Étiquette : petit peuple

Au fil des pages avec Brindille

Je lis le diptyque Brindille de Frédéric Brrémaud et Federico Bertolucci, une BD jeunesse fantasy à partir de 12/13 ans. Dans le premier tome, Les chasseurs d’ombres (éd. Dargaud, coll. Vents d’Ouest, 2018), une jeune femme se réveille amnésique dans un village du petit peuple à la lisière d’une forêt qui a pris feu. Elle ne se souvient de rien, ni de son nom ni de son passé, encore moins ce qu’elle fait là. Qui est-elle avec ces étincelles qui brillent au-dessus de sa tête? Une fée? Une sorcière? Elle part à la recherche de son identité, rencontrant en chemin un loup protecteur qui semble la connaître bien plus qu’il ne le prétend.

Composée de 4 parties, l’intrigue mystérieuse et onirique est magnifiquement illustrée dans un univers d’heroic fantasy.  Au fil des pages, le monde merveilleux et amical du petit peuple se transforme en un monde plus effrayant et sombre, la jeune femme étant poursuivie par des chasseurs d’ombres. Mais Brindille, malgré son amnésie et sa fragilité apparente se révèle une héroïne touchante, forte et courageuse, prête à les affronter. La fin de ce premier tome se finit en plein suspens, sans qu’on en sache plus sur les mystères entourant la jeune femme.

Dans le second tome, Vers la lumière (éd. Dargaud, coll. Vents d’Ouest, 2018), Brindille est laissée pour morte et continue son périlleux périple, seule, sans le loup, au-delà du royaume des ombres, dans sa quête d’identité. Pourquoi les chasseurs d’ombres la traquent-ils? Parviendra-t-elle à les affronter?

Les illustrations sont tout aussi magnifiques que dans le premier tome, Brindille progressant dans un monde intriguant et peuplé de créatures fantastiques comme les sirènes et une horde malfaisante digne du Seigneur des anneaux.  Avec un final surprenant, les réponses sont apportées aux mystères entourant Brindille, des indices ayant d’ailleurs été distillés dès le premier tome. Je dirai seulement que ce diptyque est une jolie manière onirique d’aborder la mort et son acceptation. Un bon moment de lecture en compagnie de Brindille!

Au fil des pages avec L’Herbier des Fées

J’emprunte à la médiathèque L’Herbier des Fées de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe (éd. Albin Michel Jeunesse, 2011), un album jeunesse grand format à partir de 8 ans. Il s’agit du carnet intime d’un éminent botaniste russe, Aleksandr Bogdanovich qui a été envoyé, en mai 1914, dans la forêt de Brocéliande pour trouver un élixir d’immortalité. Il commence ses recherches et découvre des petits êtres. Il en fait part à son entourage resté en Russie, ses confrères aux ordres du Tsar et de Raspoutine et à sa femme Irina. Puis au fil des mois, ces rencontres irréelles le changent profondément au point d’inquiéter son entourage. Réalité, rêves ou folie? Le mystère reste entier…

Comme toujours avec Benjamin Lacombe, les illustrations sont superbes. Elles plongent le lecteur dans un monde merveilleux et onirique, celui des fées de la forêt de Brocéliande et du petit peuple qui y vit, à l’abri des regards humains. L’attitude du botaniste à l’égard des créatures qu’il découvre se transforme au fil des ans et est transposée dans les illustrations mêmes, subtil mélange entre différentes techniques (croquis, peintures à l’huile, dessins à la plume, à l’aquarelle ou encore calques et découpes au laser, effet vieilli des pages). Au début, c’est surtout le botaniste qui s’exprime, tant à travers son carnet de croquis, son journal de bord que de ses échanges épistolaires. Puis c’est l’être humain subjugué devant le petit peuple et non plus le savant. Encore une belle histoire de ce duo auteur/illustrateur!

Participation #19 au Challenge Contes & Légendes 2021 de Bidib

Challenge Petit Bac d’Enna #4 Catégorie Objet: « Herbier »

Au fil des pages avec Halloween, Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines

A peine rentrée dans la médiathèque, j’ai reperé immédiatement sur la table d’exposition de livres jeunesse sur Halloween la magnifique illustration de couverture d’un documentaire, Halloween, Sorcières, Lutins, Fantômes et autres Croquemitaines de Patrick Jézéquel, Bénédicte Morant, Jean-Baptiste Monge et Erlé Ferronnière (éd. Avis de tempête, 1998), à partir de 13 ans.

