hindley (éd. Little Urban, 2021), un roman jeunesse à partir de 9 ans
  • Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger (éd. 10/18, 2020), un cosy mystery (LU)
  • Le meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie (éd. du Masque, 1927, rééd. 2011)
  • L’assassin du train de Jessica Fellowes (éd. du Masque, 2018)
  • Mort sur la Tamise de Deborah Crombie (éd. Albin Michel, 2013)
  • Hercule Poirot, Le crime de l’Orient-Express de Benjamin von Eckartsberg et Chaiko, d’après Agatha Christie (éd. Paquet, 2017), une BD adulte (LU)
  • Son espionne royale et la partie de chasse (T3) de Rhys Bowen (Robert Laffont, coll. La bête noire, 2020) (LU)

Pour d’autres idées de lectures, les autres participantes du RAT: Hilde, Lou, Blandine, Bidib, FondantGrignote, Chicky Poo et L’Orouge.

Vendredi 19 mars 2021, je commence par écrire ce billet qui sera mis à jour tout au long du RAT et lire les premiers billets des participantes. Pour le moment, des participantes qui ont prévu de jolis programmes de lectures (cosy mystery avec une série livresque commune mais pas forcément le même tome des Détectives du Yorkshire, univers holmésien…) mais aussi de gourmandises avec Blandine qui file en cuisine faire des scones.

Ce matin, j’ai lu le tome 2 du Château des animaux, Les Marguerites de l’hiver de Felix Delep et Xavier Dorison, une BD adulte tout aussi réussie que le tome précédent, Miss Bengalore. La résistance non-violente se met en place derrière Miss B. et le lapin César. Je reparlerai très bientôt de cette bande dessinée.

Puis après le déjeuner, deux lectures plus légères choisies par mon petit marathonien (et aussi hors thème): Pique-nique sous la pluie de Naokata Mase (éd. Seuil Jeunesse, 2015), un album jeunesse à partir de 3 ans et le tome 2 des Chiens Pirates, Prisonniers des glaces! de Clémentine Mélois et Rudy Spiessert (éd. L’école des loisirs, 2020), un album jeunesse à partir de 6 ans (un gros coup de cœur depuis plusieurs semaines).

L’après-midi passe vite, sans avoir pu lire mais j’ai pu récupérer des réservations dont deux cosy mystery à la médiathèque et le dernier Ana Ana. Avant le repas, j’ai d’ailleurs déjà commencé un des deux cosy mystery qui se rajoute à ma déjà trop grande PAL. J’ai ainsi lu les quatre premiers chapitres de Son espionne royale et la partie de chasse (T3) de Rhys Bowen (Robert Laffont, coll. La bête noire, 2020), Lady Georgiana devant faire face à la chaleur estivale de Londres en août 1932.

Puis après le repas, c’est le temps des histoires du soir, trois ce soir avec le dernier Ana Ana, le tome 17, Va-t-en, va-t-en, chagrin! d’Alexis Dormal et Dominique Roques (éd. Dargaud, 2021), une BD jeunesse toute mignonne pour les 3/6 ans, les doudous tentant de redonner le sourire à Ana Ana, cette dernière déprimant depuis qu’une petite fille de son école n’a pas voulu devenir son amie. Nous relisons également Pique-nique sous la pluie de Naokata Mase, la sortie en car sous la pluie finissant en une belle cueillette de raisins pour un groupe d’enfants sous un bel arc-en-ciel, une lecture qui fait écho, d’une certaine façon, au dernier Ana Ana. Puis nous lisons une histoire différente que nous empruntons souvent à la médiathèque, Rapido sur la ville de Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet (éd. Hélium, 2011), un album jeunesse grand format à flaps et à partir de 4 ans. Il est alors temps pour mon mini marathonien d’aller se coucher comme Rapido et Ana Ana.

