Étiquette : Etats-Unis (Page 1 of 4)

Au fil des pages avec L’Amour est une haine comme les autres

Dans le cadre de l’AAHM Challenge 2024, j’ai lu L’Amour est une haine comme les autres de Stéphane Louis et Lionel Marty (éd. Bamboo, février 2017, 72 pages), une BD adulte consultable en ligne grâce à ma médiathèque et se déroulant en Louisiane, de 1929 à 1963. Will et Abélard se sont connus enfants et, contre l’avis de tous et dans le plus grand secret, ont maintenu leur amitié une fois adultes. Riche héritier blanc, Will, tout en muscles et à l’intelligence limitée dont le père fait partie du Ku Klux Klan, a repris l’entreprise familiale tout en employant son ami Abélard, un Afro-américain bien plus intelligent que son ami et qui aurait été un élève brillant s’il avait pu faire des études et qui gère, en secret, l’entreprise. Cette amitié d’enfance pourra-t-elle continuer toute leur vie?

J’ai apprécié l’histoire de cette amitié interdite qui fait fit des préjugés et des risques encourus, toute en nuances dans son propos (la haine de l’autre venant tant d’un côté que de l’autre), qui commence en 1948 tout en faisant des bonds dans le passé, dans les étapes importantes de l’amitié entre Abélard et Will et qui finit sur une note positive avec le discours, en 1963, de Martin Luther King, la petite histoire s’intégrant à la grande Histoire. Will fait preuve d’une intelligence du cœur et d’un caractère bien moins benêt qu’il n’y paraît, leur amitié étant plus forte que tout, comme pour Abélard.

Mais je n’ai pas du tout adhéré au graphisme trop grossier et vulgaire à mon goût (les visages des personnages étant trop changeants d’une bulle à l’autre), malgré la jolie illustration de couverture et même si cela participe à la noirceur, la violence et la dureté de cette société raciste et ségrégationniste. Dès la première case, on est plongé dans cette violence gratuite à l’égard d’Abélard qui est frappé à mort, devant son ami Will qui reste immobile.

J’ai également eu du mal avec la représentation des femmes dans cette BD, que ce soit le couple lesbien avec des illustrations qui feront, sans doute, fantasmer l’adolescent prépubère à l’instar des deux héros, adolescents à l’époque de cette rencontre, les mères des deux amis (chacune maltraitante, celle de Will par de la violence physique, celle d’Abélard, psychologiquement) ou la future femme de Will, image idéalisée de la femme fatale, version brune de Jessica Rabbit, à la démarche très chaloupée. C’est d’ailleurs étonnant de constater ce décalage entre ces femmes stéréotypées et la manière nuancée de montrer la ségrégation, la mère d’Abélard étant tout aussi haineuse à l’égard des Blancs que les parents de Will à l’égard des Noirs.

Participation #1 AAHM Challenge d’Enna #BD

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Sentiments: « Haine »

Billet de suivi: African-American History Month Challenge 2024

Cette année, je participe à l’African-American History Month Challenge (AAHM Challenge) 2024 organisé depuis plusieurs années par Enna, tout au long du mois de février. Il s’agit de parler des Afro-Américains dans l’histoire ou dans la fiction. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à aller sur son blog ou sur le groupe FB: ici.

Comme le rappelle Enna dans son billet de présentation, le Congrès américain a déclaré, en 1986, le mois de février serait « National Black History Month »; ce qui faisait suite à l’instauration dans les années 20 sous l’impulsion de l’historien Carter G. Woodson de la « Negro History Week » , une semaine pour mettre à l’honneur les Afro-Américains qui n’étaient pas assez reconnus dans l’histoire du pays et qui fut transformée en mois par le président Ford en 1976.

Ce billet sera actualisé au fil du mois en tenant compte uniquement de mes lectures entrant dans les thèmes de l’AAHM Challenge tout en faisant un billet séparé pour chaque participation.

