Étiquette : Observatoires

Le temps d’une visite à la 20e Nuit des Coupoles Ouvertes

Ce 6 juillet 2019, nous nous rendons à la 20e édition de la Nuit Coupoles Ouvertes qui a lieu, comme tous les deux ans, sur le plateau de Calern, de 14h à minuit. L’observatoire de Caussols ouvre ainsi ses portes, ou plutôt ses coupoles, au public, pour la plus grande joie des petits et des grands astronomes en herbe. Tout est bien organisé, que ce soit l’accès au parking que les différents stands ou les visites guidées des instruments scientifiques. Nous prenons en cours de route une conférence pour les 6 ans et plus intitulée « Les pingouins du Pôle Sud marchent-ils la tête en bas? ». Nous voyons aussi les télescopes du bâtiment C2PU et rentrons dans le bâtiment MéO, après avoir lu des panneaux sur des missions russes et américaines.

Traquet motteux

Il fait chaud et le ciel est bien dégagé permettant d’observer le soleil et aussi la lune. Des lunettes astronomiques et télescopes ont été installés par des membres de différents clubs d’astronomes amateurs venus de la région Sud ou des étudiants de l’Université de Nice Sophia Antipolis à plusieurs endroits du site. Par exemple, au niveau du bâtiment PicardSol, il est possible d’observer le soleil grâce à un solarscope et de poser quelques questions sur le cycle solaire, l’activité solaire étant faible en cette fin de cycle 24. Mais c’est aussi l’occasion de voir un traquet motteux qui reste posé un long moment sur des rochers un peu plus bas.

Puis nous revenons sur nos pas pour nous rendre aux stands d’activité pour les enfants, comme par exemple du coloriage pour fabriquer une toupie chromatique. Nous faisons ensuite une petite pause à l’ombre des rares arbres du plateau de Calern, le temps d’observer de nombreux papillons voleter. Puis il est temps pour nous de rentrer et notons d’y revenir dans deux ans pour participer à la soirée, en ayant alors la tête sous les étoiles et tenter aussi de finir le jeu de piste. Des voitures continuent d’arriver pour les animations prévues le soir sous le ciel étoilé.

L’observatoire de Caussols

Ce 13 avril 2019, direction le plateau de Calern pour photographier un des bâtiments de l’observatoire de Caussols, celui du GI2T (Grand interféromètre à deux télescopes) dans le cadre de la semaine 15 du Projet 52-2019 de Du Côté de Chez Ma’, le thème étant « architecture« . Nous y étions déjà allés en août 2018. Cette fois-ci, pas de mouches mais un temps très nuageux, venteux avec à peine 10 degrés. Mais je reste sur mon idée de départ, surtout après avoir vu la première image d’un trou noir le 10 avril 2019. Pour moi, architecture rime avec astronomie cette semaine!

Télescope – Télémétrie laser

Sur le site de Calern, nous passons aussi à côté d’un sismographe et d’autres télescopes dont l’un possède un laser permettant de calculer la distance Terre-Lune. Au loin, les sommets sont encore enneigés. Puis au retour, un rapace (sans doute un circaète Jean-le-Blanc) est en train de chercher une proie et plonge à plusieurs reprises.

Il y a également de nombreuses fleurs qui sortent du sol rocailleux, comme des muscaris, quand ce ne sont pas deux traquets motteux qui s’envolent pour partir au loin.

Sur la route conduisant au plateau de Calern, s’entremêlent également les teintes printanières et hivernales.

Balade au plateau de Calern

Gourdon

Caussols

Ce 15 août 2018, nous montons à Caussols et même un peu plus haut, sur le plateau de Calern où se situe l’Observatoire de Caussols, inauguré en 1974 et toujours en activité. Arrivés à Gourdon au-dessus duquel gravitent des parapentes, nous prenons la D3 puis la D12 pour atteindre le plateau. Nous avons une très belle vue sur le littoral avec au loin Villeneuve-Loubet et Antibes.

Télescope de Schmidt

Nous nous garons sur le parking à l’entrée du site de l’Observatoire dépendant du Ministère de l’Éducation nationale. Dès les portières de la voiture, nous sommes envahis par les mouches. On se croirait presque comme au lac de Mývatn! Nous nous dirigeons sur le sentier goudronné en direction du télescope de Schmidt. Sur le plateau, il est bien difficile de se trouver un petit coin d’ombre.

