Étiquette : point lecture hebdo (Page 1 of 4)

Point lecture hebdomadaire #22

En ce (presque) début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière, celle en cours étant une relecture, Les vœux secrets des sœurs McBride de Sarah Morgan.

Nos lectures du 27 décembre 2021 au 2 janvier 2022:

Des lectures jeunesse:

Cette semaine, nous avons surtout relu des albums jeunesse reçus à Noël et aussi ceux sur le thème de la galette des rois et que nous avions déjà lus les années précédentes.

  • (Album jeunesse) Mon amie la sirène de Nathalie Minne

Nous lisons Mon amie la sirène de Nathalie Minne  (éd. Casterman, 2016), un album jeunesse grand format à partir de 3 ans et très joliment illustré. En se promenant sur la plage un matin, Malo découvre une petite fille blessée derrière un rocher. Il y est question d’amitié, de tolérance et d’entraide entre un petit garçon et une sirène qui font fi des préjugés des adultes pour découvrir le monde de l’autre sans en avoir peur! Un très bon moment de lecture!

  • (Album jeunesse) Le tout petit roi de Taro Miura

Nous lisons et relisons Le tout petit roi de Taro Miura (éd. Milan Jeunesse, 2011), un album jeunesse à partir de 3 ans et qui est Un tout petit roi se sent bien seul dans son château jusqu’à ce qu’il se marie avec une très grande princesse, le couple ayant alors 10 enfants pour leur plus grand bonheur. Une histoire parfaite en cette période de galette des rois, qui fait la part belle à la vie de famille et qui a beaucoup plu à mon mini lutin! Graphiquement, les illustrations sont épurées et colorées, utilisant plusieurs styles (photos, collages, dessins…) et les personnages font penser à ceux d’un jeu de cartes, l’auteur faisant apparaître des lettres comme K pour King, C pour Castle… Il est d’ailleurs souvent souvent exploité en maternelle (formes, quantité, proportions (petit/grand), alimentation…).

  • (Album jeunesse) L’écureuil et la lune de Sebastian Meschenmoser

Nous lisons également L’écureuil et la lune de Sebastian Meschenmoser (éd. Minedition, 2008), un album jeunesse à partir de 3/4 ans. Un matin, un écureuil découvre la lune devant chez lui. Ayant peur d’être accusé de l’avoir volée, il va essayer de s’en débarrasser, croisant sur sa route un hérisson, un bouc et des souris. Un bon moment de lecture avec cette histoire rigolote et gourmande avec une tomme de fromage prise pour la lune!

Des lectures adulte:

Cette semaine, j’ai continué à lire des romances de Noël en e-books sur ma lancée de la semaine dernière, ce qui est tout nouveau pour moi préférant, et de loin, lire les ouvrages en papier. Ce sont encore une fois des lectures légères et faciles à lire comme des téléfilms de Noël, avec certes tout leur lot de clichés et de niaiseries noëlesques mais qui font du bien au moral.

  • (Romance de Noël) Un Noël sans fin de Christina Lauren

Je lis Un Noël sans fin de Christina Lauren (éd. Hugo et compagnie, 2021, 303 pages), une romance de Noël écrite par le duo Christina Hobbs et Lauren Billing. Comme chaque année à Noël, Mayline se retrouve dans un chalet de l’Utah avec ses parents divorcés, son jeune frère Miles et des amis d’université de ses parents:  Ricky, Lisa et leurs deux fils, Théo et Andrew, Aaron et Kyle et leurs jeunes jumeaux ainsi que Benny.  Après une fin de réveillon calamiteuse (elle a embrassé Théo alors qu’elle aime depuis des années Andrew et le chalet va être vendu), Mayline est victime d’un accident de la circulation le 26 décembre sur le trajet de retour et se réveille le 20 décembre dans l’avion l’amenant au chalet. Mayline Jone vit alors en boucles son dernier Noël. Choisira-t-elle le bon frère pour finir heureuse?

Il est vrai qu’en ouvrant ce livre, j’avais en tête le film culte Un jour sans fin et son célèbre jour de la marmotte alors forcément cela a joué sur mon ressenti de lecture qui est bien en-deça du film malgré une lecture plaisante. Je m’attendais également à voir l’héroïne plus âgée puisqu’il était indiqué dans le résumé qu’elle était en pleine crise de la quarantaine alors qu’en réalité elle n’a que 26 ans et se cherche autant professionnellement que sentimentalement. Derrière la romance, il est question d’apprentissage de la vie pour Mayline qui à chaque boucle temporelle apprend à avoir confiance en elle et en ses choix. 

  • (Romance de Noël) Amour et boule de neige de Jupiter Phaeton

J’enchaîne avec Amour et boule de neige de Jupiter Phaeton (éd. Jupiter Phaeton, 2021, 462 pages). Après le décès de sa mère suite à une longue maladie et une rupture sentimentale avec son amour de jeunesse, Haley, âgée de 24 ans, part avec son jeune frère surdoué de 17 ans à Seattle. Elle travaille dans un salon de thé et tombe vite sous le charme d’un client, Jamie du même âge qu’elle qui apprécie d’y venir incognito, étant un riche et célèbre patron qui depuis quelques temps ne sait plus où il en est tant professionnellement que sentimentalement, son ego ayant pris le pas sur toute décision qu’il peut prendre. Quand les locaux de son entreprise prennent feu, Jamie se rapproche d’Haley.

Cette romance qui se lit très facilement est digne d’un petit téléfilm de Noël, beaucoup d’éléments de l’intrigue étant peu crédibles comme le comportement de Jamie qui délaisse son entreprise pour se prouver qu’il peut plaire aux femmes. Je pense que j’aurai plus accroché au duo s’ils avaient été plus âgés, dans la fin de la trentaine plutôt que dans la petite vingtaine compte-tenu de leurs situations respectives. Une romance comparable à un téléfilm de Noël!

  • (Romance de Noël) Putain de Noël de Lisa Sausy

Et voici que je termine, je pense pour cette année, ma dernière romance de Noël avec Putain de Noël de Lisa Sausy (éd. Cherry Publishing, 2021, 284 pages) avec un vrai/faux couple, Sidney devant trouver quelqu’un pour se faire passer pour son petit ami Albert qu’elle a inventé pour faire plaisir à sa mère lors du réveillon de Noël familial. En effet, issue d’une riche famille luxembourgeoise, Sidney s’est inventée une vie aisée à Monaco alors qu’elle vie en tant que bibliothécaire à Nice, passant tout son temps libre avec son chat, ses livres et les jeux vidéos. Sa collègue de travail lui présente son beau-frère, Jason qui vit chez elle depuis quelques mois.