De mon côté, je vais faire un tour chez les autres participantes (L’Orouge nous ayant rejointes) avant de continuer ma lecture du tome 3 de Son espionne royale. en le reprenant au chapitre 5. Lady Georginia quitte Londres pour retourner en Écosse, au château familial où son demi-frère, Binky a été blessé par un piège à animaux et où sa belle-sœur Fig doit se démener avec des invités américains insupportables dont Wallis Simpsons – son cousin David étant toujours très amoureux d’elle au grand dam du couple royal ayant élu domicile pour l’été sur le Domaine de Balmoral. Elle a été missionnée par le Ministère de l’Intérieur pour enquêter sur des incidents inquiétants touchant les héritiers de la Couronne comme son cousin David. A une heure passée, je m’arrête à regret à la fin du chapitre 25, Lady Georgiana ayant été secouée une nouvelle par un décès (accident de chasse ou meurtre?).

Samedi 20 mars 2021, après un réveil avant 7h et un petit déjeuner, je reprends pour le terminer le tome 3 de Son espionne royale au chapitre 26. Encore un bon moment de lecture avec l’intrépide et attachante Lady Georgiana qui arrive, avec ses maladresses et sa candeur mais aussi son audace, à être mêlée à des situations encore une fois dangereuses dans les Highlands. Heureusement, elle pourra compter sur son grand-père paternel toujours aussi « papy poule » et Darcy O’Mara toujours aussi mystérieux. Et une histoire pile poil dans le thème du jour du British Mysteries Month, « Rendez-vous en Écosse ».

Vers 11h, je fais un tour chez les autres participantes (olala les plats alléchants et aussi de chouettes lectures). D’ailleurs, il est temps pour moi d’aller préparer le déjeuner… Si j’ai un moment, pense commencer cet après-midi Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger pour coller au thème facultatif de demain du British Mysteries Month, « Fantômes ».

Il est déjà 18h30 et je reviens faire une mise à jour de la journée qui est passée bien vite. Pendant l’heure de baby tennis (de nouveau autorisée après l’interdiction de trois semaines en raison du confinement du week-end), j’ai commencé Cottage, fantômes et guet-apens jusqu’au chapitre 3. Puis de retour chez nous, j’ai préparé un cake aux raisins secs et fruits confits. Pendant la cuisson, j’ai lu Hercule Poirot, Le crime de l’Orient-Express de Benjamin von Eckartsberg et Chaiko, une adaptation en BD adulte du roman éponyme d’Agatha Christie. J’avoue qu’il m’a fallu un temps pour me familiariser avec la physionomie d’Hercule Poirot, son image étant associée à David Suchet.

Après le repas, je fais un petit tour chez les autres participantes, chacune ayant avancé à leur rythme leurs lectures: Hilde avec le tome 1 des Enquêtes d’Alfred et Agatha, L’affaire des oiseaux d’Ana Campoy (un roman jeunesse), Blandine avec le tome 1 des Détectives du Yorkshire et Bidib avec le tome 4, FondantGrignote avec Meurtre à marée haute d’Hanna Dennison, Chicky Poo avec Les filles de Salem de Thomas Gilbert, L’Orouge avec le Crime de l’Orient Express d’Agatha Christie et Lou avec le tome 1 de Son espionne royale. Un RAT très féminin qui pourrait plaire à Tiphanya pour son challenge Lire au féminin!

Pour les histoires du soir, c’est le printemps qui est mis à l’honneur, en ce premier jour du printemps avec Nina et le doudou magique de Nicola Killen (éd. Quatre Fleuves, 2019) et C’est toi le printemps? de Chiaki et Ko Okada (éd. Seuil Jeunesse, 2014), des albums jeunesse adorables et poétiques à partir de 3 ans.

Je passe la soirée à lire Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger jusqu’au chapitre 5. Il est bientôt minuit et il est temps pour moi d’aller me coucher.

