Étiquette : montagne (Page 1 of 3)

Au fil des pages avec Les mûres

Après avoir lu Le bateau de fortune d’Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin (éd. Sarbacane, 2015), nous avons lu sa suite, Les mûres (éd. Sarbacane, 2017), un album jeunesse à partir de 5 ans. Nous retrouvons les personnages de l’album jeunesse précédent – un renardeau-narrateur, l’ours Michao et la chèvre Marguerite, à la fin de l’été, au moment du départ, se remémorant déjà les souvenirs passés de leurs vacances à la montagne. De douces vacances au goût de mûres?

Les illustrations à l’huile sont magnifiques et apportent douceur, nostalgie et poésie au rythme lent et introspectif du texte relatant une fin de vacances estivales, cet instant qu’on tente de suspendre encore un peu – ici le temps d’une dernière balade pour cueillir des mûres. Coup de cœur pour cet album jeunesse que j’ai encore plus apprécié que Le bateau de fortune! Il existe une autre histoire avec les mêmes protagonistes que nous n’avons pas encore lu: La rivière (éd. Sarbacane, 2018).

Et c’est aussi une nouvelle participation gourmande au challenge Des livres (et des écrans) en cuisine avec ce renardeau qui se régale de mûres sauvages.

Participation #9 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Participation #34 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Mûre

Participation #75 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France (Auteur) et Canada/Québec (Illustrateur)

Au fil des pages avec La milléclat dorée

En novembre 2021, nous avions lu La milléclat dorée de Benjamin Flow  (éd. La Pastèque, 2017), un album jeunesse aux très jolies illustrations à partir de 5 ans. Un soir, plongé dans la lecture d’un de ses nombreux livres de botanique, Renard découvre l’existence d’une fleur très rare: la milléclat dorée qui ne pousse que dans la montagne et que personne n’a encore pu observer. Et voici Renard parti en randonnée. Parmi toute la flore qu’il connaît déjà, parviendra-t-il à en observer une?

Au cours de sa randonnée, Renard est aidé par d’autres animaux qu’il rencontre. Son attente est grande tout comme son plaisir lorsqu’il arrive enfin à observer une milléclat dorée. L’auteur a réussi à retranscrire les émotions ressenties par Renard dans sa quête du milléclat dorée comme pourrait l’être tout naturaliste, en herbe ou confirmé à la recherche d’une nouvelle coche.

J’ai également apprécié le changement d’attitude de Renard qui au lieu de cueillir la fleur pour décorer sa maison va finalement la dessiner dans son carnet de croquis. Cette fleur m’a forcément fait penser à une fleur rare, protégée et emblématique de montagne: l’edelweiss. Un très bon moment de lecture au côté de ce renard naturaliste, le texte étant à la fois poétique et instructif (l’auteur ayant intégré dans son histoire des doubles pages pédagogiques sur la flore des montagnes)! Sans oublier un passage gourmand avec les sandwichs au pâté de raisin.

Participation #29 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022 de Bidib et Fondant #Sandwich au pâté de raisin

Participation #60 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #France

Participation #7 Challenge Cottagecore 2022 de MissyCornish #Promenons-nous dans les bois

Au fil des pages avec Hilda et le troll

Après avoir découvert ce premier tome en octobre 2019 pendant le challenge Halloween 2019, je me rends compte en ce jour dédié à la littérature jeunesse du Mois Anglais 2022 que je n’avais pas encore chroniqué Hilda et le troll (T1) de Luke Pearson (éd. Casterman, rééd. 2019, auparavant publié en 2013 aux éd. Nobrow), une BD jeunesse à partir de 6/7 ans, le texte étant en lettres majuscules. Petite fille aventurière, débordant d’imagination d’environ 10 ans aux cheveux bleus et coiffée d’un béret noir, Hilda vit dans les contrées lointaines avec sa mère et son animal de compagnie, Brindille. Elle croise un jour la route d’un troll de pierre. Est-il vraiment aussi terrifiant que dans son livre « Trolls et autres créatures dangereuses » qui ne la quitte jamais? Hilda a-t-elle eu une bonne idée en accrochant une cloche sur le nez du troll?