J’ai bien apprécié le duo Sidney/Jason qui vont aller plus loin que les apparences pour s’apprécier. Un bon moment de lecture malgré de nombreux clichés « Cendrillon » qui m’ont fait penser au film Elle est trop bien de Robert Iscove sorti en 1999 (comme s’il suffisait de relooker une femme pour la rendre belle et irrésistible)!

  • (Romance de Noël) Sur ma liste de Rosie Blake

Finalement Putain de Noël n’était pas la dernière romance lue cette année car après avoir lu le post IG de Lou, j’ai eu envie à mon tour de lire Sur ma liste de Rosie Blake (éd. J’ai lu, 2018, 320 pages). La fin d’année approche à Yulethorpe, un petit village anglais dans le Suffolk où les commerces ferment les uns après les autres. Un soir, ne supportant plus que son magasin de jouets soit toujours vide, Louisa Alden décide de partir voyager en Espagne et de confier son appartement et son magasin à une touriste danoise de passage dans la village, Clara Kristensen. Mais tous ces changements inquiètent le fils de Louisa, Joe pourtant habitué aux frasques de sa mère. Ce dernier ne vit que pour son travail à Londres et pourtant il revient à Yulethorpe. Tombera-t-il aussi sous le charme de la douce et tranquille tornade Clara?

Une fois passé les premiers chapitres assez ubuesques avec le départ précipité de Louisa Alden et l’installation de Clara, j’ai apprécié côtoyer les habitants de ce charmant petit village anglais et la touche hygge pleine de gentillesse et de fantaisie de Clara pour faire revivre le magasin de jouets.  Derrière la romance, il est question également de choix de vie et de ne pas tout sacrifier pour son travail. Un bon moment de lecture même si j’ai été moins emballée que Lou!

  • (Romance de Noël) Comment j’ai boycotté Noël (et survécu à l’Alaska) de Julia Nole

Je ne sais pas pourquoi mais la destination Alaska semble un incontournable cette année dans les romances de Noël – les conditions météorologiques semblant toutes indiquées pour des rapprochements sentimentaux. J’ai donc lu Comment j’ai boycotté Noël (et survécu à l’Alaska) de Julia Nole (éd. Harlequin, 2019, 249 pages), une romance « ennemies to lovers ».

Courtney Sorenson âgée de 31 ans vient de rompre avec son patron, Derek Richardson et ne sent pas d’affronter en célibataire sa famille pour le réveillon de Noël. Elle décide d’accepter un remplacement dans une agence de l’entreprise en Alaska, à Healy. Mais sur place, elle se rend vite compte qu’elle ne s’était pas préparé à vivre en pleine tempête de neige et dans des conditions bien éloignées de sa petite vie à Portland. Et ce n’est pas sa rencontre avec Bradley qui va la rassurer.

J’ai bien apprécié le duo formé par Courtney (la gaffeuse rigolote) et Brad (le bricoleur solitaire et avenant) ainsi que la petite communauté de Healy faite d’entraide et d’amitié, en particulier les « filles » du club de lectures. Un très bon moment de lecture!

  • (Romance de Noël) Love me doux, Un Noël givré en Provence de Nelson & Quinn

Je finis cette longue série de romances de Noël avec Love me doux, Un Noël givré en Provence de Nelson & Quinn (éd. Bookelis, 2021, 302 pages), une romance de Noël se passant à Maillane, dans les Bouches-du-Rhône. Cela fait six mois que son père est décédé mais jusqu’à ce que le Notaire en charge de la succession lui impose un rendez-vous le 22 décembre et que son petit ami l’oblige à venir passer le réveillon de Noël chez ses parents, Angela avait retardé le moment de revenir sur le domaine des vignobles de son défunt père et quitter son travail de photographe de mode à Londres. En effet, après une énième dispute avec son père lorsqu’elle avait 15 ans, elle avait cessé tout contact avec lui et ses amis d’enfance, Matias, Laure et Benjamin. A peine arrivée à Maillane, Angela se retrouve coincée avec Matias en raison d’une tempête de neige. Et si ce retour sur les terres paternelles 15 ans plus tard lui permettait de renouer avec son amour de jeunesse, Matias?

L’histoire alterne entre les points de vue d’Angela et Matias. Derrière la douce romance, il est question du poids du passé sur les choix de vie présents. Un bon moment de lecture avec cette romance de Noël tendre et rigolote mais aussi gourmande, Matias étant passionné de Noël et de la tradition des 13 desserts provençaux! D’ailleurs, à la fin du roman, il y a de nombreuses recettes de ces desserts avec des photos plus alléchantes les unes que les autres.

Participation Challenge Il était 9 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Romances de Noël

Participation# Challenge Christmas Time 2021 de MyaRosa #Romances de Noël

 

Point lecture hebdomadaire #19

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière et celles en cours et sans doute à venir, avec un passage à la médiathèque et un à la librairie.

Nos lectures du 6 au 12 décembre 2021:

Des lectures jeunesse:

Il y a surtout eu des relectures d’albums jeunesse avec quelques nouveautés découvertes dans notre calendrier de Noël.

  • (Album jeunesse) Dis Ours, tu m’aimes? de Jory John et Benji Davies

Découvert à l’ouverture de la case 7 de notre calendrier de Noël, nous lisons Dis Ours, tu m’aimes? de Jory John et Benji Davies (éd. Little Urban, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. L’histoire est construite comme les trois autres de ce duo Canard/Ours (que nous relisons d’ailleurs à cette occasion) et avec la fameuse réplique « tu l’as déjà dit ». Encore une histoire rigolote dans laquelle Canard ne laisse pas un moment de repos à son voisin Ours!

  • (Album jeunesse) Rêve de neige de Sibylle Delacroix

Découvert à l’ouverture de la case 8 de notre calendrier de Noël, nous lisons et relisons depuis Rêve de neige de Sibylle Delacroix (éd. Bayard Jeunesse, 2021), un album à partir de 3 ans et dans lequel nous retrouvons avec plaisir les deux enfants de Graines de sable. La veille de Noël, Lucie et son petit frère Ulysse vont se coucher regrettant l’absence de neige. Beaucoup de magie de Noël (sans Père Noël) et d’imagination enfantine dans cette histoire magnifiquement illustrée (que d’expressivité chez les deux enfants)! Coup de cœur pour cet album jeunesse comme tous ceux que nous avons lu de cette autrice!