Dimanche 21 mars 2021, après ce qui s’apparente à une grasse matinée (réveillée par un mini glouton à 8h20), je commence avec lui une matinée lecture: la suite Cottage, fantômes et guet-apens pour moi et pour lui,  Le Neige Express de Naokata Mase (éd. Seuil Jeunesse, 2013), un album jeunesse à partir de 3 ans avec une adorable histoire d’entraide mystérieuse et magique, un renard de la Prairie des Neiges passionné de train aidant un homme pris dans la tempête de neige. Et après plusieurs relectures, cela lui a donné envie de sortir ses rails de train pour jouer avec bien sûr un renard en figurine. Je n’ai donc pas avancé beaucoup mon roman jouant aussi avec lui.

Après le déjeuner, je fais à nouveau un petit tour chez les autres participantes mais aussi chez Syl qui a également fait un cake mais un plum cake puisqu’elle y a mis du rhum, ce que je ne peux plus faire avec mon mini gourmand.

En fin d’après-midi, nous relisons des albums jeunesse printaniers avec Le secret d’Éric Battut (éd. Didier Jeunesse, 2004), Une si petite graine d’Eric Carle (éd. Mijade, 2000) et Fleurs! d’Hervé Tullet (éd. Bayard Jeunesse, 2019). Je les ai empruntés jeudi à la médiathèque en vue d’activités artistiques et graphiques avec mon mini artiste et aussi pour revoir le cycle des plantes. Mais ce sera pour plus tard.

Puis pour les lectures du soir, c’est à nouveau une relecture de Rapido sur la ville suivie du chapitre 8 du tome 1 de l’Hôtel Heartwood, Une maison pour Mona de Kallie George et Stéphanie Graegin (éd. Casterman, 2018), un roman jeunesse à partir de 8 ans. Nous le lisons doucement (commencé lors du RAT gourmand de St-Valentin) et comme il fallait le rendre à la médiathèque après l’avoir prolongé une fois, un autre exemplaire a fini par rejoindre notre bibliothèque. J’ai aussi rendu les autres tomes sans les lire pour les découvrir en même temps que mon mini marathonien.

Pour cette dernière soirée de RAT, je vais reprendre (et peut-être finir) ma lecture Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger au chapitre 10 après un nouveau tour chez les autres participantes. Blandine a aussi sorti ses lectures printanières en changeant sa décoration livresque du salon. Hilde a pu revenir pour le teatime en sortant une jolie nappe British avant une soirée lecture. Le British Mysteries Month n’est pas encore terminé que Lou et Fondant sont déjà parties dans des lectures japonaises et que Bidib s’est régalée avec l’intégrale de Zombillénium. Enfin, L’Orouge a commencé une romance avec le tome 1 des Amours de Lara Jean de Jenny Han, A tous les garçons que j’ai aimés. Je ne pense pas repasser par mon blog d’ici demain matin et vous souhaite à tous une très belle soirée.

Petit bilan de ce marathon: J’actualise une dernière fois ce billet ce lundi matin, après avoir passé un très bon week-end cosy et convivial. Hier soir, peu avant minuit, je me suis arrêtée au chapitre 14 du Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger (264 pages lues). Encore merci à Hilde et Lou d’avoir organisé ce RAT! Bonne semaine!

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #RAT

Au fil des pages avec le tome 3 des Détectives du Yorkshire

Après avoir lu le deuxième tome en ce deuxième week-end du British Mysteries Month, j’ai immédiatement lu le troisième tome des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le mystère de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018).

Samson et Delilah sont engagés par un notaire pour retrouver l’avis de décès d’une jeune fille décédée vingt ans plus tôt après avoir été renversée par un chauffard dans la ville voisine de Leeds. Mais aucune trace de ce décès nulle part. L’enquête qui semblait de prime abord facile se révèle bien mystérieuse pour le duo d’enquêteurs et les met même en danger. En effet, ils fourrent leur nez dans d’anciens et lourds secrets que certains voudraient garder cacher. En même temps, en matière de succession, il fallait bien s’y attendre. Parallèlement, Delilah est préoccupée par la demande inattendue de son ex-mari de récupérer leur chien, Calimero et est amenée à aider le père de Samson de son addiction à l’alcool, à l’insu de ce dernier.