Pour d’autres idées de lecture, les autres participantes: Enna, Blandine, Purple Velvet, Nathalie, Eimelle

Je me rappelle également avoir déjà parlé sur le blog des livres suivants (j’en ai sûrement oublié):

  • (Roman adulte) Beloved de Toni Morrison (éd. 10/18, 1986, rééd. 2009), un roman ayant reçu le Prix Pulitzer Fiction en 1988 
  • (Roman jeunesse) Les chemins secrets de la liberté de Barbara Smucker et illustré par Yves Beaujard (éd. Castor Poche Flammarion, 1982, rééd. 1991), un roman jeunesse à partir de 10 ans
  • (BD jeunesse) La longue marche des dindes de Léonie Bischoff, d’après Kathleen Karr (éd. Rue des Sèvres, septembre 2022, 144 pages), un roman graphique jeunesse à partir de 9/10 ans, joliment illustré et adoptant en BD le roman éponyme de Kathleen Karr paru pour la première fois aux États-Unis en 1998
  • (BD adulte) Blanc autour de Wilfried Lupano et Stéphane Fert (éd. Dargaud, 2020, 144 pages), une BD adulte s’inspirant de faits et personnages historiques ayant existé aux États-Unis, 30 ans avant la Guerre de Sécession.
  • (Album jeunesse) Rosa Parks de Lisbeth Kaiser et Marta Antelo (éd. Kimane, coll. Petite & Grande, 2018), un album jeunesse à partir de 6 ans
  • (Album jeunesse) Blues Bayou de Benjamin Lacombe et Daniela Cytryn (éd. Milan Jeunesse, 2009), un album jeunesse à partir de 3 ans
  • (Roman historique) Les enfants du blizzard de Melanie Benjamin (éd. Albin Michel, novembre 2023, 400 pages), un roman historique retraçant un terrible fait divers américain et qui a coûté la vie à de nombreux enfants (en parlant un peu du sort des écoliers afro-américains).

* * *

Qu’ai-je prévu de lire ce mois-ci? J’ai emprunté à la médiathèque Freedom! L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymphe et Justine Brax (éd. Albin Michel Jeunesse, septembre 2021, 91 pages), un documentaire jeunesse à partir de 8 ans et 2 romans de Colson Whitehead: Nickel boys (éd. Albin Michel, août 2020, 272 pages) et Underground Railroad (éd. Albin Michel, août 2017, 416 pages) et en discutant de ce challenge avec l’une des bibliothécaires, elle m’a conseillé Du même sang de Denene Millner (éd. Le Cherche Midi, août 2023, 624 pages). Je suis aussi repartie avec.

  • (BD adulte) L’Amour est une haine comme les autres de Stéphane Louis et Lionel Marty (éd. Bamboo, février 2017, 72 pages)
  • (Documentaire jeunesse) Freedom! L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymphe et Justine Brax (éd. Albin Michel Jeunesse, septembre 2021, 91 pages), un documentaire jeunesse à partir de 8 ans
  • (Roman historique) Underground Railroad de Colson Whitehead (éd. Albin Michel, août 2017, 416 pages), un roman historique se déroulant dans les années 1850
  • (Roman historique) Du même sang de Denene Millner (éd. Le Cherche Midi, août 2023, 624 pages), un roman historique en trois parties, suivant la vie de 3 générations de femmes afro-américaines, de 1965 à 2004 (Grace, Dolorès puis Rae)
  • (Prochaine lecture) Nickel boys de Colson Whitehead (éd. Albin Michel, août 2020, 272 pages)

Au fil des pages avec Le lys rouge

J’avais lu Le lys rouge de Karen Rose (éd. Harlequin, coll. Mira, 2008, 541 pages), une romance policière contemporaine se déroulant à Chicago. Après le suicide de l’une de ses jeunes patientes par une nuit froide de mars, Tess Ciccotelli, psychiatre est la principale suspecte, la police pensant qu’elle aurait poussé la victime au suicide. Mais ne serait-elle pas au cœur d’une machination? Comment prouver son innocence quand tout la désigne coupable? Pourra-t-elle compter sur l’inspecteur Aidan Reagan, en charge de l’enquête ou de l’aide de son amie avocate?

En empruntant ce livre à la médiathèque en 2022, j’avais été intriguée par le résumé de 4e de couverture qui me faisait penser aux romans policiers de Mary Higgins Clark sans m’apercevoir qu’il s’agissait d’un Harlequin. J’ai apprécié au départ d’avoir le point de vue aussi du tueur et d’essayer de découvrir qui était derrière ce coup monté, Tess étant de plus en plus isolée face à l’accumulation des preuves contre elle, des préjugés et rancœurs des policiers à son égard après une précédente affaire. La jeune femme est alors replongée dans son passé et ne peut s’empêcher de culpabiliser malgré son innocence face à ces meurtres qui touchent n’importe qui dans son entourage (patients, amis, vagues connaissances et même personnes juste croisées de façon fortuite).