  • (Album jeunesse) Qui a volé le bonnet du Père Noël? d’Emmanuelle Rey et Fabien Öckto-Lambert

Découvert à l’ouverture de la case 9 de notre calendrier de Noël, nous lisons et relisons depuis Qui a volé le bonnet du Père Noël? d’Emmanuelle Rey et Fabien Öckto-Lambert (éd. Fleurus, 2021), un album jeunesse grand format cartonné et à flaps à partir de 3 ans sur le même principe qu’un autre album jeunesse illustré par Fabien Öckto-Lambert et que nous adorons, Noël dans le grand arbre. Encore un très bon moment de lecture à soulever les flaps et observer les magnifiques illustrations, même si l’histoire de la disparition du bonnet du Père Noël est classique!

  • (Album jeunesse) Paddington reste à la maison de Michael Bond et R. W. Alley

Pendant le RAT de Noël, nous lisons Paddington reste à la maison de Michael Bond et R. W. Alley (éd. Hachette Jeunesse, 1999), un album jeunesse à partir de 3 ans. Resté seul à la maison, l’ours Paddington fait, à sa façon, un grand nettoyage de printemps tout en préparant un gâteau au chocolat. Il enchaîne les maladresses voire même les bêtises, s’épuisant à chaque fois pour tout ranger et recommencer à nettoyer. Une histoire vintage rigolote avec l’attachant ourson et bien sûr gourmande!

  • (Roman jeunesse) Starfell, Violette Dupin et le jour perdu de Dominique Valente (T1)

Emprunté au départ pour le Challenge Halloween avec le tome 2, je ne lis que cette semaine le tome 1 de Starfell, Violette Dupin et le jour perdu de Dominique Valente (éd. Casterman Jeunesse, 2020, 287 pages), un roman jeunesse fantasy pour les 9/12 ans et que j’avais repéré chez Chicky Poo.

Violette Dupin est la cadette d’une famille de sorcières qui se désole de ne pas avoir eu un don magique aussi puissant que ses sœurs aînées ou que sa mère. Elle a, en effet, le pouvoir assez banal de retrouver les choses perdues et fait l’objet de moqueries. Mais un jour, Moreg Vaine, la sorcière la plus puissante du royaume de Starfell lui demande son aide car une journée entière a disparu de la mémoire de tous les habitants, que ce soit chez les sorciers, les dragons ou les trolls. Un très bon moment de lecture avec ce premier tome mêlant quête initiatique, amitié et aventures fantastiques pour éviter la fin du monde!

  • (Roman jeunesse) Un garçon nommé Noël de Matt Haig et Chris Mould

Pendant le RAT de Noël, je lis Un garçon nommé Noël de Matt Haig et illustré par Chris Mould (éd. Actes Sud, coll. Hélium, 2016, 254 pages), un roman jeunesse pour les 9/12 ans. Orphelin de mère et âgé de 11 ans, Nicolas vit pauvrement avec Joël son père bûcheron dans la forêt finlandaise. Mais un jour, un chasseur propose, au nom du Roi, un travail à Joël pour rapporter la preuve de l’existence des lutins et de leur royaume, Lutinbourg. Joël accepte en laissant Nicolas avec sa méchante tante Carlotta. Mais ne supportant plus l’absence de son père, le jeune garçon s’enfuit. Parviendra-t-il à retrouver son père?

Cette histoire de quête initiatique est drôle et magique, malgré certains passages plus tristes, en compagnie d’un jeune garçon qui a été drimwické par des lutins. Je retrouve tous les ingrédients et qualités qui feront de lui le Père Noël: le bonnet à pompon qu’il tient de son père comme son surnom Noël, sa bonté, sa générosité, des lutins distillant la magie et leurs rennes… Sans oublier une souris rêvant de fromage et une fée de Vérité qui adore faire exploser des têtes. Un bon moment de lecture aux origines du Père Noël et avec des passages gourmands à Lutinbourg!

  • (Documentaire jeunesse) L’univers, Collectif (éd. Larousse, coll. Ma première encyclopédie, 1993, rééd. 2000)

Nous lisons L’univers de Jean-Pierre Verdet (éd. Larousse, coll. Ma première encyclopédie, 1993, rééd. 2000), un documentaire jeunesse écrit par un Astronome à l’Observatoire de Paris permettant de découvrir notre système solaire, les planètes, le Soleil, la Lune, la conquête spatiale… même si certaines données sont à mettre à jour, au vu des découvertes de ces dernières années, comme pour Pluton qui est désormais considérée comme une planète naine et non plus la neuvième planète de notre système solaire. De même, il n’y a plus de station MIR. Un documentaire intéressant qui répond donc à certaines questions tout en soulevant d’autres!

Des lectures adulte:

  • (Roman) Princess Bride de William Goldman

En voyant ce roman sur le rayon des nouveautés de ma médiathèque, j’ai eu envie de le lire après avoir vu il y a très longtemps le film éponyme de Rob Reiner sorti en 1987 avec dans les rôles principaux Robin Wright en Bouton d’Or et Cary Elwes en Westley, d’après le scénario de William Goldman qu’il a lui-même adapté de son roman paru pour la première fois en 1973: Princess Bride (éd. Bargelonne, 2004, rééd. 2021, 381 pages).

En commençant à lire, je suis surprise des nombreuses digressions et notes de l’auteur, anecdotes plus ou moins autobiographiques (plûtot fictives) entourant l’écriture de cette histoire d’aventures rocambolesques et de romance farfelue entre la princesse Bouton d’Or et son fidèle valet de ferme Westley. Je retrouve d’ailleurs le côté complètement loufoque du film avec ce roman sous-titré Le Grand Classique du Conte de Grand Amour et de Grande Aventure de S. Morgenstern et qui se veut être une version abrégée avec les meilleurs moments. Cela me donne envie de revoir le film!

  • (Cosy Mystery) Les Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec la menace de Julia Chapman (T7)

Je lis en quelques heures, pendant le RAT de Noël, le tome 7 des Détectives du Yorkshire, Rendez-vous avec la menace de Julia Chapman (éd. Robert Laffont, coll. La Bête Noire, 2021, 354 pages). L’histoire reprend au moment où le tome 6 s’arrêtait, au mois de mai et alors que la vie de Samson est une nouvelle fois, et peut-être la dernière fois, menacée. Mais Delilah va tout faire, avec l’aide des villageois de Bruncliffe en qui elle a confiance, pour empêcher un tueur à gages de parvenir à ses fins. Un très bon moment de lecture addictif avec ce tome qui se déroule sur une journée bien mouvementée, chaque minute étant comptée (un 24h chrono en mode « campagne anglaise »)! Vivement le tome 8!