Contrairement au tome précédent rempli d’histoires secondaires, ce troisième tome se concentre sur une seule affaire plus complexe qu’il n’y paraît bien que je me suis doutée très vite du dénouement. Même si l’histoire se passe aussi à Leeds, la « grande » ville voisine, la petite communauté des habitants de Bruntcliffe reste bien présente avec leurs commérages et secrets de famille. Les relations entre Samson et Delilah ne sont pas toujours aussi faciles qu’ils le voudraient, chacun conservant ses parts d’ombre. Heureusement Samson sait qu’avec des scones au citron-gingembre (les préférés de Delilah) et un « bon » thé à la Yorkshire, les choses peuvent s’apaiser (ou pas). Et puis il y a toujours les passages savoureux avec Ida, la femme de ménage et amie de la famille de Samson avec son franc parler particulier mais au grand cœur, sa gentillesse égalant celle de son frère, George, passionné de tracteurs.

Finissant sur des faits compromettant Samson, j’ai hâte de pouvoir lire le tome 4 même si je vais devoir attendre qu’il soit empruntable à la médiathèque (pas avant mi-avril…). D’autre part, en serai-je plus Rick Procter – un promoteur prospère (véreux?), très apprécié de la petite communauté de Bruntcliffe et qui a un faible pour Delilah – et ses manigances? Un bon moment de lecture même si j’ai préféré le tome précédent!

Pour d’autres avis sur ce tome 3: Belette et Hilde.

Participation #8 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #8 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy Mystery

Participation #32 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Scones

challenge 2021 lire au féminin

Participation #11 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Au fil des pages avec le tome 2 des Détectives du Yorkshire

En ce deuxième week-end du British Mysteries Month, je continue la série des Détectives du Yorkshire avec le tome 2, Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018). L’histoire reprend quelques semaines après les événements du premier tome qui ont secoué le village tranquille de Bruntcliffe, les fêtes de fin d’année approchant. Samson est engagé pour retrouver un bélier reproducteur tout en s’intéressant à une série d’incidents troublants à la maison de retraite où vit son père, après n’avoir pas pris au sérieux l’une des pensionnaires qui pensait que quelqu’un voulait la tuer et qui était venue le voir quelques jours avant de décéder. Un décès de vieillesse ou un assassin rôde-t-il dans la maison de retraite?

Samson est aidé une nouvelle fois par Delilah mais aussi par toute une bande d’amis pensionnaires de la maison de retraite (dont le père de Samson) fort sympathiques et dynamiques malgré leur âge, heureux de pouvoir jouer aux détectives amateurs et qui m’ont fait penser aux Craquantes, une série américaine des années 80. Ils se réunissent d’ailleurs autour d’un thé à la mode Yorkshire (thé bien corsé avec du lait) accompagné de mince pies, Noël oblige.

Le duo Samson/Delilah fonctionne toujours aussi bien que dans le premier tome, leurs relations s’apaisant plus ou moins, selon les jours, Calimero, le chien de Delilah y contribuant. Ce tome est d’ailleurs plus rythmé avec différentes histoires secondaires et la fine équipe de pensionnaires de la maison de retraite. Bien sûr, comme il s’agit d’un cosy mystery, la résolution des enquêtes est simple et il est même surprenant que Samson, agent infiltré sous le coup d’une suspension, ne les démêle pas plus vite. Mais là n’est pas le charme de cette série, mais son ambiance so british. Le passé londonien de Samson reste toujours énigmatique comme les agissements suspects de Rick Procter, un promoteur immobilier qui fait vivre Bruntcliffe et qui a racheté la ferme familiale de Samson.

Un très bon moment de lecture en leur compagnie! J’enchaîne d’ailleurs immédiatement avec le tome 3. Avec un peu de retard, cela aurait dû être ma participation à la Journée « Meurtre à la campagne » du British Mysteries Month.