C’est un très joli documentaire illustré pour se plonger dans l’ambiance de l’Halloween et du petit peuple avec de nombreuses légendes issues par exemple du folklore celte ou breton par exemple. Chaque chapitre est consacré à un genre de créatures halloweenesques comme les sorcières et les ogres qui sont les thématiques du Challenge cette année. Les illustrations sont magnifiques même si certaines sont angoissantes et terrifiantes, surtout quand il est question du Père Noël qui serait un ogre déguisé. Âmes sensibles s’abstenir!

Pour un autre avis: Hilde.

challenge halloween 2020

Challenge Halloween de Hilde et Lou #Contes et légendes

Participation #54 Contes & Légendes 2020 de Bidib

Challenge Petit Bac d’Enna #11 Catégorie Crimes et Justice: « Sorcières »

Au fil des pages avec Les chroniques de Spiderwick

Lors du second Hallow RAT 2019 qui s’est déroulé le week-end dernier, j’ai lu le tome 1 des Chroniques de Spiderwick, Le livre magique de Tony Diterlizzi et Holly Black (éd. Pocket Jeunesse, 2006), roman jeunesse à partir de 9 ans. Je l’avais repéré dans les lectures choisies par Bidib lors du Hallow RAT d’ouverture, la couverture m’ayant immédiatement attiré par ce côté « ancien livre ». Dans ce premier tome, nous suivons les aventures de trois enfants Grace – Jared et Simon, les jumeaux âgés de 9 ans et Mallory, l’aînée de 13 ans – qui viennent habiter avec leur mère, après la séparation de leurs parents, dans le manoir à l’abandon de leur grande-tante Lucinda, cette dernière ayant été placée dans une maison de retraite. Très vite, ils vont découvrir dans une pièce secrète du manoir un livre qui va bouleverser leur vie, celui écrit par leur arrière-grand-oncle, Arthur Spiderwick: le Guide du monde merveilleux. Ils vont alors voir l’invisible et vont ainsi être entraînés dans de nombreuses aventures énigmatiques et périlleuses, sur les traces de leur arrière-grand-oncle.

Les nombreuses illustrations crayonnés de Tony Diterlizzi, comme des croquis pris sur le vif, donnent un certain charme supplémentaire à ce roman jeunesse. La lecture est très plaisante et m’a donné envie de percer également le mystère Spiderwick et d’en découvrir davantage sur le monde invisible. Qu’à cela ne tienne, dès le lundi après-midi, j’ai récupéré à la bibliothèque les quatre tomes suivants que j’ai lu d’une traite le soir même, dans le cadre de l’American Halloween: La lunette de Pierre (tome 2), Le secret de Lucinda (tome 3), L’arbre de fer (tome 4) et La colère de Mulgarath (tome 5). Puis me voilà à rédiger ce billet pour le rendez-vous du Challenge Contes & Légendes au pays d’Halloween du 17 octobre 2019.

Mais revenons à l’histoire. Que d’endroits nouveaux et de rencontres pour les enfants Grace, parfois à deux pas du manoir Spiderwick. Le danger rôde et j’avance, comme eux, dans ce jeu de pistes très bien amené par les auteurs qui s’amusent avec les clichés habituels des créatures fantastiques, que ce soit les gobelins, les elfes ou les nains. Les enfants Grace sont attachants, unis comme une fratrie peu l’être malgré leurs chamailleries et leurs caractères bien trempés même si différents (Jared le fonceur, Simon l’ami des animaux et Mallory la passionnée d’escrime).

Derrière une intrigue commune aux cinq tomes (qui peut vouloir voler aux enfants Grace le Guide? Dans quel but? Qu’est-il arrivé à Arthur Spiderwick?), chaque tome nous fait découvrir une nouvelle créature et nous dévoile un peu plus la richesse de l’univers imaginé par les auteurs, tant dans le texte que dans les illustrations. Ils ont, en effet, réussi à réinventer une histoire somme toute classique en une captivante lecture dans laquelle ce qui peut être féérique et accueillant peut devenir obscur et sombre et vice-versa. Ce fut un très bon moment de lecture qui devrait ravir les jeunes lecteurs friands de fantasy et de fantastique, d’autant que le texte peut se lire aisément.

Mais je n’en dirai pas plus pour vous laisser le plaisir de plonger à votre tour dans ce monde fantastique du petit peuple. Mais méfiez-vous, ouvrez grands les yeux et un dernier conseil, soyez gentil avec les farfadets!

Pour un autre avis sur le tome 1 de ce roman jeunesse: Bidib (que je remercie au passage pour la découverte).

Challenge Halloween 2019 de Hilde et Lou #Hallow RAT et #American Halloween

Challenge Petit Bac d’Enna – #12 catégorie Objet: « Lunette » et catégorie Adjectif: « Magique »

© 2021 JOJO EN HERBE

Theme by Anders NorenUp ↑