Ma lecture en cours:

(Roman jeunesse) Winterhouse Hôtel de Ben Guterson et Chloé Bristol (T1)

Pendant le RAT de Noël, j’ai commencé à lire le tome 1 de Winterhouse Hôtel de Ben Guterson et Chloé Bristol (éd. Albin Michel Jeunesse, coll. Wiz, 2018, 431 pages), un romance jeunesse à partir de 9 ans jusqu’au chapitre 6 (56 pages lues) avec le départ pendant les vacances de Noël d’Elizabeth, une jeune fille orpheline de 11 ans, pour l’hôtel Winterhouse.

Mes prochaines lectures envisagées:

  • (Roman jeunesse) le tome 2 de Starfell, Violette Dupin et le souvenir oublié de Dominique Valente ( éd. Casterman Jeunesse, 2021, 286 pages)
  • (Romance de Noël) Joyeux Noël et laisse-moi tranquille! d’Ève Borelli (éd. Harper Collins Poche, n°194, 2020, 236 pages)

Point lecture hebdomadaire #15

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (surtout des relectures de Noël comme par exemple Noël dans le grand arbre de Sylvie Misslin et Fabien Öckto Lambert et Noël de sapin de Michel Gay) et celles en cours et sans doute à venir, avec un passage à la médiathèque. Je n’ai pas beaucoup lu cette semaine, ayant passé presque toutes mes soirées à regarder la première saison (parties 1 et 2) des Nouvelles Aventures de Sabrina et même le début de la seconde saison (les premiers épisodes de la partie 3).

Nos lectures du 8 au 14 novembre 2021:

Des albums jeunesse:

  • (Albums jeunesse) Monsieur Walter de Clément Lefèvre

Nous lisons Monsieur Walter de Clément Lefèvre (éd. Chocolat! Jeunesse, 2015), un album jeunesse grand format à partir de 4 ans. Après une inondation, Monsieur Walter, un renard se retrouve bien seul sur le toit de sa maison submergée. Les jours passent jusqu’à ce qu’il croise un poule et d’autres animaux piégés comme lui sur des épaves de logement. Et si cela lui permettait de rompre sa solitude? Une bien jolie histoire avec de magnifiques illustrations, un texte court et poétique pour redonner le sourire, avec à la clé de l’amitié et de l’amour!

  • (Albums jeunesse) Joyeux anniversaire Pélagie! de Valérie Thomas et Korky Paul

Mon mini sorcier étudiant à l’école Pélagie la sorcière de Valérie Thomas et Korky Paul que nous avions déjà lu l’année dernière, il a voulu lire d’autres histoires avec la sorcière Pélagie et son chat Rodolphe. J’ai donc emprunté à la médiathèque La baguette magique de Pélagie (éd. Milan Jeunesse, 2002) et Joyeux anniversaire Pélagie! (éd. Milan Jeunesse, 2008), des albums jeunesse à partir de 3 ans.

Dans cette histoire, Pélagie est ravie de fêter son anniversaire qui aura lieu un vendredi 13. Elle a prévu une semaine pour préparer une fête-surprise. Le jour de la fête, de nombreux invités viennent et lui offrent des cadeaux. La fête se déroulera-t-elle sans problème? Encore une chouette histoire de Pélagie qui trouve toujours des solutions pour tout arranger! Sans oublier une note gourmande avec l’immense gâteau d’anniversaire (les pages du livre se dépliant alors).

  • (Albums jeunesse) Papa Bisous fête Noël de Karine-Marie Amiot et Gérald Guerlais

Nous entamons également nos lectures de Noël avec Papa Bisous fête Noël de Karine-Marie Amiot et Gérald Guerlais (éd. Hachette Livre, Deux Coqs d’Or, 2018), un album jeunesse à partir de 3 ans. Nous retrouvons avec plaisir Papa Bisous et ses 7 enfants en pleins préparatifs de Noël. Mais quel peut bien être le cadeau préféré de Papa Bisous? Les illustrations colorées décrivent tout l’amour d’un père pour ses enfants. Une histoire joyeuse et toute mignonne pour Noël!

  • (Albums jeunesse) Le lapin de velours de Margery Williams et Sarah Massini

Nous lisons également Le lapin de velours de Margery Williams et Sarah Massini (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 2017, 61 pages), un album jeunesse à partir de 4/5 ans mais plus proche d’un roman illustré puisqu’il comprend le texte intégral de Margery Williams paru pour la première fois en 1922 et qui est devenu un classique de la littérature jeunesse anglaise. Il s’agit de l’histoire touchante d’un doudou lapin qui sera tellement aimé de son petit garçon qu’il deviendra vivant. Les magnifiques illustrations de Sarah Massini apportent une touche de douceur qui atténue par moments le texte plus sombre et nostalgique de Margery Williams. Il y est en effet question de la vie d’un doudou, de son attachement réciproque à un enfant qui un jour tombe malade et de sa rencontre avec la fée des doudous. Un très bon moment de lecture! J’en reparlerai plus longuement lors des challenges de Noël.

Des romans:

  • (Roman jeunesse) Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, En route pour Londres! de Maryrose Wood (T2)

J’ai fini le tome 2 des Incorrigibles enfants de la famille Ashton, En route pour Londres! de Maryrose Wood (éd. Flammarion Jeunesse, 2015, 360 pages), un roman jeunesse à partir de 9/10 ans qui se déroule au XIXème siècle, à l’époque victorienne. Malgré le désastre du bal de Noël organisé par Lady Constance, Penelope Lumley continue d’être la gouvernante des trois enfants-loups. Leur séjour londonien n’est pas de tout repos, entre dangers et mystères même s’il semble qu’un peu de leur passé pourrait être dévoilé.

Après l’agréable surprise du premier tome dans son style narratif et dans le personnage attachant de Penelope, j’ai trouvé l’intrigue de ce tome moins intéressante voire même redondante, la jeune gouvernante faisant preuve de bien peu de perspicacité par rapport au premier tome et l’éducation des trois enfants passant au second plan, remplacée par une visite rocambolesque de Londres. Le premier tome avait déjà laissé apercevoir la solution de certains mystères qui en restent au même point ici, en particulier concernant Lord Fredrick. Ce sera pour moi la fin des aventures des Incorrigibles enfants, le tome 3, L’invité inaperçu (éd. Ada, 2014) n’étant pas à ma médiathèque.