Pour d’autres avis sur ce tome 2: Belette et Hilde.

Participation #7 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #7 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy Mystery

Participation #31 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Mince pie

challenge 2021 lire au féminin

Participation #9 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Au fil des pages avec Son espionne royale

Vendredi, j’ai commencé une nouvelle série de cosy mystery, Son espionne royale de Rhys Bowen que j’avais repérée depuis un moment et qui me plonge dans la vie londonienne des années 30, à l’époque de la Grande Dépression. Et samedi soir, j’avais déjà fini les deux premiers tomes empruntés et qui se sont rajoutés à ma PAL pour le British Mysteries Month.

  • Son espionne royale mène l’enquête

Je commence, vendredi matin, par le tome 1, Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), paru la première fois en Angleterre en 2008. En avril 1932, surprenant une conversation entre son demi-frère Binky et sa femme, Fig au sujet de l’intention de Sa Majesté la Reine d’Angleterre de la voir épouser à un prince roumain, Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugénie, surnommée Georgie décide de quitter le château de Rannoch, en Ecosse, pour s’installer seule dans la maison familiale de Londres, Rannoch House, dans le quartier huppé de Belgravia Square.

Mais il n’est pas si simple pour Lady Georginia, jeune femme de 21 ans, de gagner son indépendance, seule et sans ressources, son demi-frère lui ayant coupé sa rente quelques mois plus tôt – sans chaperon ni même une femme de chambre. Elle est, en effet, du côté de son père, de rang royal et à ce titre est la 34ème héritière du trône britannique dans l’ordre de succession. Mais pas du côté de sa mère, une ancienne actrice qui passe de mari en mari à travers l’Europe et les États-Unis, plus préoccupée par ses charmes que par sa fille. Il n’est ainsi pas permis à Lady Georginia de travailler comme tout un chacun et elle décide d’ouvrir une agence de domestiques de luxe dont elle est la seule bonne employée incognito.

La jeune femme fait donc partie de cette aristocratie désargentée qui a subi le crack boursier de 1929. Ruiné, son père le Duc s’est suicidé en laissant de nombreuses dettes derrière lui. Son demi-frère Binkie est d’ailleurs sur le point de céder le château de Rannoch que leur père a perdu aux jeux au profit d’un sombre personnage français, Monsieur Gaston de Mauxville. Mais ce dernier est retrouvé mort dans la baignoire de Rannoch House, Binky étant le principal suspect. Lady Georginia mène alors sa propre enquête pour l’innocenter.

Se rajoute à cela une convocation à Buckingham Palace, la Reine lui confiant une mission mondaine que Lady Georginia ne peut décliner: se rendre à une partie de campagne pour espionner son cousin, le Prince de Galles, David qui semble s’être entiché d’une riche américaine encore mariée, Madame Wallis Simpson, ce qui déplaît fortement à la Reine.

Mais comment mener à bien sa mission? Heureusement, Lady Georginia peut compter sur l’une de ses anciennes amies du pensionnat en Suisse, Belinda qui aime les mondanités et les hommes, son grand-père paternel, un policier en uniforme à la retraite qui vit dans l’East End et aussi un lord irlandais désargenté comme elle, Darcy O’Mara.

Lady Georginia est une jeune héroïne fort attachante, faisant preuve tour à tour de candeur et d’impulsivité juvénile mais aussi de beaucoup de détermination, d’audace et d’ingéniosité. Même si les cadavres s’amoncellent étrangement sur son chemin, elle reste elle-même en toutes circonstances, gardant à l’esprit les leçons apprises plus jeunes, « une Lady ne montre jamais ses émotions en public » et la devise familiale, « la mort plutôt que le déshonneur ». Elle m’a ainsi fait penser à Cluny Brown, même si dans Les aventures de Cluny Brown de Margery Sharp (éd. Belfond, coll. Vintage, (1944) 2015), la jeune femme du même âge est une femme de chambre qui ne sait pas rester à sa place selon ses proches.