Graphiquement, les illustrations tout en rondeur et colorées qui alternent entre jour et nuit avec des palettes de couleur différentes participent à l’aspect magique et fantasy de l’histoire de cette petite fille entourée de gentilles créatures surnaturelles comme le bonhomme de bois, un géant ou bien encore un esprit des mers… Dans un décor folklorique, il est ainsi question de l’enfance avec une petite fille en quête d’aventures comme lorsqu’elle va dormir dans une tente malgré la pluie et qui apprend alors l’importance d’aller jusqu’au bout de ce qu’elle entreprend, comme la lecture d’un livre.

D’autre part, j’ai relevé quelques passages gourmands avec le repas de Hilda ou une tasse bien chauffante qui n’est jamais loin d’elle pour le challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2022.

Un bon moment de lecture avec ce premier tome qui nous plonge dans le folklore scandinave/norvégien mais qui m’a paru un peu/beaucoup trop court, peut-être en raison de son format jeunesse! Heureusement qu’il existe d’autres tomes que nous n’avons toujours pas pris le temps de découvrir pour explorer ce plaisant univers décrit par Luke Pearson. Peut-être le feront lors du prochain challenge Halloween!

Participation #2 au Mois Anglais 2022 de Lou et Titine #Kids/YA

Participation #19 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #folklore scandinave/norvégien

Participation #42 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Angleterre

Au fil des pages avec Le plus petit yack

Découvert à l’ouverture de la case 22 de notre calendrier de Noël, nous lisons et relisons depuis Le plus petit yack de Lu Fraser et Kate Hindley (éd. Little Urban, 2021), un album à partir de 4 ans et que j’avais acheté à sortie en janvier 2021. Vivant parmi un troupeau de grands yacks au sommet de monts enneigés, Gertie est une jeune yack qui souhaite par-dessus devenir grande. Impatiente, elle décide d’entamer un programme « grandir » en vain, malgré ses efforts. Pourtant, ne peut-on pas faire de grande chose même en étant petit (que ce soit en âge ou en taille)?

En reprenant un thème classique en littérature jeunesse, il y est ainsi question d’acceptation de soi, de patience, de différence, d’entraide et de courage. Les illustrations de Kate Hndley sont colorées, dynamiques, à la fois tendres et rigolotes rendant très attachant le troupeau des yacks. Gertie a une petite bouille bien attachante, espiègle et déterminée dans son envie de vouloir grandir trop vite. Un très bon moment de lecture bienveillant et rigolo! Sans oublier un clin d’œil aux contes traditionnels en en détournant certains titres.

Challenge Petit Bac d’Enna #2 Catégorie Animal: « Yack »

Participation #5 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Grande-Bretagne (autrice) et Angleterre (illustratrice)

Participation #3 Challenge Contes & Légendes 2022 de Bidib #Titres de contes détournés

Au fil des pages avec La chanson de Petit Loup

Nous lisons La chanson de Petit Loup de Britta Teckentrup (éd. Albin Michel Jeunesse, 2010), un album jeunesse à partir de 3 ans. Dans les montagnes enneigées, des loups hurlent sous la lune mais le plus jeune, Petit Loup n’y arrive pas. Ses frères et sœurs se moquent de lui, ce qui le rend triste, malgré le soutien bienveillant de ses parents qui lui assurent qu’un jour il y parviendra. Petit Loup part seul, porté par le bruit des oiseaux et se perd.

Les illustrations épurées et pourtant expressives des loups accompagnent une histoire douce et poétique qui aborde la confiance en soi et la patience pour devenir grand mais aussi la difficulté de trouver sa place dans une fratrie. Les plus jeunes lecteurs pourront facilement s’identifier et s’attacher à l’adorable et enfantin Petit Loup. Un très joli moment de lecture avec cet album jeunesse comme lorsque nous avions lu de cette autrice La bonne étoile de Taupe!

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Art: « Chanson »

Participation #3 Challenge Le tour du monde en 80 livres de Bidib #Allemagne

« Older posts

© 2022 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