  • (Roman) Carmilla de Sheridan Le Fanu et Isabella Mazzanti

Pour le challenge Halloween, j’ai également lu Carmilla de Sheridan Le Fanu et Isabella Mazzanti (éd. Soleil, coll. Métamorphose, 2014, 191 pages), roman court qui est paru pour la première fois en 1872 et qui a été classé dans ma médiathèque dans la section « Adolescents » des romans illustrés. Plusieurs années après les faits, Laura, une jeune femme nous raconte ce qu’il lui est arrivé alors qu’elle avait 19 ans et qu’elle vivait avec son père, un Anglais retraité de l’armée autrichienne, au château de Styrie et de sa troublante et sensuelle rencontre avec Carmilla, une jeune femme de son âge, après un accident de calèche. Sortira-t-elle indemne de cette attirance funeste?

Il y est question de vampirisme et d’homosexualité féminine. Jeune femme naïve et solitaire, la narratrice découvre petit à petit la surprenante et terrifiante nature de son amie. Les illustrations d’Isabella Mazzanti dans les tonalités de noir, blanc et rouge accompagnent à merveille le texte gothique et vampirique. Un bon moment de lecture avec ce roman court fantastique qui a inspiré à Bram Stocker Dracula!

Des documentaires jeunesse:

  • (Documentaires jeunesse) Les premiers hommes (Collectif)

Nous lisons Les premiers hommes (éd. Gallimard Jeunesse, coll. Les yeux de la découverte n°12, Série Histoire et civilisations, 2009, 72 pages), un documentaire jeunesse à partir de 9 ans et qui décrit l’histoire et l’évolution des premiers êtres humains comme par exemple leur mode de vie, leur alimentation, la création des premiers outils pour se nourrir ou pour la guerre ou la production des premières œuvres artistiques… L’ouvrage est rempli de photographies issues de collections londoniennes du National Maritime Museum et du British Museum.

  • (Documentaires jeunesse) Fossiles et roches de Chris Pellant et Dominique Rist

Nous lisons aussi Fossiles et roches de Chris Pellant et Dominique Rist (éd. Nathan, coll. Questions réponses, 2011, 32 pages), un documentaire jeunesse pour les 6/8 ans qui expliquent par exemple les différents types de roches et de minéraux présents sur la Terre, ce qu’est un fossile, le métier de paléontologue… Ce documentaire est plus accessible dans sa compréhension que le précédent.

Une BD jeunesse:

(BD jeunesse) Sorcières sorcières, Le mystère des mangeurs d’histoires de Joris Chamblain et Lucile Thibaudier (T2)

Après avoir lu le tome 1 l’année dernière, j’ai lu cette semaine le tome 2 de Sorcières sorcières, Le mystère des mangeurs d’histoires de Joris Chamblain et Lucile Thibaudier (éd. Kennes, 2015), une BD jeunesse à partir de 6 ans. Harmonie enquête cette fois sur une étrange maladie qui contamine les enfants du village de Pamprelune en les privant de leur magie. Les illustrations sont toujours aussi mignonnes et rigolotes, avec un univers magique qui met en scène des petits monstres qui ont une bouille trop mignonne. Encore un bon moment de lecture avec ce deuxième tome que j’ai plus apprécié que le premier même s’il est tout aussi convenu et qui plaira surtout à de jeunes lecteurs!

Ma lecture en cours:

(Roman fantasy) Les Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (T1)

Dimanche soir, j’ai repris la lecture du tome 1 des Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (éd. L’Atalante, 1996, rééd. 2014, 252 pages), un classique de fantasy paru pour la première fois en Grande-Bretagne en 1983 avec le voyage de Deuxfleurs, un riche touriste dans la cité mal famée d’Ankh-Morpork et son guide, Rincevent, un mage traîne-ruisseau rencontré dans une infâme auberge.

Nos prochaines lectures envisagées:

  • (Album jeunesse) Noël au printemps de Thierry Dedieu (éd. Seuil Jeunesse, 2019), un album jeunesse grand format à partir de 3 ans
  • (Romance) Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire de Joanna Bolouri (éd. Bragelonne, Hauteville, 2018, 475 pages), une romance de Noël

Point lecture hebdomadaire #14

En ce début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (avec surtout des romans) et celles en cours et sans doute à venir, avec deux passages à la médiathèque.

Nos lectures du 1er au 7 novembre 2021:

Des albums jeunesse:

  • (Album jeunesse) Jeu des différences d’Hervé Tullet

Nous lisons Jeu des différences d’Hervé Tullet (éd. Phaidon, 2011), un album jeunesse cartonné à partir de 3 ans dans lequel nous nous amusons à rechercher les différences à chaque double-page (formes, couleurs, personnages ou objets rigolos). Un très bon moment de lecture avec ce livre-jeu comme tous ceux que nous avons pu lire d’Hervé Tullet!

  • (Album jeunesse) Ah! Les bonnes soupes de Claude Boujon

Bien qu’Halloween soit passé, nous lisons Ah! Les bonnes soupes de Claude Boujon (éd. L’école des loisirs, 1994, rééd. 2017), un album jeunesse à partir de 3 ans. La sorcière Ratatouille décide de concocter une soupe magique la rendant aussi belle qu’un mannequin des magazines. A défaut de recette dans ses grimoires, elle crée ses propres soupes qu’elle fait goûter à ses familiers (chauve-souris, crapaud, hibou..). Mais les soupes auront-elles l’effet escompté? Une histoire rigolote avec des soupes peu ragoûtantes et aux effets surprenants! 

Des romans jeunesse:

  •  (Roman jeunesse) Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker

J’ai fini de lire Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker et illustré par Jon Klassen (éd. Gallimard Jeunesse, 2017, 318 pages), un roman jeunesse à partir de 10 ans et qui a reçu le Prix Sorcières 2018 dans la catégorie « Carrément passionnant mini ». Au vu de l’illustration de couverture, je pensais que l’histoire se déroulait en automne or elle se passe au printemps, lors d’un mois d’avril, une guerre étant sur le point d’éclater.

Orphelin de mère, Peter, un jeune garçon âgé de 12 ans abandonne en pleurs et à contrecœur dans un bois Pax, son renard apprivoisé pour aller vivre, très loin de chez lui, chez son grand-père paternel, son père s’étant enrôlé. Mais dès la première nuit, le jeune garçon s’enfuit pour retrouver son renard. Après une mauvaise blessure, il trouve refuge chez Vola, une ancienne militaire vivant dans une maison isolée, encore traumatisée d’avoir perdu une jambe au combat et qui se prend d’affection pour Peter en le soignant. De son côté, le renard attend le retour de son petit garçon si différent des autres hommes et fait connaissance de renards sauvages, Hérissée et son petit frère Avorton. Peter retrouvera-t-il à temps et en vie Pax avant le début de la bataille?