Je suis Lady Georginia avec beaucoup de plaisir entre son travail incognito au sein de son agence domestique de luxe, son enquête pour innocenter son demi-frère et sa mission d’espionnage pour la Reine Mary.  Bien sûr, dans ce genre de roman, le meurtrier est facilement identifiable. Il y est aussi question de la condition de la femme dans les années 30 même si elle est abordée de façon plus superficielle que dans d’autres romans que j’ai lus récemment mais qui se passaient à une autre époque, à l’ère victorienne par exemple dans la série Lizzie et Ben Ross d’Ann Granger. Un très bon moment de lecture avec ce cosy mystery certes classique mais léger, pétillant et à l’humour so british!

  • Son espionne royale et le mystère bavarois

Puis j’enchaîne immédiatement, vendredi soir, avec les premiers chapitres du deuxième tome, Son espionne royale et le mystère bavarois de Rhys Bowen (éd. Robert Laffont, coll. La bête noire, 2019), également paru pour la première fois en Angleterre en 2008. Quelques semaines se sont passées depuis les événements du premier tome. Début juin 1932, Lady Georginia est à nouveau convoquée chez la Reine qui lui confie une nouvelle mission mondaine: accueillir chez elle une princesse bavaroise, la princesse Hanneflore de Bavière et jouer les entremetteuses lors d’une rencontre à la campagne avec le Prince de Galles qui continue de s’afficher avec Madame Simpsons. La Reine Mary espère ainsi une union entre Hannie et son fils aîné.

Toujours aussi pauvre, Lady Georginia se démène pour accueillir comme il se doit la princesse à Rannoch House qui arrive accompagnée d’une dame de compagnie, une baronne bavaroise et de sa femme de chambre. Elle se fait aider par son grand-père et sa voisine, Madame Huggins qui se font passer respectivement pour son majordome et sa cuisinière. Elle arrive même à engager une femme de chambre le temps de cette visite officielle.

Mais la jeune princesse Hannie, âgée de 18 ans et sortant du couvent, est bien ingérable et suit encore moins les convenances dues à son rang, parlant un anglais vulgaire appris dans les films américains de gangsters et s’amarouchant de tous les hommes qu’elle rencontre comme Darcy O’Mara (ce qui rend jalouse Lady Georginia) ou encore Sidney Roberts, sympathisant communiste. Bientôt, la princesse est mêlée au meurtre de ce dernier. Pour empêcher tout incident diplomatique, Lady Georginia est missionnée par la Reine pour trouver le véritable assassin. Sera-t-elle une nouvelle fois à la hauteur de sa mission de détective amatrice?

Comme dans le premier tome, le ton est toujours aussi léger et agréable, les événements s’enchaînant les uns les autres, sous fond historique (tensions sociales entre les partisans socialistes et les Chemises noires en Angleterre mais aussi la montée du nazisme en Allemagne et le stalinisme en Union Soviétique), jusqu’au dénouement qui en dévoile un peu plus sur Darcy O’Mara. Lady Georginia est, en effet, toujours bien secondée par son amie Belinda et son grand-père, sans oublier les arrivées toujours à propos de Darcy et les séries de décès auxquels elle assiste une nouvelle fois. Encore un très bon moment de lecture! J’espère pouvoir emprunter les tomes suivants à la médiathèque lorsqu’ils seront disponibles pour continuer à suivre les enquêtes de cette attachante détective amatrice.