Nous réussissons néanmoins à nous installer pour pique-niquer sous un des rares arbres du site avec le doux parfum des lavandes sauvages. Le plateau de Calern est un grand plateau calcaire, avec ses formations karstiques, ses dolines, ses lapiés, ses avens et ses bories… En regardant d’un peu plus près les nombreux lapiés, bouts de cailloux calcaires très coupants, nous apercevons un fossile sur l’un d’eux. Des enclos en pierre sèche servent à l’élevage des moutons. Le lieu est aussi propice à l’apiculture et à la spéléologie.

Observatoire de Caussols

Nous repartons en début d’après-midi, la visite de l’observatoire sera pour une prochaine fois. En effet, des visites guidées de l’observatoire sont organisées le dimanche de mai à septembre à 15h15. Nous laissons derrière nous ce paysage quasi-lunaire et qui nous fait penser à une planète d’une galaxie très lointaine. L’architecture de certains bâtiments de l’observatoire renforce ce sentiment.

Prairie de Caussols

En redescendant, nous nous arrêtons un petit moment au niveau de la prairie de Caussols où plusieurs familles et groupes de personnes se prélassent, jouent ou marchent un peu plus loin, tout en étant survolés par de nombreuses hirondelles et passereaux.

Visite contée de l’Observatoire de Nice

Conciergerie

Écuries

Coupole Schaumasse

Ce 4 mars 2018, nous allons faire une visite contée de l’Observatoire de Nice, « Paroles qui éclairent le Ciel ». A l’entrée du site, nous faisons face aux sculptures d’Aimé Millet: La Physique et l’Astronomie (Uranie, Muse grecque de l’astronomie et de l’astrologie). Ce portail et la conciergerie nous plongent immédiatement dans l’histoire de ce site qui est toujours en activité. Il est aussi classé au titre des Monuments historiques et en tant que Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Nous suivons la route balisée et tournons à droite au niveau des Écuries. Nous nous garons au niveau de la Coupole Schaumasse.

Nous commençons la visite avec un très beau panorama sur la baie des Anges et  les Préalpes d’Azur, malgré les nuages qui s’amoncellent. La conteuse nous met dans l’ambiance des lieux et nous raconte mythes et légendes des étoiles et constellations qui ont traversé les siècles. C’est une jolie approche de l’astronomie pour les enfants et même les plus grands.

Coupole Bischoffsheim

Nous faisons quelques pas pour arriver devant l’imposante Coupole Bischoffsheim, bel hommage aux époques égyptienne et romaine. Sur le fronton, Apollon sous des traits égyptiens sort du Zodiaque. Nous ne pouvons malheureusement pas visiter la coupole en raison des travaux en cours.

Un peu d’histoire: Banquier de profession, Raphaël Bischoffsheim était également un passionné d’astronomie. Il utilisa son argent pour édifier un observatoire sur le sommet du Mont-Boron dont il était propriétaire, avec l’aide de son ami Charles Garnier, architecte. Ce dernier construisit l’essentiel des bâtiments (coupoles, appartements des chercheurs et écuries) et du jardin. Gustave Eiffel participa également à la création de la lunette équatoriale. La construction se déroula de 1881 à 1887.

Puis nous allons nous asseoir devant l’abri du Méridien qui servait à regarder le ciel à l’horizon mais aussi à cartographier les étoiles. La pluie s’invitant, nous continuons la suite du conte à l’intérieur de l’abri à travers l’histoire polynisienne de Maui voulant attraper le soleil avec son lasso magique (constellation du Scorpion). Il fait quasiment la même température qu’à l’extérieur, mais plus de gouttes d’eau au moins sur nous. En effet, nous apprenons que les bâtiments ne sont pas chauffés pour éviter d’altérer la qualité des observations. Les mélodies et poésies de la conteuse se poursuivent: le Bouvier et Vega, la fileuse dans la légende chinoise (constellations de l’Aigle et de la Lyre), Hercule pêchant la Lune, Pluton et l’origine romaine du changement de saisons…

Coupole Charlois

Astrographe

Le conte touche à sa fin et nous regagnons notre voiture, en passant devant d’autres coupoles et les écuries, tout en continuant à avoir une belle vue sur Nice et son château. Cette visite nous donne envie d’y revenir pour parcourir le site et en apprendre davantage sur un plan astronomique.

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