Accompagnée de jolies illustrations en noir et blanc, l’histoire alterne à chaque chapitre entre le point de vue du renard et celui du petit garçon, chacun faisant des rencontres déterminantes pour leur vie future et qui permet au jeune lecteur de s’interroger sur les conséquences de la guerre vue à travers les yeux du renard Pax tant sur les êtres humains (« malades de guerre ») et en particulier les enfants que sur la faune et la flore. Il y est aussi question d’aventures, d’amitié, de courage, de libre-arbitre et de quête d’identité. Un très bon moment de lecture avec ce roman d’apprentissage!

  • (Roman jeunesse) Elsie Ciboulette apprentie sorcière de Kaye Umansky et Ashley King

J’ai également lu Elsie Ciboulette apprentie sorcière de Kaye Umansky et Ashley King (éd. Flammarion Jeunesse, coll. Père Castor, 2019, 192 pages), un roman jeunesse pour les 8/10 ans.Dans le village de Petipont, Elsie Ciboulette accepte l’offre d’emploi de Magenta Vif, la sorcière rouge de la forêt pour être gardienne de sa tour pendant une semaine. Or la jeune fille s’était jurée de ne jamais pratiquer la magie. Mais que faire face à un corbeau ronchon, deux voisines inquiétantes, une jeune nymphe timide et amoureuse d’un bûcheron plus préoccupé par sa personne et qui attend avec impatience un philtre d’amour que devait lui préparer la sorcière avant son départ?

Accompagnée d’illustrations en noir et blanc, l’histoire plaira à de jeunes lecteurs avec cette histoire avec des rebondissements certes, pour un lecteur adulte, prévisibles mais avec de bons sentiments qui font la part belle à l’amitié et à l’entraide comme dans tout roman d’apprentissage, avec une sorcière plus fée marraine que méchante.

  • (Roman) Les Terriens de Sayaka Murata

Je lis Les Terriens de Sayaka Murata (éd. Denoël, 2021, 242 pages), un roman japonais bien plus sombre et noir que ne le laisse supposer le hérisson tout mignon de la couverture. Je retrouve dès les premières pages le style et les préoccupations sociétales que l’autrice avait déjà abordées dans Konbini (le poids de la famille et de la société japonaise, le conformisme social, le bonheur…).

Comme chaque été, pour le festival de l’O-Bon, Natsuki et Yû, deux cousins du même âge se retrouvent chez leurs grands-parents, dans la haute montagne d’Akishina. Les deux enfants, âgés d’environ 10/11 ans, sont inséparables et amoureux l’un de l’autre. Ils se réfugient tous deux dans un monde imaginaire. Natsuki a  pour seul ami sa peluche hérisson doté de pouvoirs magiques, Pyûto. Elle est une mahô shôjo (une magicienne pouvant jeter des sorts avec sa baguette magique pour sauver le monde comme Sailor Moon par exemple) pour affronter la maltraitance familiale (sa mère la rabaissant et la frappant) ou les viols subis par le professeur de ses cours privés. Yû est lui aussi spécial: il est un extraterrestre, comme le lui répète sans cesse sa mère, une femme divorcée et suicidaire, attendant le retour de son vaisseau spatial pour regagner sa planète, Pohapipinpobopia. Ils se font la promesse de survivre, quoi qu’il arrive.

Comment se construire et survivre pour les deux enfants face à de telles violences (physiques, sexuelles, psychologiques)? Natsuki et Yû tentent de ne pas finir Terrien dans la grande Fabrique à humains où chaque adulte devient un outil en travaillant et/ou en procréant. Mais le soir des funérailles du grand-père, les deux cousins sont séparés par leur famille. 

De cette première partie, j’ai trouvé touchant et révoltant ce que subit Natsuki, enfant victime qui ne trouve aucun adulte ni ami pour l’aider au point de songer au suicide. Il m’est revenue en tête un principe d’éducation bienveillante selon lequel il ne faut pas coller d’étiquette à un enfant, Natsuki se déclarant la poubelle de sa famille ou bien encore Yû que sa mère divorcée et suicidaire traite d’extraterrestre.

Puis nous sommes projetés 23 ans plus tard, avec le retour de Natsuki avec son mari Tomoomi dans la maison familiale d’Akishina et ses retrouvailles avec son cousin Yû, sans emploi. Natsuki a fait un mariage arrangé avec Tomoomi qui adhère à la théorie de la grande Fabrique (mariage sans sexe et sans enfants), ce que leurs parents respectifs découvrent. Akishina sera-t-il comme autrefois une bulle salvatrice ou réouvrira-t-il les blessures du passé? A partir de ce moment-là, le roman bascule petit à petit dans la folie et l’horreur jusqu’au dégoût (tentative d’inceste, meurtre, cannibalisme). Un roman étrange et dérangeant que j’ai failli ne pas finir!

  • (Roman jeunesse) Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, Une étrange rencontre de Maryrose Wood (T1)

Après Les Terriens, j’ai choisi une lecture jeunesse, plus légère et rigolote avec le tome 1 des Incorrigibles enfants de la famille Ashton, Une étrange rencontre de Maryrose Wood (éd. Flammarion Jeunesse, 2015, 310 pages). Fraîchement diplômée de l’Académie Swanburne pour les filles pauvres mais intelligentes, Penelope Lumley devient la gouvernante, à 15 ans, des Incorrigibles enfants – Alexandre approchant les 10 ans, Beowulf les 7 ans et Cassiopée d’à peine 4 ou 5 ans, des enfants élevés par des loups et trouvés, lors d’une partie de chasse de Lord Fredrick sur le Domaine Ashton. Grâce aux enseignements de Penelope, les trois enfants sauvages se révèlent extraordinairement brillants et bien élevés, en quelques semaines à peine. Mais cela sera-t-il suffisant pour le bal de Noël de Lady Constance?

Malgré son jeune âge, Penelope Lumley est pragmatique, optimiste et attachante, mettant en application toute la théorie apprise à l’Académie Swanburne et en faisant preuve de bon sens, ce qui semble manquer aux parents adoptifs des trois enfants, Lady Constance étant, à 20 ans, plus occupée par son apparence et l’organisation de son premier bal de Noël et Lord Fredrick par son almanach, son club londonien et à exhiber les trois enfants lors de ce bal. De nombreux mystères entourent le passé des trois enfants comme celui de la jeune gouvernante ou bien encore la nature de Lord Fredrick. Peut-être aurais-je des réponse dans le tome 2.

Le style d’écriture de Maryrose Wood est plaisant, avec le point de vue de la jeune gouvernante faisant penser à Mary Poppins et qui accompagne ses réflexions de citations d’Agatha Swanburne, la fondatrice de l’Académie ou bien encore la façon de parler des trois enfants. Un bon moment de lecture avec ce premier tome qui enchaîne les situations fantasques à l’époque victorienne tout en rappelant les us et coutumes de l’époque (la nursery, les domestiques…) et que j’aurai pu garder pour Noël!

Ma lecture en cours:

(Roman jeunesse) Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, En route pour Londres! de Maryrose Wood (T2)

Après avoir fini le tome 1, j’ai enchaîné avec le tome 2, Les incorrigibles enfants de la famille Ashton, En route pour Londres! de Maryrose Wood (éd. Flammarion Jeunesse, 2015, 360 pages) et m’arrête dimanche soir au chapitre 13 (240 pages lues). Après le désastre du bal de Noël, Lady Constance se désespère de voir finis les travaux de la vieille maison Ashton. Alors, quand Penelope demande l’autorisation d’emmener les trois enfants à Londres, voilà quasiment toute la maisonnée qui part pour un séjour à Londres, les époux Ashton ayant loué un manoir sur Muffinshire Lane.

Mais le séjour ne se passe pas vraiment comme l’optimiste gouvernante l’avait imaginé entre un étrange guide touristique offert par Charlotte Mortimer, les troublants propos d’une gitane diseuse de bonne aventure et la présence du juge Quinzy emmenant les enfants au zoo… Heureusement pour elle, il y a eu sa rencontre avec Simon Harley-Dickinson qui pourrait devenir un précieux allié pour Penelope. En apprendrons-nous un peu plus sur le passé des trois enfants mais aussi celui de Penelope? 

Nos lectures laissées pour le moment de côté:

  • (Roman) Les Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (T1)

Je n’ai pas repris non plus cette semaine la lecture du tome 1 des Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (éd. L’Atalante, 1996, rééd. 2014, 252 pages), un classique de fantasy paru pour la première fois en Grande-Bretagne en 1983 avec le voyage de Deuxfleurs, un riche touriste dans la cité mal famée d’Ankh-Morpork, non parce qu’elle ne me plaisait pas mais parce que je venais à la date limite d’emprunts d’autres livres. J’en suis donc toujours à la page 54.

  • (Roman jeunesse) Charlock, Attaque chez les Chats-Mouraïs de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (T4)

Avec les vacances, nous avons également mis de côté notre lecture du tome 4 de Charlock, Attaque chez les Chats-Mouraïs de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (éd. Flammarion Jeunesse, 2021, 77 pages), un roman jeunesse pour les 8/10 ans et qui est paru le 20 octobre 2021. Cette fois-ci, Charlock enquête en 2020 à Tokyo sur . Nous le reprendrons la semaine prochaine.

Point lecture hebdomadaire #12

En ce (presque) début de semaine, voici notre point lecture hebdomadaire avec un retour sur nos lectures de la semaine dernière (avec beaucoup de BD jeunesse) et celles en cours et sans doute à venir, avec deux passages à la médiathèque et un autre à la librairie pour le dernier tome de Charlock.

Nos lectures du 18 au 24 octobre 2021:

Des BD jeunesse:

  • (BD jeunesse) Petit Poilu, Mémé Bonbon de Pierre Bailly et Céline Fraipont (T4)

Nous lisons le tome 4 de Petit Poilu, Mémé Bonbon de Pierre Bailly et Céline Fraipont (éd. Dupuis, 2008, rééd. 2012), une BD jeunesse sans texte à partir de 3 ans. Attiré par des bonbons, Petit Poilu est fait prisonnier par Mémé Bonbon qui le fait travailler dans sa fabrique de bonbons. Parviendra-t-il à se libérer? Dans ce tome, il est question de l’attitude à avoir face à un adulte que l’on ne connaît pas: comment accorder à sa confiance et comment faire face à un adulte qui se révèle trop autoritaire. Encore une chouette aventure de Petit Poilu, un petit bonhomme curieux et débrouillard!

  • (BD jeunesse) Amelia Woods, Le manoir de Lady Heme de Carole Breteau et Morgane Lafille (T1)

Je lis le tome 1 du diptyque Amelia Woods, Le manoir de Lady Heme de Carole Breteau et Morgane Lafille (éd. Glénat, coll. Vents d’Ouest, 2021), une BD jeunesse fantastique dans laquelle en 1899, Amelia Woods venue étudier les oiseaux migrateurs à St-Mickael’s Bay est rattrapée par le passé mystérieux et magique de sa mère, récemment décédé. Un premier tome introductif pour les jeunes lecteurs (les révélations se faisant rapidement) et qui me donne envie de connaître la suite, ayant apprécié les illustrations!

  • (BD jeunesse) Chaque jour Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre

Je lis aussi Chaque jour Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre (éd. Delcourt Jeunesse, 2018), une BD jeunesse à partir de 9 ans avec un jeune Dracula victime de harcèlement scolaire, les traits du vampire me rappelant ceux d’Épiphanie dans le tome 1 de L’épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur également illustrée par Clément Lefèvre. Un bon moment de lecture!

  • (BD jeunesse) Ninn, Magic City de Jean-Michel Darlot et Johann Pilet (T5)

Je lis le tome 5 de Ninn, Magic City de Jean-Michel Darlot et Johann Pilet (éd. Kennes, 2021, 64 pages), une BD jeunesse à partir de 9 ans et qui commence par un résumé des tomes précédents. Ninn retourne dans les Grands Lointains avec ses amis, Ulrika et Chad. Cette fois-ci, direction Magic City, un ancien parc d’attractions abandonné depuis plus d’un siècle et qui se révèle très inquiétant. Les trois amis font connaissance d’enfants qui tentent de survivre dans cet inquiétant parc, une entité magique les pourchassant. Parviendront-ils sains et saufs à quitter ce lieu? Un bon moment de lecture dans ce monde parallèle magique qui se finit sur un cliffhanger! J’apprécie toujours autant les illustrations.