C’était ma participation avec un peu de retard à la journée « Cosy Mystery » du 5 mars du British Mysteries Month de Hilde et Lou. Et comme nous sommes le premier dimanche du mois de mars, c’est aussi British Mysteries en cuisine avec le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant Grignote. Même si Lady Georginia mange beaucoup de haricots blancs à la sauce tomate, j’ai noté quelques passages gourmands comme le thé de la Reine, un thé de Chine avec des rondelles de citron et accompagné de nombreux plats: « Un à un, les plats furent disposés sur la table. De minuscules sandwichs coupés en triangle d’où pointaient des brins de cresson, des présentoirs à gâteaux constellés d’éclairs miniatures et de tartes aux fraises tout aussi menues ». (tome 1, p.36/37) et aussi un déjeuner entre Lady Georginia et Belinda au Savoy, un restaurant huppé: « Belinda commanda toutes sortes de plats délicieux – une salade d’endives au saumon fumé et des côtes d’agneau grillées accompagnées d’un bordeaux moelleux à souhait, le tout suivi d’un succulent pudding au pain beurré » (tome 2, p.36). Gare aux thés empoisonnés quand même!

Pour d’autres avis sur le tome 1: Katell , Belette, FondantGrignote et sur le tome 2: Katell, FondantGrignote, Pativore.

Participation #5 Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #Cosy Mystery

Participation #5 Challenge A year in England pour les 10 ans du Mois Anglais de Lou, Titine et Cryssilda #Cosy mystery

challenge 2021 lire au féminin

Participation #8 au Challenge Lire au féminin de Tiphanya #Auteure britannique

Challenge Petit Bac d’Enna #5 et #6 Catégorie Adjectif: « Royale » et  « Bavarois »

Participation #27 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine de Bidib et Fondant #Cuisine anglaise

Billet de suivi: le British Mysteries Month 2021

Comme l’année dernière, je participe au British Mysteries Month organisé par Hilde et Lou, un mois de mars 2021 entièrement dédié aux British Mysteries. Nos deux coorganisatrices ont prévu un programme facultatif que je vais essayer de suivre le plus possible. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur leurs blogs.

Ce billet sera actualisé au fil du mois tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

  • 1er mars 2021: présentation de ma PAL ou plus exactement une première partie puisque j’attends de pouvoir emprunter d’autres livres à la médiathèque
  • 2 mars: un roman court ou une nouvelle
  • Album jeunesse: Le voleur d’histoires de Graham Carter (éd. Kimane, 2021), un album jeunesse à partir de 3 ans avec une allusion à Sherlock Holmes
  • 3 mars/BD ou manga: Mary Jane de Frank Le Gall et Damien Cuvillier (éd. Futuropolis, 2020), une BD pour des lecteurs adultes et relatant la vie brisée de la dernière victime de Jack l’Éventreur
  • 5 mars: cosy mystery au choix
  • 6 mars: lieu mystérieux ou hanté (en roman, photos, BD, film, ghost tour…)

Une première semaine du British Mysteries Month se termine avec la découverte des deux premiers tomes d’une nouvelle série cosy mystérie, celle de Son espionne royale de Rhys Bowen – une lecture que j’ai bien appréciée en compagnie de Lady Georginia, apprentie espionne mondaine pour le compte de la Reine dans le Londres des années 30.

Ce 8 mars 2021 débute la deuxième semaine du British Mysteries Month et je poursuis mes lectures sur ce thème même si je n’ai pas encore eu le temps de les chroniquer comme les deux premiers tomes de la DB jeunesse à partir de 13 ans, Les Quatre de Baker Street de Jean-Blaise Djian, David Etien et Olivier Legrand (éd. Glénat), d’après l’œuvre d’Arthur Conan Doyle. En 1890, Billy, Charlie et Black Tom sont trois enfants des rues vivant dans l’East End londonien et qui font partie des irréguliers de Baker Street engagés par Sherlock Holmes. En l’absence de ce dernier, le trio est amené à enquêter, dans le premier tome, sur l’enlèvement de la fiancée de Black Tom. Ils seront ainsi aidés par un quatrième acolyte. Puis dans le deuxième tome, leur enquête les conduira à se mêler à des révolutionnaires russes exilés à Londres. Les quatre de Baker Street sont attachants et se révèlent très futés pour leur jeune âge. Les illustrations retranscrivent l’ambiance victorienne des bas-quartiers qui est sombre voire même sordide, entre pauvreté, prostitution et violences.