Mais très vite, la romance entre Tess et Aidan prend trop le pas sur l’enquête policière qui est pourtant bien rythmée, l’étau de ce tueur manipulateur se refermant à tort sur la jeune femme (confirmant mes premiers soupçons). Ce thriller psychologique aurait mérité de se dérouler sur un laps de temps plus grand, tout s’enchaînant bien trop vite avec une fin où tout se finit bien un peu trop facilement, après avoir vécu le pire! La romance spicy avait tout pour me plaire avec le trope « ennemies to lovers » mais elle est bien trop rapide (le grand amour en quelques jours à peine!) et immature, au vu de leur âge respectif (tous les deux étant beaux et sexy à en oublier que les meurtres s’enchaînent autour d’eux!).

Certains passages renvoyant à une affaire antérieure, celle de Kristen, la belle-sœur d’Aidan, je me suis dit que ce roman faisait partie d’une série, ce qui est bien le cas. Il s’agit du tome 5 de la série « Don’t tell ». Un bon moment de lecture dans l’ensemble qui m’avait donné envie de lire le tome 3, Dors bien cette nuit!

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Couleur: « Rouge »

Au fil des pages avec Les enfants du blizzard

J’ai lu Les enfants du blizzard de Melanie Benjamin (éd. Albin Michel, novembre 2023, 400 pages), un roman historique retraçant un terrible fait divers américain et qui a coûté la vie à de nombreux enfants, à travers des personnages fictifs. Le 12 janvier 1888, la journée a commencé par un redoux inattendu dans les plaines du Nebraska et Dakota, invitant les fermiers et les écoliers à sortir avec des habits plus légers, sans leurs longs manteaux d’hiver. Mais, à l’heure de la sortie des classes, un blizzard s’abat sur la région, obligeant de jeunes institutrices, comme Raina et Gerda Olsen, deux sœurs d’à peine 16 et 18 ans qui vont devoir faire un bien difficile choix pour sauver leurs élèves, les garder dans l’école au risque de manquer de bois de chauffage ou les renvoyer chez en espérant qu’ils survivent ou qu’ils ne meurent pas de froid piégés dans le blizzard. Pour ceux qui survivront, comment continuer à vivre après un tel événement?

Le roman se décompose en deux parties, la première prenante, tout en tension, survie et suspense, est une course contre la montre contre le blizzard puis la seconde partie, plus introspective et journalistique à partir de la moitié du livre (chapitre 12) qui s’attache aux conséquences pour les survivants, entre syndrome du survivant, culpabilité, remords, volonté de s’en sortir et espoir à travers la « cagnotte des héroïnes ». J’ai bien plus apprécié la première partie que la seconde qui se focalise plus sur le journaliste Gavin Woodson en pleine épiphanie et qui collecte pour son journal, l’Ohama Daily Bee, les témoignages des survivants alors qu’il a participé, article de presse après article de presse pour le compte des compagnies ferroviaires, des promoteurs et du gouvernement américain, à faire venir en nombre des familles d’immigrés, souvent du Nord de l’Europe (Scandinavie, Norvège par exemple), séduites par les promesses d’une vie meilleure. On découvre également le sort des deux sœurs institutrices (Raina considérée comme une héroïne tandis que Gerda culpabilisant d’avoir choisi de passer cet après-midi là avec son amoureux Tiny), de l’une des élèves de Raina, Anette âgée de 10 ans et d’autres familles de fermiers. 

Il y est ainsi question des conditions de vie rudes et précaires surtout des fermiers immigrés (un peu des Indiens dans les réserves ou des afro-américains) devant faire face aux préjugés et au climat dans l’Ouest américain, des politiques américaines afin de peupler ces futurs États à tout prix ou bien encore de la négligence et corruption dans le Service des transmissions météorologiques, des opportunités offertes aux enfants de ces familles d’immigrés, les garçons n’ayant pas vraiment le choix en continuant à gérer des terres durement acquises, au prix du sang et des sacrifices de leurs aînés…

Un bon voire très bon moment de lecture, les choix faits dans ce roman pouvant très bien se représenter à notre époque de déréglementation climatique! Même si, en France, des protocoles ont été mis en place dans les écoles en cas d’alerte rouge avec des exercices de mise en situation, que ce soit en cas de séisme, de risque pluies-inondations…

Cela m’a fait d’ailleurs penser à d’autres fermiers américains et à une autre époque, ceux du Dust Bowl dans les années 30 (Les raisins de la colère de John Steinbeck ou Jours de sable d’Aimée de Jongh).