  • (BD jeunesse) Les Croques de Léa Mazé (T2 et T3)

La semaine dernière, j’avais lu le premier tome du triptyque, Les Croques de Léa Mazé qui finissait sur un fort suspense. Rejointe dans ma lecture par Syl, j’ai lu en fin de semaine le tome 2, Oiseaux de malheurs (éd. de la Gouttière, 2019) et le tome 3, Bouquet final (même éditeur, 2020) qui clôt l’enquête de Céline et Colin, des jumeaux adolescents dans le cimetière attenant aux pompes funèbres gérées par leurs parents. Un très bon moment de lecture avec ce thriller jeunesse à partir de 9/10 ans! LC prévue avec Syl pour le dernier tome le 1er novembre 2021.

  • (BD jeunesse) Des lumières dans la nuit de Lorena Alvarez (T1 et T2)

Attirée par l’illustration de couverture, j’ai emprunté à la médiathèque le diptyque Des lumières dans la nuit de Lorena Alvarez (éd. Glénat, coll. Vents d’Ouest, 2018 (T1) et 2019 (T2)), des BD jeunesse à partir de 9/10 ans et qui s’inspire des souvenirs d’enfance de l’autrice colombienne. Dans le premier tome, je découvre l’histoire de Sandy, une petite fille qui passe ses journées seule à dessiner et à inventer des histoires, que ce soit le soir avant de se coucher ou pour échapper aux cours stricts et austères de l’école catholique qu’elle fréquente. Un jour, elle fait connaissance d’une nouvelle élève, Morfie qui s’intéresse de façon de plus en plus angoissante à ses dessins. Il y est question de créativité enfantine, d’ami imaginaire et de repli sur soi, Sandy s’enfermant de plus en plus dans son monde imaginaire au point de se couper de son entourage. Un bon moment de lecture avec un soupçon de magie avant tout pour les illustrations très oniriques!

Puis j’enchaîne avec le second tome, Hicotea. Je m’attendais à une suite du premier tome, pensant en apprendre plus sur Morfie. Or il s’agit d’une histoire tout à faite indépendante de la première, Sandy laissant libre cours à son imagination lors d’une sortie scolaire, après avoir découvert une carapace de tortue vide. Il y est question cette fois de fable écologique magnifiquement illustrée.

  • (BD jeunesse) La brigade des cauchemars, Nicolas de Franck Thilliez, Yomgui Dumont et Drac (T2)

Je lis également le tome 2 de La brigade des cauchemars, Nicolas de Franck Thilliez, Yomgui Dumont et Drac (éd. Jungle, coll. Frissons, 2018, rééd. 2020), une BD jeunesse à partir de 11 ans et qui permet d’en savoir plus sur la clinique du sommeil tout en soignant un nouveau patient adolescent, Nicolas. LC prévue avec Syl le 8 novembre 2021.

  • (BD jeunesse) Le loup en slip se les gèle méchamment de Wilfrid Lupano, Mayana Itoïz et Paul Cauuet (T2)

Nous lisons le tome 2 du Loup en slip, Le loup en slip se les gèle méchamment de Wilfrid Lupano, Mayana Itoïz et Paul Cauuet (éd. Dargaud, 2017, rééd. 2018, 40 pages), une BD jeunesse à partir de 5 ans et qui peut être lu seul par des jeunes lecteurs sachant lire en écritures majuscules et qui n’en oublie pas le lecteur adulte avec un clin d’œil à la fin aux Vieux Fourneaux. Avec le début de l’hiver, le loup se les gèle. Mais que se gèle-t-il? Les habitants de la forêt vont tenter de le découvrir rapidement afin d’éviter que le loup en slip redeviennent un grand méchant loup. Encore un très bon moment de lecture avec ce deuxième tome qui aborde avec humour la pauvreté et les inégalités sociales!

  • (BD jeunesse) La famille Vieillepierre, Le voyage de Kaï de Joe Todd-Stanton (T3)

Nous lisons enfin le tome 3 de La famille Vieillepierre, Le voyage de Kaï de Joe Todd-Stanton (éd. Sarbacane, 2020), une BD jeunesse à partir de 5/6 ans. Après les légendes islandaises et égyptiennes, cette fois-ci nous partons en Chine. Wen et sa fille Kaï sont appelés par les villageois d’un village attaqué par un monstre. Alors que Kaï pense qu’une grande aventure les attend, sa mère Wen les emmène dans une grande bibliothèque  pour trouver une solution dans les livres. La petite fille s’ennuie très vite jusqu’à ce qu’elle trouve un vieux parchemin contant les exploits du Roi des Singes. Serait-ce le début de l’aventure tant recherchée pour la jeune fille? L’histoire de cette petite fille attachante, à la fois impatiente et intrépide comme peut l’être un jeune enfant est très joliment illustrée. Il y est question de transmission familiale, d’aventures, d’autonomie et de légendes chinoises. Un très bon moment de lecture!

Un roman jeunesse:

  • (Roman jeunesse) La pathétique histoire de Birdie Bloom de Temre Beltz

J’ai fini de lire La pathétique histoire de Birdie Bloom de Temre Beltz (éd. Seuil Jeunesse, 2019, 351 pages), un roman jeunesse pour les 9/12 ans. Le narrateur est un livre qui nous raconte, à travers essentiellement des notes de bas de page, ce qui semble être une improbable amitié entre une vieille sorcière et une jeune orpheline du Foyer Salles-Cardeur à Fabulia. Un bon moment de lecture avec ce roman jeunesse qui aborde l’amitié et la confiance en soi!

Ma lecture en cours:

(Roman) Les Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (T1)

Je suis en train de lire le tome 1 des Annales du disque-monde, La huitième couleur de Terry Pratchett (éd. L’Atalante, 1996, rééd. 2014, 252 pages), un classique de fantasy paru pour la première fois en Grande-Bretagne en 1983 avec le voyage de Deuxfleurs, un riche touriste dans la cité mal famée d’Ankh-Morpork. Ce dernier recherche l’aventure et se fait guider par un mage traîne-ruisseau, Rincevent. Bien insouciant et imprudent en distribuant ses pièces d’or, Deuxfleurs fait une proie facile pour les brigands de la cité. Mais est-ce vraiment le cas? L’histoire est loufoque, l’auteur s’amusant à inventer tout un univers farfelu et des mots-valises avec des apartés destinés au lecteur.

Nos prochaines lectures envisagées:

  • (Roman jeunesse) le tome 4 de Charlock, Attaque chez les Chats-Mouraïs de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (éd. Flammarion Jeunesse, 2021, 77 pages), un roman jeunesse pour les 8/10 ans
  • (Roman jeunesse) Sacrées Sorcières de Roald Dahl et illustré par Quentin Blake (éd. Gallimard Jeunesse, Folio Junior, n°613, 1990, rééd. 2001, 238 pages), un roman jeunesse paru pour la première fois en 1983
« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