Au détour d’une histoire du soir, j’ai l’agréable surprise de découvrir des passages « british mysteries » avec le vol de la couronne ou un fantôme hantant un château. Il s’agit d’un album jeunesse à partir de 3 ans, Le livre de Charlie de Julia Donaldson et Axel Scheffler (éd. Autrement Jeunesse, 2006).

Cette deuxième semaine devait finir sur un marathon de lectures qui finalement est reporté à la semaine prochaine, du 19 au 21 mars. Je ne sais pas encore ce qu’il me restera dans ma PAL actuelle et referai sans doute un passage à la médiathèque puisque ce 11 mars 2021, j’ai pu récupérer une réservation à la médiathèque, le tome 2 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018), l’histoire se déroulant à Noël.

  • 8 mars: meurtre à la campagne (roman, série, film): le tome 2 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, 2018)
  • 10 mars: lecture jeunesse (policiers, ghost story ou mystery novel au choix)
  • 11 mars: autour de Sherlock Holmes
  • 13 mars : autour d’Agatha Christie

Je passe le week-end en bonne compagnie avec Samson et Delilah en lisant les tomes 2 et 3 Détectives du Yorkshire confrontés à plusieurs enquêtes et mystères au sein de la petite communauté de Bruntcliffe: kidnapping d’un bélier reproducteur chez un fermier, série d’incidents troublants à la maison de retraite où vit le père de Samson dans le deuxième tome et une enquête de plus en plus mystérieuse autour d’un avis de décès d’une jeune fille décédée vingt ans plus tôt dans le troisième tome. Le duo Samson/Delilah fonctionne toujours aussi bien que dans le premier tome, leurs relations s’apaisant plus ou moins, selon les jours, Calimero, le chien de Delilah y contribuant. Un très bon moment de lecture!

Ce 15 mars 2021 débute la troisième semaine du British Mysteries Month et ma prochaine lecture me replongera dans l’époque victorienne avec L’étrangleur de Cater Street d’Anne Perry (éd. France Loisirs, 1998), le premier tome de la série « Charlotte Ellison et Thomas Pitt ».

Comme l’année dernière, Hilde et Lou ont prévu un read-a-thon du 19 au 21 mars 2021 auquel je participe avec grand plaisir. Mais comme à mon habitude avec les marathons de lecture, je ne lis jamais ce que j’avais pensé lire puisqu’après un passage à la médiathèque, j’ai lu le tome 3 de Son espionne royale.

Après un très bon week-end cosy et convivial, j’entame une nouvelle semaine du British Mysteries Month en finissant ma lecture d’hier, Cottage, fantômes et guet-apens d’Ann Granger. Puis en soirée, je commence Le meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie (éd. du Masque, 1927, rééd. 2011) pour la Journée « Un classique » du 24 mars.

  • 22 mars : cosy mystery au choix
  • 24 mars : un classique (polar, mystery novel, fantastique)
  • 26 mars : LC « Les 1000 vies d’Agatha Christie »
  • 27 mars : un polar historique écrit à notre époque    
  • 28 mars: un polar gourmand (libre interprétation)
  • 30 mars : lecture en VO

En ces derniers jours du Challenge British Mysteries, je lis le premier tome des Sœurs Mitford enquêtent, L’assassin du train de Jessica Fellowes (éd. du Masque, coll. Le livre de Poche, 2019), un roman policier qui se passe dans les années 20 en Angleterre.

Petit bilan de cette édition du British Mysteries Month: j’ai bien apprécié mes lectures de ce mois de mars même si je n’ai pas eu le temps de tout chroniquer ni de lire tout ce que j’avais prévu. Heureusement, le challenge British Mysteries est annuel et je continuerai mes lectures les mois prochains. A l’année prochaine pour un nouveau British Mysteries Month!

Challenge British Mysteries de Hilde et Lou #British Mysteries Month 2021

« Older posts Newer posts »

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