Malgré ce récit difficile, j’ai quand même noté quelques passages gourmands lorsque Gavin se rend au Gilded Lily, un bar tenu par Ollie Tenant « Old Lieutenant » qui sert par exemple, à « l’heure du déjeuner, les sempiternels œufs durs, betteraves au vinaigre et langue de bœuf en tranches » (p.21).

Challenge Petit Bac d’Enna #1 Catégorie Personne humaine: « Enfants »

Participation #2 (Parcours littéraire) Challenge Le tour du monde en 80 livres 2024 de Bidib #États-Unis

Participation #3 Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2024 de Bidib et Fondant #Cuisine de l’Ouest américain

Au fil des pages avec Petits mensonges sous le sapin

J’ai lu Petits mensonges sous le sapin de Stéphanie Pradier (éd. Harlequin, coll. &H, novembre 2023, 233 pages), une romance contemporaine de Noël se déroulant aux États-Unis, dans la petite bourgade de Forest Hills. Arnaqueuse professionnelle, Alicia se fait passer pour la petite amie de Warren, après avoir été découverte dans son chalet par Martha, la mère du jeune homme absent depuis 3 ans. Ses mensonges tiendront-ils devant le frère de Warren, Tyler? Alicia se laissera-t-elle attendrir par cette famille aimante et soudée au point de se laisser attraper? Comment ne pourrait-elle pas s’épanouir au sein de sa fausse belle-famille si soudée, pleine de joie de vivre et prompte à l’accueillir si gentiment? La magie de Noël opérera-t-elle?

J’ai apprécié cette romance toute mignonne, légère, rigolote et bienveillante dont le résumé de 4e couverture m’a immédiatement fait penser au film de Jon Turteltaub, L’amour à tout prix (1995) avec Sandra Bullock. Les personnages sont attachants, que ce soit Alicia qui a toujours fait en sorte de ne s’attacher à personne, encore moins d’aimer, préférant, en digne fille de parents voleurs, à profiter de la naïveté de gens riches, Martha qui fait découvrir à Alicia le sens de la famille et de l’ambiance festive de Noël, Tyler, médecin attentionné qui n’est pas insensible à Alicia malgré ses sérieux doutes ou bien encore Stella, une amie de la famille et femme de ménage du chalet de Warren.

Il y est ainsi question d’esprit de famille, d’ambiance festive de Noël (avec tous les préparatifs traditionnels tant dans la famille Patterson que dans le village pris lui-aussi dans la  frénésie de Noël: choix du sapin, marchés de Noël, repas du réveillon…), de peur à aimer et à s’ouvrir aux autres, de droit au bonheur et à l’amour, de rédemption… Un bon de lecture avec cette romance de Noël, me demandant au fil des pages comment Alicia allait se sortir de ses mensonges, mais qui aurait pu même être un très bon moment de lecture si la fin n’avait pas été si rapide et surtout si peu crédible au vu des délits commis par Alicia mais qui rentre totalement dans l’esprit « conte de Noël, avec son lot de bons sentiments, où tout est bien qui finit bien!

J’ai enfin noté de nombreux passages gourmands comme par exemple lors du concours de tarte aux noix, Alicia se lançant dans la compétition pour défendre l’honneur de Martha alors même qu’elle est allergique aux noix. D’ailleurs, cela m’a rappelé Agatha Raisin lors de sa participation au concours de quiche dans le tome 1 d’Agatha Raisin enquête, La quiche fatale de M.C. Beaton mais sans tricherie ni mort à la clé.

Participation #7 Challenge Il était 11 fois Noël de Chicky Poo et Samarian #Romance de Noël

Participation #6 Challenge Christmas Time 2023 de MyaRosa #Romance de Noël

Participation # Challenge Des livres (et des écrans) en cuisine 2023 de Bidib et Fondant#Cuisine de Noël

Challenge Petit Bac d’Enna #5 Catégorie Végétal: « Sapin »

« Older posts

© 2024 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